Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nektar
 

 Site Officiel (400)
 Myspace Du Groupe (349)

GENTLE GIANT - In A Glass House (1973)
Par JOVIAL le 25 Janvier 2011          Consultée 2310 fois

Si Octopus reste incontestablement le meilleur album de GENTLE GIANT, on a souvent tendance à omettre son excellent successeur, In A Glass House, qui, si son succès en Europe fut moins important, permit au groupe anglais de percer, contre toute attente, aux Etats-Unis. Pourtant, rien de ne laisser croire que le groupe, en à peine trois ans d’existence, allait être capable de sortir un cinquième album. Fin 1972, c’est un véritable coup de poignard pour le groupe : Phil Shulman claque la porte. Une véritable trahison pour ses deux frères, Ray et Derek, qui ne lui parleront plus. Les membres se concertent, faut-il arrêter GENTLE GIANT ? Personne ne le souhaite au fond, et on se passera du chant et des cuivres de Phil, un point c’est tout. In A Glass House est rapidement enregistré à l’été 1973, et se révèle, malgré tout ce qu’on pouvait imaginer, presque aussi réussi que son prédécesseur.

In A Glass House est un album unique dans la carrière de nos Anglais. Plus sombre, plus direct, plus rock sans doute, et résolument plus moderne. Terminé les ambiances volontairement rétros, même les quelques mélodies encore mâtinées d’influences médiévales ou Renaissance, sonnent incroyablement actuelles, pour un voyage musical rare et précieux. Les compositions brillent toutes d’un éclat noir, et tranchent tel un morceau de verre brisé avec les thèmes plus innocents des premiers albums. GENTLE GIANT gagne en puissance, tout en modérant son propos, en libérant complètement sa musique. Si l’album en lui-même est moins complexe qu’Octopus, ou même que The Power and The Glory, son écoute est plus aisée, et n'exige pas qu’on s’y essaye plusieurs fois pour apprécier. In A Glass House vous traverse dès les premières notes et ne vous relâche qu’en de très rares endroits : « Way of Life » en particulier, gâchée par un chant peu convaincant et une mélodie principale ridicule.

Parmi les morceaux inoubliables ici, on citera d’office « Experience », remarquable en tout point, ainsi que l’éponyme « In A Glass House », qui ferme la marche, candidat sérieux au podium des meilleurs compositions de GENTLE GIANT. On remarque que le groupe opte alors pour des climats très entraînants, où s’alternent soli de guitares ou de violon endiablés et claviers plus posés, faisant progressivement monter la pression pour des explosions musicales toujours très bien contrôlées. En contre-pied, et comme à son habitude, nos Anglais ne se sont pas gênés pour glisser quelques courts morceaux, plus calmes, mais eux aussi magistraux : « An Imnate's Lullaby », sensible et magnifique; « A Reunion », plus classique, relâchant nos membres, pour le splendide finale d'« In A Glass House ».

On a toujours du mal à parler de ses albums favoris, on ne sait jamais trop pourquoi on les adore tant, et je crois que c’est ce qui est en train de m’arriver dans cette chronique. Moins abouti, c’est certain, qu’un Three Friends ou Octopus, mais tout aussi plaisant à écouter. Marquant à mon avis parfaitement l’apogée du groupe, il nous prouve encore une fois que GENTLE GIANT reste à tout jamais l’un des plus formidables groupes de rock des années 70’s, capable d’insuffler à chacun de ses disques une âme riche, débordante de sentiments et toujours autant transcendante. Les albums suivants, malgré leurs qualités respectives (du moins jusqu’en 1975), ne réussiront pas à remonter à un tel degré d’excellence, et In A Glass House, n’aura jamais de petit frère, pas même The Power and The Glory, pourtant taillé dans la même roche. Et c’est peut-être mieux comme ça …

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par JOVIAL :


QUIET SUN
Mainstream (1975)
La perle inconnue d'un certain Phil.




MARILLION
The Thieving Magpies (1988)
Dernière restrospective live des années Fish


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Derek Shulman (chant/saxophones)
- Gary Green (guitares/percussions)
- Kerry Minnear (claviers/chant)
- Ray Shulman (basse/guitare/violon/trompette/choeurs)
- John Weathers (batterie/percussions)


1. The Runaway
2. An Inmate's Lullaby
3. Way Of Life
4. Experience
5. A Reunion
6. In A Glass House



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod