Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  COMPILATION

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mc5
- Membre : Iggy Pop

The STOOGES - More Power (2009)
Par PINHEAD le 27 Mars 2011          Consultée 2889 fois

Les bootlegs, inédits et autres pirates des STOOGES inondent le marché de façon exponentielle et proportionnelle à la renommée grandissante du groupe de Détroit. Des disques plus ou moins officiels avec un son plus ou moins bon sortent à intervalle plus ou moins régulier. Quel bordel! Que choisir ?

Parmi tout ces remix, est sorti en 2009 un dénommé More Power à la pochette très alléchante. Un simple regard sur la tracklist annonce que le double CD a ressorti la quasi-totalité des enregistrements connexes à Raw Power (pour la totalité, se référer au coffert Heavy Liquid). Et les chansons sont à la hauteur de l'album, même si on comprend aisément le choix des compositions qui ont été sélectionnées pour remplir l'album Raw Power. Bien sûr le son très garage - c'est-à-dire volontairement mauvais - ne permet pas à l'auditeur d'apprécier pleinement les morceaux non fignolés. Mais quand on écoute certains des titres de cette compilation, on comprend qu'Iggy et ses Stooges étaient vraiment inspirés pendant l'écriture et l'enregistrement de Raw Power (mon disque de chevet). Chose remarquable sur les morceaux : le volume des guitares et des lignes de chant sont assez bas comparé au mixage de Bowie, mais également d'Iggy, sur l'album Raw Power.

On découvre certains des plus puissants morceaux des STOOGES : "I Got A Right", "Gimme Some Skin" et "Sick of You" qui sont les trois pépites du double CD. Ayant sûrement subi le mixage de Bowie, ces trois titres sont ceux qui ont été évincés de la tracklist de Raw Power. On entend le même sous-mixage des basses écrasées par le chant et la guitare sur-amplifiés (sauf sur "Sick of You"). Trois brûlots à l'énergie et à la violence qu'on ne retrouve sur aucun autre morceau de la compile.

Dans les idées les plus intéressantes du disque, on retrouve "Open Up and Bleed", power balad imprégnée de la guitare écorchée qui caractérise si bien James Williamson. La première version de "Shake Appeal" qui ouvre le disque sous le nom de "Tight Pans" fait également partie de ces curiosités. On peut aussi apprécier "Cock in my Pocket", et analyser comment les STOOGES revisitent le rock'n'roll des années 50. Autre perspective : découvrir la patte de Ron Asheton sur le morceau qu'il co-compose : "She Creatures in Hollywood Hills". Le morceau est très typé de l'enregistrement de Funhouse (1970), mais ne dépareille pas trop la compile bien qu'il soit peu inspiré. Car bien sûr, la quasi-totalité des morceaux sont composés par le duo Pop/Willimson dans la période d'imitation Jagger/Richards. Et les trois reprises qui ornent l'album sont très bonnes. Des jams sympathiques sur des classiques du blues ("I'm a Man"), du Rythme'n'Blues (Louie Louie), et de la Pop ("Money, That's What I Want").

Au final, pas de quoi bouder son plaisir pour les fans du groupe, les morceaux sont livrés tels quels : excluant tout overdub ou remasterisation ce qui permet d'apprécier la première version parfaitement authentique des enregistrements parallèles à Raw Power. J'ai dit "excluant tout overdub où remasterisation" ? Oups! J'ai fait l'impasse sur la tâche honteuse qui éclabousse la compilation. Les parties de batterie ont été réenregistrées sur TOUTES LES CHANSONS. Pour le coup, la galette perd une grande partie de son intérêt, tant sur le plan musical, que sur le plan authentique. Ou comment ruiner la joie de tous les fans du combo de Détroit. La véreuse maison de disque, coupable de cet affront blasphématoire, a au moins la décence d'écrire sur son pseudo livret de deux pages* un hommage à Ron Asheton mort moins d'un an avant la sortie de More Power. C'est déjà ça.

Coup(s) de coeur: "Gimme Some Skin", "I Got a Right"

* Ben oui faut pas déconner; quand un collectionneur achète une compile des Stooges, il compte bien sur un packaging soigné...

A lire aussi en ROCK par PINHEAD :


The VELVET UNDERGROUND
The Velvet Underground & Nico (1967)
Le critique défend l'innovation




The STOOGES
Fun House (1970)
Chef-d'oeuvre intemporel


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Iggy Pop (chant)
- James Williamson (guitare)
- Ron Asheton (basse)
- Scott Asheton (batterie)
- Scott Thurston & Bob Scheff (claviers)


- disque 1
1. Tight Pans
2. I'm A Man
3. I Got A Right
4. Money (that's What I Want) 7 Scene Of The Crime
5. Gimme Some Skin
6. Rubber Legs
7. Open Up And Bleed
8. Johanna

- disque 2
1. Cock In My Pocket
2. Sick Of You
3. Louie Louie
4. Head On
5. Cry For Me
6. She Creatures In Hollywood Hills
7. Born In A Trailer
8. Wild Love
9. Till The End Of The Night



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod