Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK HARDCORE  |  E.P

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Black Flag, Bad Brains

DEAD KENNEDYS - In God We Trust, Inc (1981)
Par NOSFERATU le 17 Avril 2016          Consultée 479 fois

Le premier disque des DEAD KENNEDYS fut une véritable révolution, aux côtés des albums des MINOR THREAT, BAD BRAINS, BLACK FLAG, MISFITS, HUSKER DU qui construisent, à la mème époque, une nouvelle esthétique sonore, celle du punk hardcore. Rapidité des riffs et ambiance froide caractérisent ce nouveau son venu des banlieues américaines. Les labels apparaissent, les réseaux d’entraide basés sur le « do it yourself », les zines (« Maximum rock n roll » en tête mais aussi « Flipside” et « Slash”) parlent de tous ces fous furieux qui germent (GERMS ?) à droite et à gauche.

« Fresh fruit for vegetables » fut une véritable révolution à lui tout seul, décontenançant les punks de 77 qui ne comprirent pas la dimension historique de ce brûlot proclamant péremptoirement que tout était fini après le split des PISTOLS. Il faut attendre pratiquement un an pour la suite des hostilités avec ce farouche ep. La pochette donne le ton. On y voit un Christ crucifié, la croix sous forme de dollar$...Une attaque délibérée des deux symbôles aliénants du pouvoir américain: le capitalisme et la religion qui lui sert de caution. C’est Biafra, artiste polyvalent, qui l’aurait conceptualisée. Pratiquement aucun titre ne dépasse les deux minutes ! La majorité des morceaux baigne ainsi dans une furia propre au punk hardcore. Les tempos sont en effet speed (« Religious vomit", une vieille chanson de 6025, ancien guitariste du gang présent jusqu'à l'enregistrement du premier LP ). "Hyperactive child » est encore plus véloce (j’allais écrire hyperactif !). Le titre ne doit même pas durer une minute, annnonçant presque, sur le plan de la rapidité du moins, les délires grindcore de la fin des « eighties ». "Nazi Punks Fuck Off » restera l’hymne de cet ep, repris plus tard par les adeptes de comptines enfantines que sont les membres de NAPALM DEATH. C’est certainement le titre le plus rapide de leur discographie, avec ses fameux chœurs. « Moral majority » et « nazis punk … » sortiront mème en singles l’année suivante, provoquant des slams hallucinants durant les gigs du quatuor.

Le côté parodique l’emporte aussi. « Moral majority » commence par une messe évangélique avec le révérend Biafra pour l’office, puis çà part à 200 à l’heure ! « We’ve Got a Bigger Problem Now » débute par une ambiance jazzy, démontrant au passage que les DK étaient de sacrés musiciens. On s’aperçoit rapidement que c’est leur hit « california uber alles» repris donc en jazz avant de repartir sur les terrains plus familiers du hardcore. « Rawhide » sonne comme du cowpunk à la X mais en plus moqueur. Le groupe se révèle ainsi très bon dans les reprises insolites, puisqu'ici ils nous servent, ni plus ni moins, qu’une chanson des années 60 écrite pour une série télé western. La voix de Biafra semble encore plus enragée que sur le premier album, par moments il miaule (« Dog bite »), se montre crooner (« We’ve Got a Bigger Problem Now » ) ou alors il joue au cow boy punk (« kepone factory »). Ce qui prédomine aussi ce sont évidemment des lyrics incendiaires. La bande à Biafra (Baader ?) s’en prend ouvertement à Reagan dans "We've Got A Bigger Problem Now", à la religion avec les blasphématoires "Religious Vomit" et « "Moral Majority", à l’industrie agro-alimentaire (déjà !) avec le visionnaire « kepone factory ». Quant à « nazis punk fuck off », il n’y a qu’à lire les explicites paroles  : » Vous pensez toujours que les Swastikas semblent cool / Les vrais nazis exécutent vos écoles / Ils sont les entraîneurs, les hommes d'affaires et les flics / Dans un véritable quatrième Reich, vous serez les premiers à y aller »
Les punks et les nazis ? Oxymore.

Oui bien sûr, venant d’un courant se réclamant de l’anarchisme et de l’antifascisme, voilà une évidence. Sauf que, par pure provoc, beaucoup de nos punks rockers favoris utilisèrent les colifichets du nazillon (croix gammées et compagnie) pour choquer le bourgeois hypocrite. On peut remonter à l’ancêtre Brian Jones avec sa panoplie SS ou à Ron Asheston (STOOGES) et ses croix de fer, au look des « ultra destroy » DEAD BOYS, aux swastikas gaiement portées par Sid Vicious, sans parler des délires malsains d’un Genesis P.Orridge ou d’un Ian Curtis. Mais Biafra s’en prend aussi à tous ces punks bas du front ne respectant personne dans les concerts, confondant bien souvent pogos et agressions physiques. A la même époque, les anglais des EXPLOITED sortent leur fatigant « punk not dead ». Biafra ne les cautionne pas et voit en eux un peu les «nazis punks» qu’il exècre, du moins une caricature qui nuit au mouvement.

Juste après cet EP, un single désopilant suit, "Too Drunk to Fuck" paraissant avant le second lp qui restera encore dans la tonalité libertaire du premier album.

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


BUZZCOCKS
Another Music In A Different Kitchen (1978)
Merveille punk pop




BRAIN DONOR
Mister E (2005)
Odin, mère nature Julian est votre prophète !


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Jello Biafra (vocaux)
- East Bay Ray (guitare)
- Klaus Flouride (basse)
- D.h. Peligro (batterie)


- religious Vomit
- Moral Majority
- Hyperactive Child
- Kepone Factory
- Dog Bite
- Nazi Punks Fuck Off!
- We’ve Got A Bigger Problem Now
- Rawhide



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod