Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bryan Adams
- Membre : Thin Lizzy

Huey LEWIS AND THE NEWS - Small World (1988)
Par ERWIN le 19 Juin 2011          Consultée 1216 fois

Ah la la ! Quand je vous dirai dans quelle situation naît le 5eme opus de ce cher Hugh Anthony Cregg III -si c’est pas un patronyme de milliardaire ça les gars!- et de ses nouvelles, vous crierez au scandale ! Car scandale il y a : pensez-donc, après avoir vendu des brouettes, enfin des brouettes… Plutôt des semi-remorques de ses « Sports » et « Fore » à travers le petit monde, notre bon Huey se met en devoir de leur donner un successeur. Et quand on est un quasi-génie bohème doué d’une voix rocailleuse comme la verte terre de ses ancêtres, on ne devrait pas prêter le flanc à la critique, si facile en cette fin des eighties et dont bon nombre de ses collègues furent les victimes. On ne devrait pas, non, on ne devrait pas. Le rapport entretenu par Huey, Johnny Colla et Chris Hayes, soit les têtes pensantes des « News » a toujours été simple, franc et direct, qualités qui firent son succès.

Alors quand votre modeste chroniqueur, armé des quelques sous vaillamment sauvegardés de ses beuveries d’étudiant - oui c’est dur la vie à Aix-en-Provence quand on a vingt ans- se rue à l’échoppe de skeud aixoise en 88, il se jette sur le dernier 33 tours du grand blond. Cependant, un bref instant de malaise lui étreint l’âme à la vue d’une pochette qu’il aurait aimé plus cool… En effet, cette tof en black and white de Huey en train de jongler avec une balle de base ball en forme de planète bleue, bin ça sentait pas terrible. Et malheureusement, le constat après une écoute fut alarmant. Peu de magie, point de tubes interplanétaires, plusieurs titres qui comportent le mot « World » un peu à la façon d’un concept album. Et devinez quoi ? Huey n’est pas Genesis, il n’est pas Yes ou Rush ni même King Crimson, le seul concept présent dans la musique des News c’est l’éclate… Du coup agrémenter un concept dans l’éclate, bah c’est pas trop bandant, même si le concept en question est du même niveau qu’une pub pour les geeks de Iphone ou de Golf turbo machin.
Ce fait établi, le constat est simple : malgré toute la bonne volonté de Huey qui fait de Small World son album préféré, le skeud est plus mou qu’une guimauve sous un soleil d’août, ou plus dur qu’un caramel mou abandonné dans une tempête de neige, c’est selon, mais le résultat au final c’est une indigestion. Là ou Sports et Fore flirtent avec le sublime, Small World reste en première tout du long. On s’emmerde ferme. Et il m’en coûte de l’avouer. J’aimerais crier au génie de l’homme à la bosse des maths, cet échappé de Cornwell qui fit toute l’Europe en stop avec trois dollars en poche au lieu de se vendre à prix d’or aux multinationales très en bourre en ces mid seventies, mais voilà…

Alors analysons un brin les titres présents sur ce petit monde : il y aurait bien la petite rythmique de "Walkin With the Kids", mais les couplets partent en sucette. « Small World 1&2 » rappellent un peu les heures glorieuses de « Sports » mais… un peu seulement… C’est mou, et cette « 2 » au ton jazzy ne m’emballe guère. « Perfect World » est, elle, sans relief. Enfin « World to Me » en finit avec le concept du « Monde » dans un slow sirupeux et sans intérêt.

Y a aussi un brin de reggae avec « Bobo Tempo », étrange tentative quand on est un groupe de guerriers du rock. Tentative qui me les brise sévère. Après le bobo ya le mid-tempo « Old Antone’s » du nom d’un des grands initiateurs du Rock : Antoine « Fats » Domino, le résultat est sympa, sans être transcendant.
En fait seule « Give Me the Keys » fera naître un sourire sur votre bobine, enfin un titre qui aurait pu occuper une place -certes modeste mais tout de même- sur un des opus précédents. On y retrouve le sax de Colla, le ton doucereux et moqueur de Huey. Sax et cuivres qui tiennent ensuite une place prépondérante sur « Slammin » qui clôture le skeud sans même provoquer un début d'érection.

Bref, un titre potable sur 10, c’est pas bezef comme dit ma nana… Alors voilà, le constat est tristounet : Small World est l’opus de Huey Lewis à éviter. D’ailleurs les chiffres de vente seront intraitables. La période faste est révolue. Bienvenue dans le monde des loosers...

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


LOW ID
Discoverock (2012)
Belle découverte rock !




Elvis PRESLEY
From Elvis In Memphis (1969)
Le king reprend son trone


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Huey Lewis (chant harmonica)
- Chris Hayes (guitares)
- Johnny Colla (guitares saxophone)
- Mario Cipollina (basse)
- San Hopper (claviers)
- Bill Gibson (batterie)


1. Samll World (part One)
2. Old Antone's
3. Perfect World
4. Bobo Tempo
5. Small World (part Two)
6. Walking With The Kids
7. World To Me
8. Better Be True
9. Give Me The Keys
10. Slammin



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod