Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Léo Ferre
- Style + Membre : Wurtemberg, Machin

Hubert Felix THIEFAINE - Tout Corps Vivant Branché Sur Le Secteur Etant Appelé à S'ém (1978)
Par ERWIN le 12 Mai 2016          Consultée 2159 fois

Il fallait bien se lancer un jour dans la disco intégrale du Jurassien ! Le personnage ne lasse pas de passionner les masses mélomanes de notre bel hexagone. Il faut dire que ce bon Hubert-Félix fait tout pour se faire remarquer. Famille traditionnelle, scolarité chez les Jésuites, de quoi se sentir l'âme d'un poète décadent rapidement pour peu que vous soyez réfractaire aux ordres. Puis c'est une vocation de juriste, puis la carrière de séminariste curieusement restées sans postérité... Alors, c'est Paris, la ville lumière et ses excès, la vie de bohème... HF s'en tire pas mal du tout puisqu'il ne lui faudra que quelques années pour obtenir un deal... Vous n'êtes pas habitués à la langue de THIEFAINE ? Quelle chance ! Au moins vous risquez l'étonnement, parfois le fou rire voire le dégoût, mais jamais l'indifférence, impossible ! Alors, bienvenue aux amoureux du verbe, aux poètes, aux esthètes.

Bon cette tof de couverture, on en cause ? Ouais HF fera toujours tout pour dire merde au système, les mecs passent leurs vies à montrer leur trombine, lui se dit que chaussures et jolies chaussettes de sport feront mieux l'affaire, et tant pis pour les normopathes ! A l'époque, c'était ça être branché ! Le groupe MACHIN l'accompagne sur cette première oeuvre de jeunesse.

Ce premier album contient son grand classique, qui est tout simplement un des grands standards de l'histoire de la chanson française. Il est possible que cela paraisse un peu culcul de dire cela aujourd'hui, mais je connais pas mal de gens de mon entourage pour lesquels cette composition est sacrée. "La fille du coupeur de joints" est ce titre sans âge, qui tient la route chez les enfants, les scouts, les ados, les adultes avec toujours la même aisance. Vous n'avez qu'à assister à un live du bonhomme pour voir que toutes les générations sans exception chantent les "hohohoho" à l'unisson du chanteur, et qu'une vraie candeur s'en dégage. Bon, le canna c'est bien, mais on vous avait dit que le gars était presque schizo non ? A consommer avec modération ! Non, pas la chanson, bande d'ânes !

La réputation folk de ce premier album tient à quelques titres tagada tsoin tsoin bien dans le ton, je pense notamment au diptyque de "L'ascenseur de 22h43" et de la ballade "Je t'en remets au vent" qui en fait l'héritier des grands folkeux... "Mon pauvre Amour" ! Dans "La fin du saint empire romain germanique", Il recause de ganja avec son ton délicieusement naïf. Mais d'où sort ce banjo, yen a peu dans notre musique hexagonale par Toutatis ! Alors du coup, schizo ? Mais oui, totalement ! Par delà l'espace - je dis ça tout le temps, c'est trop bon ! -, notre cintré du Jura cherche la vérité tout au long de la lancinante complainte de "Le chant du fou". Ce second classique tient encore mémorablement sa place en concert de nos jours.

La présence du grand Léo FERRE n'a jamais été aussi puissante que sur cet album. HF la combat, certes, mais il est encore tendre pour vaincre l'ombre du grand maître. Cela donne la complainte synthétisée de "La dèche, le twist et le reste", où il slamme plus qu'il ne chante. La langue pratiquée en surprendra plus d'un ! Et si le Français ne suffit pas, les souvenirs latins de l'ex distingué séminariste vous sauteront eux aussi à la gueule, mais oui ! On signale le petit numéro traditionnel sur "La cancoillotte", qui présente l'accent et la culture franc-comtoise sous un angle fort sympathique, un endroit qui gagne à être connu malgré un tourisme - lisez donc Grangié "la voix des morts" les gars - fort peu développé ma foi. Mais le rock est aussi bien présent avec "22 mai" et surtout "Première descente aux enfers par la face nord" qui dépote superbement avec son solo de gratte énervé.

Et puis, l'ambiance délétère ivre morte de "Borniol" nous transporte dans le monde des boucs-émissaires d'un coup d'un seul. Les textes nous ramènent vers les Lagarde et Michard période 19eme siècle... Pour moi qui ne suis plus poète - ou alors Pouet pouet - depuis mes 22 ans, la cohabitation avec cet héritier de Rimbaud et de Lautréamont me remplit d'aise, d'autant que la guitare déchire drôlement bien, mais oui ! Le synthé fou rappelle quant à lui les dingos d'HAWKWIND... Mais oui, je vous dis ! L'acide, ça ne se discute pas ! Point commun ? Abus de substances illicites ! Encore ? Mais oui ! Et ce ne sera pas la dernière fois z'allez voir, bordel ! Mais non !!

Il est rare de faire aussi fort, aussi puissant sur un premier album. Certes, l'expérience et la personnalité de THIEFAINE suintent déjà par toutes les bosses du microsillon, mais du fond de son trou de bouseux, il était difficilement concevable que l'artiste conquière une telle audience en un tournemain. C'est pourtant le cas. Ce premier album est admirable !

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Axel BAUER
Personne N'est Parfait (2000)
Imparfait mais sonne bien




John LENNON
Imagine (1971)
Tous les musiciens voudraient l'avoir composé

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. L'ascenseur De 22h43
2. La Fin Du Saint Empire Romain Germanique
3. Je T'en Remets Au Vent
4. La Maison Borniol
5. La Cancoillotte
6. L'ascenseur De 22h43 Ii
7. Première Descente Aux Enfers Par La Face Nord
8. 22 Mai
9. La Dêche/le Twist Et Le Reste
10. La Fille Du Coupeur De Joints
11. Le Chant Du Fou



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod