Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK CELTIQUE éNERVé  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dropkick Murphys, The Fatty Farmers , The Killigans , Wild Colonial Bhoys, Mr Irish Bastard, Sir Reg, The Fisticuffs , Booze Brothers, Flatfoot 56, The Pogues , Paddy And The Rats, The Real Mckenzies , Fiddler's Green, The Wakes
 

 Site Officiel (392)

FLOGGING MOLLY - Speed Of Darkness (2011)
Par GEGERS le 17 Juin 2011          Consultée 1598 fois

Habituellement, FLOGGING MOLLY n'est pas le genre de groupe à laisser son monde perplexe. Au contraire, le combo américain aurait plutôt pour manie de mettre rapidement tout le monde d'accord, à grands coups de punk-folk celtique assénés aux oreilles des plus récalcitrants. Une bonne dose de musique enragée, issue principalement de l'esprit de son génialissime leader Dave King. Mais il faut bien avouer que, pour le coup, l'amateur lambda ne savait pas trop à quoi s'attendre avec ce Speed of Darkness, cinquième album du groupe de Los Angeles. Il y a tout d'abord cette attente de trois ans séparant cet album de son prédécesseur, le formidable Float qui permit au groupe de s'imposer comme le leader définitif d'une scène punk celtique à la recherche de figures de proues constantes et charismatiques. Il y a ensuite ce premier single « Don't shut 'em down », annonciateur d'un album différent et surprenant. La voix de King, polissée au possible, s'efforçait de porter un titre rock celtique aux relents nauséeux de single facile. Et puis il y a finalement cette déclaration, comme un coup de tonnerre : « Speed of Darkness ne ressemble en rien à l'album que nous pensions faire au départ. Mais finalement, il s'est imposé comme l'album que nous devions faire ». Ah, et si, dans un instant de folie, le dieu de la Guinness avait imposé à FLOGGING MOLLY de composer un album de rock sucré pour skaters ? Houblon soit loué, il n'en est rien.

Il est vrai que ce nouvel album a mis le temps à venir, car le groupe a pris le pari de monter son propre label, sur lequel paraît ce nouvel opus. Il est vrai, également, que Speed of Darkness voit le groupe américain se débarrasser un peu plus encore que sur Float, de son punk alcoolisé qui filtre par tous les pores sur Swagger et Drunken Lullabies. Les tempi sont moins rapides, et l'énergie plus canalisée. Mais elle est toujours là, et bien là, et le ralentissement du rythme ne réduit en moins l'agressivité globale qui transpire sur cet album. Il suffit d'écouter le premier titre pour s'en convaincre. FLOGGING MOLLY en a gros, et tient à nous le faire savoir. La production, gonflée à bloc, se fait alors le vecteur de cette musique mature et vindicative. En faisant de la récession économique américaine le fil rouge de leur album, Dave King et ses sbires déversent leur bile sur les cols blancs et les ronds de cuir qui, bien sûr, avaient vu tout ce bordel venir.

Et il y a matière à dire. La thématique n'est pas nouvelle pour le groupe, mais elle se fait porteuse de textes affûtés et musclés, sous forme de réflexions désabusées ou de portraits empathiques de ces petites gens victimes de la crise, à l'image de « Revolution » (titre agrémenté d'un solo de cor d'harmonie !) qui illustre la descente aux enfers et la rébellion impossible d'une petite main devenue de trop. En laissant de côté son punk « traditionnel », FLOGGING MOLLY prend également le pari de composer des pièces plus longues et complexes, souvent dotées d'une progression et d'une montée en intensité, en témoignent les très réussis « The heart of the sea » , qui débute comme une ballade country-folk avant de se transformer en rock enragé, et « The cradle of humankind », superbe pièce aux allures de valse désabusée, marquée par la présence d'un piano surprenant, un instrument rarement utilisé par le groupe américain.

Il y a du grand, voire du très grand sur cet album. En atteste l'enlevé « Saints and sinners » et son accordéon prédominant, ou « Oliver boy (all of our boys) », titre anti-militariste qui se rapproche des ambiances à la Drunken Lullabies. Décidément, peu de groupes parviennent à maîtriser ce mélange entre guitare électrique et acoustique comme FLOGGING MOLLY, et le groupe s'impose toujours comme le leader de sa catégorie, n'hésitant pas à surprendre (une nouvelle fois) avec une courte ballade country-folk que King interprète en duo avec son épouse et violoniste du groupe Bridget Regan, pour un résultant charmant.

On ne peut donc qu'apprécier Speed of Darkness et saluer l'esprit d'initiative d'un groupe qui n'a pas peur de sortir des sentiers habituellement si balisés du style pour voguer vers ses envies. Un regret ? La présence de pièces légèrement moins convaincantes (les dispensables « Don't shut 'em down » et « Rise up »), et puis ce petit pincement lorsque l'on compare cet album, bon, à l'excellent Float qui se voulait d'un niveau d'inspiration et d'une homogénéité globalement supérieurs. Un bon cru néanmoins.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en PUNK-ROCK par GEGERS :


The BLACK TARTAN CLAN
Don't Walk Alone (2013)
La réponse européenne au punk celtique US




The REAL MCKENZIES
Rats In The Burlap (2015)
A la droite du père, en kilt


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Dave King (chant, guitare, banjo)
- Bridget Regan (violon, flûte)
- Dennis Casey (guitare)
- Matt Hensley (accordéon)
- Nathen Maxwell (basse)
- Bob Schmidt (mandoline, banjo)
- George Schwindt (batterie, percussions)


1. Speed Of Darkness
2. Revolution
3. The Heart Of The Sea
4. Don't Shut 'em Down
5. The Power's Out
6. So Sail On
7. Saints & Sinners
8. This Present State Of Grace
9. The Cradle Of Humankind
10. Oliver Boy (all Of Our Boys)
11. A Prayer For Me In Silence
12. Rise Up



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod