Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Malicorne, Alan Stivell , Pierre De Grenoble

Gabriel YACOUB - :yacoub: (2001)
Par MARCO STIVELL le 20 Novembre 2011          Consultée 1212 fois

Gabriel YACOUB continue sa carrière au rythme d'une parution tous les trois ou quatre ans, si l'on ne compte pas les compilations (il n'y en a que deux à ce jour, et elles comportent des inédits). En 2001, l'artiste nous livre le disque qu'il présente comme son plus personnel, et c'est là que nous en arrivons au point des questionnements. La tête au centre de la pochette, le "Yacoub" de la signature, c'est assez aisé à comprendre. Mais ce noir et blanc d'abord, serait-ce une nouvelle preuve de la simplicité du musicien ? Et pourquoi ces ":" encadrant le nom ? Quelle est encore la signification de ce sourire malicieux ? Un sens caché ? Bref, autant de questions laissées sans réponse, et peut-être qu'il n'y a tout simplement pas à en chercher.

Quoiqu'il en soit, :Yacoub: marque un tournant par rapport au précédent opus, l'excellent Babel. Si celui-ci, ainsi que Quatre opéraient au moyen d'un charme direct, ce nouveau disque se veut plus exigeant. Ainsi que l'a bien dit Jacques Vassal dans sa review de l'époque, c'est une oeuvre qui demande plus d'une écoute avant de révéler tous ses charmes. Moi-même, pourtant après de multiples explorations, je pensais lui mettre 3 pour un 3,5, ne retrouvant pas complètement le charme et la magie des trois précédents albums. Et force est de reconnaître finalement que Gabriel nous livre encore une galette passionnante, très aboutie bien qu'une nouvelle fois différente.

La faute (expression volontairement maladroite) à des arrangements moins "coutumiers" (comme ceux de Quatre mais en nettement plus épuré), à une réalisation plus ou moins versatile, qui confère à ce disque d'essence acoustique une certaine diversité, mais aussi un raffinement sans réelle faille. Les responsables en sont Gabriel et son fidèle bassiste Yannick Hardouin. On retrouve d'ailleurs l'équipe d'avant, mais l'esprit acoustique du disque veut que Nicolaïvan Mingo n'emploie sa guitare électrique qu'avec parcimonie, que Yannick Hardouin ait troqué sa basse électrique contre une acoustique, et que Jean-Pierre Arnoux soit confiné à des percussions. Le batteur, présent en tant que musicien occasionnel livre d'ailleurs ici sa toute dernière participation à un disque de Gabriel, avant de "disparaître" trop prématurément quelques mois plus tard. N'oublions enfin pas la grande surprise du disque, monsieur Hughes De Courson en personne (qu'on n'avait pas vu sur une production de Gabriel depuis Balançoire en Feu, 1981), qui participe à la confection de trois titres et joue des claviers sur "Pour une Joie au Loin".

Certains morceaux de ce disque n'auraient pas détonné sur Babel, avec d'autres arrangements. Je pense aux très folk et épurés "You Stay Here" et "Dame : Petite Dame", construits sur des plans "simples" allant de pair avec quelques chansons du grand frère de :Yacoub:. On y retrouve la vielle à roue de Gilles Chabenat, et l'on reste encore une fois bluffés par la qualité et l'élégance des textes de Gabriel. Sur "Mes Belles Anciennes Compagnes", "Trahison", ou "Si c'Etait", Gabriel parle d'amour pur, décrit en poésie contemplative ses anciennes muses, celles à qui succède dorénavant Sylvie Berger (Marie Sauvet et Nikki Matheson sans doute ?), ou encore évoque sa jeunesse de musicien itinérant avec le regret de n'avoir pas plus passé de temps auprès de son père. Des textes toujours personnels et aussi puissants que modestes. Le tout servi par une musique à base d'arpèges délicats voire de riffs bluesy ("Trahison"). Sur "Si C'Etait", la réalisation est à 90 % vocale, Gabriel étant accompagné par l'excellente polyphonie corse A Filetta, que l'on retrouve aussi sur "Les Rues des Vieilles Capitales".

:Yacoub: est aussi habité par ces chansons toujours d'essence folk mais si particulières et qui n'appartiennent qu'à leur auteur. "Le Poids du Passé", "Pour une Joie au Loin", "Trahison" et le magnifique "Gris" principalement, parviennent à rendre le disque plus complexe qu'il n'y parait. Les deux premières contiennent les premières traces d'arrangements de cuivres chez Gabriel, entre douceur nostalgique et fanfare pessimiste pour "Le Poids du Passé". Les cordes dominent également sur le disque, avec des violon et violoncelle confortant l'impression de raffinement. Pour le superbe "Je Vois Venir", Yanncik Hardouin est à l'orgue, et la mélodie de cornemuse (par Ronan Le Bars) n'est pas sans rappeler le "Exile" de l'artiste irlandaise Enya, ce qui renforce le côté évasion celtique. Gabriel a choisi de conclure le tout par une reprise particulière, celle de "La Marine" de Georges Brassens et Paul Fort. On navigue (c'est le cas de le dire) ici entre petite houle et mal de mer, les programmations évoquant le bateau qui tangue, à mi-chemin entre répétitivité (la ligne de basse, la mélodie) et densité (les effets, la voix du chanteur flamand Ludo Vandeau en background). Un final pour le moins classieux.

Un disque qui demande du temps donc, mais qui confirme l'idée (comme si besoin était avec une telle carrière) que Gabriel est l'un des artistes français les plus importants de notre époque, hélas sans doute destiné à resté boudé par une majeure partie du public. Pourtant, en matière de chansons élégantes et dotées d'une réalisation aussi intimiste qu'originale, il y en a peu, des artistes comme ça...

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Steve HACKETT
Bay Of Kings (1983)
Meilleur album acoustico-classique de Steve




IL'éã
Ici Et Là (2010)
Une passerelle de la chanson folk vers le celtique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gabriel Yacoub (chant, guitare acoustique, mandoline, mandoloncell)
- A Fileta (chant)
- Jean-pierre Arnoux (percussions)
- Jean-claude Auclin (violoncelle)
- Sylvie Berger (chant)
- Gilles Chabenat (vielle à roue)
- Hughes De Courson (claviers)
- Paul-antoine De Rocca Serra (violoncelle)
- Yannick Hardouin (basse acoustique, orgue hammond)
- Paul Jothy (percussions)
- Jorgi Kornazov (trombone)
- Fayçal Kourrich (violon)
- Ronan Le Bars (cornemuse irlandaise)
- David Lewis (trompette, bugle)
- Nicolas-yvan Mingot (guitares électriques et acoustiques)
- Nathalie Rivière (violon)
- Martin Saccardy (trompettes)
- Ludo Vandeau (chant)


1. Mes Belles Anciennes Compagnes
2. Si C'était
3. Gris
4. You Stay Here
5. Trahison
6. Pour Une Joie Au Loin
7. Dame : Petite Dame
8. Les Rues Des Vieilles Capitales
9. Le Poids Du Passé
10. Je Vois Venir
11. L'amour Marin



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod