Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (126)
 Official Kt Tunstall Forum (477)

Kt TUNSTALL - Tiger Suit (2010)
Par MARCO STIVELL le 8 Novembre 2010          Consultée 2047 fois

Un nouvel album de la belle Katie "KT" TUNSTALL est toujours un événement de marque, garant d'une certaine qualité. Etant donné que la chanteuse n'a plus fourni de hit du même succès que "Suddenly I See" et "Black Horse and the Cherry Tree", la sortie de ce Tiger Suit s'est faite dans la quasi-confidentialité, ce qui est une réelle honte pour une artiste de ce calibre. Quoiqu'il en soit, on est bien content lorsque le Tiger Suit précommandé arrive au petit jour dans notre boîte aux lettres, puis dans nos petites oreilles.

Par contre, waouh ! A la seule écoute des premières mesures de la "Uummannaq Song", quelque chose a fortement changé. Après trois albums plus que sympathiques essentiellement construits autour d'un folk-rock (ou folk tout court, pour le deuxième) très inspiré et par moments original, mais plutôt épuré globalement - comprendre par là le choix d'une instrumentation "basique", guitare acoustique, basse batterie... -, ici c'est une nappe de synthétiseur qui vient nous prendre à bras le corps. Et ce n'est pas la nappe de synthé tout douce, qui accompagne discrètement la folksong dans laquelle d'autres artistes anglophones comme Bruce Springsteen sont passés maîtres. Non, ici c'est vraiment l'effet bouillonnant, celui que l'on retrouve dans le milieu d'une "électro-pop", ou plus familièrement pop "branchée". D'ailleurs, le rythme au tambourin va plutôt dans ce sens. Deux musiciens sont crédités à la batterie, mais on peine à reconnaître cet instrument entièrement acoustique. Il y a de la programmation dans l'air, c'est certain, et le restant de l'album nous donnera raison. Quoiqu'il en soit, il est clair que KT a tenu à surprendre, à se renouveller, et passé ce premier morceau, tout un chacun sera libre de suivre l'artiste sur cette nouvelle voie ou pas.

Le fait est que Tiger Suit, passée la surprise de la première écoute et qui peut facilement brouiller les pistes (mais il faut dire que le changement d'ambiance est radical et parfaitement assumé !), est une véritable bombe, un magnifique monstre à l'image de ces gros félins auxquels le titre de l'album fait référence. Quoique le magnifique, c'est surtout pour l'image sobre de la chanteuse vêtue de son pull rayé. En tout cas l'indice était très bien dissimulé, je parle de l'allusion dans le titre. En dehors du mot "tiger" qui pouvait éventuellement faire naître les interrogations, qui aurait pu prévoir une telle évolution en matière de production ? Encore une fois, la première écoute peut paraître déroutante à l'extrême, mais l'on se rend vite compte que non seulement cette oeuvre est une réussite totale, mais aussi qu'après tout, elle s'inscrit dans la logique des choses. Après trois albums plus ou moins liés par un même style (la folk donc), KT s'est certainement dit que même si elle avait su faire ses preuves, elle ne pouvait éternellement se reposer sur ses lauriers. Ce qui fait qu'avant même de parler de qualité du produit, il convient de saluer cette prise de risque, qui bien entendu est fortement capable de créer des divisions...

Mais pour sûr et heureusement, il y a la qualité. Quel album, mes amis ! Déjà rien que "Uummannaq Song" et son ambiance chaleureuse avec cette instrumentation électro et ces choeurs soul qui rajoutent du caractère à la chanson... KT pousse même l'originalité jusqu'à rajouter du doudouk (hautbois arménien, joué par Martin Robertson que les fans d'Anthony Phillips reconnaitront) dans l'intro, de manière aussi discrète que justifiée. Puis la grosse machinerie est lancée, pour la majorité des chansons, ne "faiblissant" que pour deux ou trois titres. KT garde bien sûr sa maîtrise du genre folk qui faisait la grandeur des trois albums précédents, mais le côté rock développé sur Drastic Fantastic est nettement accentué, avec donc toute la machinerie électro et parfois des instruments totalement inattendus comme le doudouk, le guitaret, la guitare basse à 2 cordes... Tous ces critères se retrouvent sur des titres pour le moins très assurés rythmiquement mais aussi mélodiquement comme "Push That Knot Away", "Come on, Get in", le génial "Madame Trudeaux qui devrait faire fureur en live, ou encore "Glamour Puss". Des chansons enlevées qui vous feront taper du pied et dont les refrains s'ancreront dans votre tête pour ne plus en sortir. C'est toute la magie de l'oeuvre d'une telle artiste, qui fait décidément toujours mouche... Notons aussi parfois une certaine fièvre, différemment traitée cependant selon les morceaux. Par exemple sur "Madame Trudeaux", elle l'est surtout dans la rythmique, les cuivres au son modifié, ou encore le solo de guitare tonitruant. Sur le fabuleux "Fade Like a Shadow", elle l'est dans l'instrumentation bien sûr, mais aussi dans l'intonation que prend la voix de KT, surtout au moment du refrain, chant lead comme choeurs.

La belle sait aussi relâcher un peu la pression ainsi que le prouve tout d'abord le plus ou moins prévisible blues de "Golden Frames", ainsi que sur les trois chansons les plus calmes qu'il convient de ne surtout pas manquer. "The Entertainer" est sans doute le titre le plus nuancé, avec un semblant de disctinction entre plusieurs sous-parties, mais il y a plusieurs détails qui font qu'elle méritait sa place en chanson de fin. Je pousserai le bouchon plus loin en disant qu'elle est un peu pour moi le "A Day in the Life" de Tiger Suit... "(Still a) Weirdo" sonne plus comme une belle ballade, rappelant légèrement le superbe "Someday Soon" de Drastic Fantastic. Enfin, la plus triste et la meilleure à la fois, "Lost", qui vaut à elle toute seule l'achat du disque. Elle est elle aussi partagée entre les interventions de la machinerie électro et d'autres instruments plus acoustiques, en particulier l'apport d'une section de cordes pour la seule fois de l'album. Un cri du désespoir, une vraie perle...

Tous ces éléments, l'évolution, l'effort d'arrangements ainsi que bien évidemment la touche mélodique toujours très forte, m'amènent à penser que je me suis trop longtemps demandé, avant que Tiger Suit ne sorte, quel album de KT je devais plus retenir que les autres, celui envers lequel ma reconnaissance était la plus forte. Une fois que je suis rentré dans ce disque, j'ai vite compris que ce serait dorénavant celui-ci.

Note réelle : 4.5/5.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


I MUVRINI
Live (2006)
Le live qu'on attendait




Katie MELUA
Pictures (2007)
Un peu plus orienté pop-rock


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
   MOONDREAMER

 
   (2 chroniques)



- Kt Tunstall (chant, guitares, basse, synthétiseurs, flûtes, glo)
- Luke Bullen (batterie, percussions, e-bow)
- Kenny Dickenson (synthétiseurs, arrangements des cordes, piano)
- Jamie Morrison (batterie, percussions)
- Seye Adelekan (basse, guitares, choeurs)
- Martin Robertson (doudouk)
- Charlotte Haterley (choeurs)
- Jim Abbiss (orgue philicorda, synthétiseurs, vibraphone)
- Iamx (synthétiseurs, programmations)
- Leo Abrahams (guitaret, bandura)
- Seasick Steve (chant)
- Matt Radford (contrebasse)
- Arnulf Lindner (guitare baryton)
- Greg Kurstin (batterie, mellotron, programmations)
- Russell Fawcus (violon, arrangements des cordes)
- Gita Harcourt (violon)
- Marianne Haynes (violon)
- Paloma Deike (violon)
- Sophie Solomon (violon)
- Emma Owens (alto)
- Amy May (alto)
- Amy Langley (violoncelle)
- Laura Anste (violoncelle)
- Nick Attwood (trombone)
- Gary Alesbrook (trompette, cor, cor baryton)
- Robyn Hitchcock (guitare slide)


1. Uummannaq Song
2. Glamour Puss
3. Push That Knot Away
4. Difficulty
5. Fade Like A Shadow
6. Lost
7. Golden Frames
8. Come On, Get In
9. (still A) Weirdo
10. Madame Trudeaux
11. The Entertainer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod