Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK / HARDCORE MéLO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Black Flag, Bad Brains

DEAD KENNEDYS - Frankenchrist (1985)
Par STREETCLEANER le 23 Novembre 2010          Consultée 1807 fois

DEAD KENNEDYS est un groupe de hardcore/punk-rock qui s’est formé à San Francisco en 1978. Groupe adulé ou détesté, il n’en demeure pas moins qu’il fait incontestablement partie des groupes pionniers du hardcore (mélodique) et qu’il fut (le groupe s’est séparé en 1986) véritablement engagé politiquement, n’hésitant pas à critiquer les hommes politiques (les démocrates c'est vrai –autant vous dire que le nom du groupe n’a évidemment pas été apprécié de la famille Kennedy- mais surtout les républicains et leur leader d’alors, Ronald Reagan). Le sommet de la polémique entourant le groupe se situa en 1985, à la sortie de cet album Frankenchrist justement. Initialement, un poster était inclus dans la pochette, et représentait des pénis et des vagins (l’artwork Penis Landscape de H.R. Giger). Le groupe fut taxé de pornographie envers les mineurs et l’affaire se termina devant les prétoires. Un non-lieu fut finalement obtenu mais le label de Biafra (Alternative Tentacles) en ressortit financièrement lessivé.

Frankenchrist est le quatrième album de la formation menée par Jello Biafra. Mais aussi disons-le clairement un album à part. Nous ne faisons plus vraiment face ici à un album de hardcore. Cette caractéristique, susceptible de décevoir certains fans, est aussi notablement intéressante dans le sens où Frankenchrist est sans doute l’album le plus à même d’être apprécié par ceux qui préfèrent le punk-rock et qui sont réticents à naviguer sur des terres purement hardcore. Par ailleurs, Frankenchrist montre de quoi est capable la formation US lorsqu’elle ralentit le tempo, lorsqu’elle prend le temps d’introduire des passages atmosphériques, qu’elle rallonge notablement la durée des titres, et qu’elle reprend son souffle vers des humeurs plus rock’n’roll sur fond de quelques clins d’œil aux ambiances des films de westerns spaghettis (pour le coup ces clins d’œil ne sont pas une spécificité de cet album, on peut en trouver des traces dès le premier album, Biafra étant fan de westerns. Mais ici ces références sont bien plus prégnantes comme sur l’introduction guitaristique de « Chicken Farm », ou la trompette sur « MTV - Get Off The Air » où on s'attend presque à voir éclater un duel devant un saloon). Pourtant Frankenchrist semble généralement sous-estimé, et d’ailleurs peu de titres (voire parfois aucun) de l’album figurent dans les diverses compilations disponibles du groupe. Totalement incompréhensible tant cet album s’avère excellent de bout en bout… mais différent pour sûr !

Donc c'est vrai cet album ne peut pas vraiment être qualifié de punk hardcore. Seuls "Hellnation" (espèce de renversement du "In God We Trust" américain) et le milieu de "MTV - Get Off The Air" (critique acerbe à cette chaîne qui pervertit l'esprit du rock'n'roll) rappeleront les anciennes compositions et la rage punk. Mais ce n'est pas bien grave au fond. Le groupe nous délivre une flopée de riffs incisifs, variant régulièrement et qui font systématiquement mouche ("Soup Is Good Food", "Chicken Farm", "This Could Be Anywhere"...). Toutefois l'énergie est clairement plus conduite et canalisée par l'esprit du rock, voire du rock'n'roll/rockabilly (le pont sur "This Could Be Anywhere" par exemple ou celui sur "Jock-O-Rama" sur lesquels semble flotter l'esprit du rock des 50's/60's, ou les gimmicks très rock perceptibles dans la voix par exemple sur "Chicken Farm"). Sacrément moins rapide donc dans l'ensemble mais les morceaux sont construits de manière beaucoup plus complexe, et cette complexité est bien servie par des compositions de haute volée (les refrains sont bien trouvés notamment) qui donnent là une oeuvre particulièrement riche. Et puis la voix chevrotante de Biafra par certains endroits ou ses rires quasi démoniaques ("A Growing Boy Needs His Lunch", "Soup Is Good Food"...) apportent également un plus évident au développement du côté atmosphérique de l'album. Nous ne sommes pas loin de l'esprit d'un groupe comme The Damned où se mêlent punk-rock et éléments plus "gothiques". A côté de cela quelques titres sont encore un peu plus particuliers comme "Jock-O-Rama" qui introduira un petit côté folklorique en filigrane ainsi qu'un crash de bagnole, ou encore "At My Job" dénonciation de l'homme enchaîné au travail. D'ailleurs ce dernier morceau est chanté comme si on avait affaire à des galériens, ou des ouvriers prisonniers d'une machine implacable, une machine totalitaire évoquée par le rythme martial du synthétiseur notamment. Purement imparable là encore ! Le dernier morceau "Stars and Stripes of Corruption" de plus de six minutes (le plus long de l'album) est encore un bijou d'énergie, d'ambiances et de structure complexe. A un point tel qu'on ne sait plus où est le refrain. Ou est-ce le pré-refrain qui est si mélodieux ? Bref, l'écoute mérite d'être attentive entre tous ces breaks, ponts, lignes de chants différentes... avant de bien cerner la composition.

Frankenchrist s'avère être un album fondamentalement différent du reste de la discographie des DEAD KENNEDYS. Différent, bien moins hardcore, bien plus rock et punk-rock. Les structures sont plus complexes, les lignes de chants généralement plus mélodieuses. C'est vrai le groupe perd un peu en énergie ce qu'il gagne en finesse, complexité et variété. Finalement ce Frankenchrist pourrait être pour beaucoup le meilleur album du groupe, tout du moins pour ceux qui sont plus attirés par les lumières du punk-rock que celles du hardcore punk. Mais en toute objectivité, au-delà des goûts, que peut-on reprocher à ce disque qui s'avère être quasiment excellent d'un bout à l'autre ? Pas grand-chose en vérité. Pour ma part il s'agit d'une jolie pierre précieuse dans le genre. Un must have, point barre.

A lire aussi en PUNK-ROCK par STREETCLEANER :


KILLING JOKE
Laugh? I Nearly Bought One! (1992)
Une très bonne compilation




The RAMONES
Rocket To Russia (1977)
Les punks aiment aussi le surf


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Jello Biafra (chant, compositions sauf titres 2 et 9)
- East Bay Ray (guitares, synthé)
- Klaus Flouride (basse, backing vocals)
- D.h. Peligro (batterie, backing vocals)


1. Soup Is Good Food
2. Hellnation
3. This Could Be Anywhere (this Could Be Everywhere)
4. A Growing Boy Needs His Lunch
5. Chicken Farm
6. Jock-o-rama (invasion Of The Beef Patrol)
7. Goons Of Hazzard
8. M.t.v. - Get Off The Air
9. At My Job
10. Stars And Stripes Of Corruption



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod