Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNK/SOUL  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Terence Trent D'arby , Sly & The Family Stone, Wilson Pickett , Charles Bradley , Earth Wind And Fire, Betty Davis
- Style + Membre : Funkadelic, Maceo Parker , Bootsy Collins , The Blues Brothers

James BROWN - Body Heat Live In Monterey 79 (1979)
Par MANIAC BLUES le 30 Mai 2011          Consultée 1593 fois

A partir du milieu des années soixante-dix, James Brown est la première victime désignée des ravages du disco. Il n’a pas su surfer sur cette vague. Ou plutôt, il ne l’a pas vraiment voulu, lui qui méprisait cette caricature du funk dont il est le créateur. En 1975, il décide d’arrêter les tournées. Son succès décline peu à peu dans les charts. Mais on enterre pas James Brown d’un simple claquement de doigts. Quelques années plus tard, des producteurs lui proposent de faire un come-back retentissant à Monterey. Le concert est même diffusé à la télévision. Et le résultat est saisissant. James Brown n’a rien perdu de son charisme. Dans une forme resplendissante, le parrain délivre un show très excitant. Une heure de funk brut de décoffrage : attention, ça décoiffe !

Lorsque James Brown arrive sur scène dans sa resplendissante veste noire en criant à son public : « Feel Good ? », il est impossible de ne pas être saisi d’un frisson d’enthousiasme. Le roi est de retour et il ne se prive pas de le faire savoir en hurlant insatiablement « I'm Back » au cours de l’introduction de « Get up Offa That Thing ». Le minimalisme des paroles, les cris orgasmiques de James Brown et le rythme extatique créent un effet d’hypnose hallucinant. Alors qu’une fièvre sensuelle embrase la scène, les chorégraphies torrides de James sur « Hindsight » et les improvisations excitantes de « Jam » donnent beaucoup de piment au spectacle. En revanche, la version de « Sex Machine », longue improvisation d’une vingtaine de minutes, s’avère malheureusement un peu trop décousue.

Si le funk domine largement les festivités, James Brown ne délaisse pas pour autant son répertoire soul. Il offre par exemple deux interprétations excellentes de « Giorgia On My Mind » et « Try Me » qui permettent de ralentir le rythme effréné du concert. James Brown n’oublie pas non plus le fameux rituel de la cape sur « Please, Please, Please », qu’il avait inauguré exactement vingt ans plus tôt au théâtre de l’Apollo !

Certes, ce live n’a peut-être pas le panache des spectacles des années soixante. L’orchestre semble un peu trop en retrait et ne participe à la dimension spectaculaire du show qu’au cours de quelques improvisations. Mais malgré cela, la performance de James Brown reste phénoménale et on prend un immense plaisir à la regarder. Même si la réalisation est étriquée et sommaire, elle réussit tout de même à capter l’énergie brûlante du concert. En revanche, le public n’est absolument pas montré, ce qui est très dommage. On perd en effet une dimension essentielle du show.

Il ne faut pas s’attendre un DVD luxueux. La présentation ne fait pas dans le détail. Pas de bonus ni de menu. Le DVD est une réédition de la VHS « The Lost James Brown Tapes » parue 12 ans après la diffusion du concert. Il ne faut donc non plus être très exigeant en termes de qualité d’image. Cela dit, l’ensemble reste largement satisfaisant et la prestation très excitante de James Brown vaut le coup d’œil !

A lire aussi en FUNK par MANIAC BLUES :


PARLIAMENT
Mothership Connection (1976)
P-funk

(+ 1 kro-express)



Betty DAVIS
They Say I'm Different (1974)
Sexy, funky


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



Non disponible


1. Get Up Offa That Thing
2. Body Heat
3. Try Me
4. Sex Machine
5. Georgia On My Mind
6. Please Please Please
7. Hindsight
8. Can't Stand It
9. Papa's Got A Brand New Bag
10. Jam



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod