Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elvis Presley , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Eddie Cochran , Buddy Holly , Stray Cats

LITTLE RICHARD - Little Richard (1958)
Par ERWIN le 7 Mai 2012          Consultée 1046 fois

Le deuxième méfait de l’autoproclamé « Grand architecte du Rock’n’roll », après des débuts quasi parfaits. L’exubérante personnalité du petit Richard PENNIMAN n’est pas prête de mettre au rencart ses excès et une vision du monde très personnelle et fort peu adaptée aux standards des années cinquante, encore ancrées dans une pudibonderie choquante pour notre 21eme siècle. Alors nous allons voir que les patrons de la maison de disque vont tenter d’influer légèrement les compos du petit démon.

Influer…Certes … Mais lorsque vous avez en face de vous une véritable tornade ambulante dont la vie n’est que pirouettes et grands écarts, ce n’est pas si simple. Mais nous trouvons tout de même sur ce LP quelques titres se voulant plus cool, plus smooth. Prenez « By the light of the silvery moon » par exemple, j’adorai ce titre étant pré ado, un brin plus calme que les autres, nanti d’une identité presque motown des années avant la naissance de la puissante maison. C’est très réussi dans un style différent, les cuivres y sont doux, le solo de sax sympa, et Richard s’oblige à un peu de retenue, sans grand succès il faut bien l’admettre mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime… « All around the world » « I’ll never let you go » et « Baby face » sont dans la même veine et ô surprise nous avons là un slow « Send me some lovin », pas mal du tout.

Du coup rentrons dans le vif du sujet avec les titres de gloire de cet opus, dont la qualité est sensiblement identique à celle de son prédecesseur.
Vous y trouverez « Good golly miss Molly », sa débauche de cris et d’intonations, c’est juste la folie ! Je conseille une écoute à plein tubes.
Vous pourrez ensuite vous asphyxier avec « Keep on Knockin » dont le rythme est démentiel pour l’époque. Ce titre ne trouvera le succès qu’avec la reprise doucereuse et bien pensante des Everly Brothers… Car ici tout n’est que débauche, stupre et fornication… Sacré Richard !
Mais ne croyez pas que nous allons nous arrêter en si bonne voie d’extinction de voix, car retentissent alors les premiers accords de « Lucille » , si vous n’êtes pas achevés après cela… Les vidéos montrent un Richard tout d’agressivité dégoulinant de gomina, les yeux exorbités un regard d’illuminé, m’étonne pas que notre homme ait ensuite trouvé « notre seigneur » sur son chemin, il fallait ça !
« The girl can’t help it » est l’ultime classique de cet opus, à redécouvrir.
Mais point n’est besoin d’avoir un statut de classique pour exploser les oreilles d’une population avide de sensation en 58, écoutez plutôt « Ooh! My soul » pour cela, puis « Hey hey hey hey » et « Heeby-Jeebies », qui proposent de nouvelles cavalcades.

Bref, voila un opus plein de qualités, comme pour le premier. Beaucoup de standards qui ont tous bien vieillis et font partie de l’inconscient collectif. Ce sera donc évidemment une bonne note.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Sleepy LABEEF
The Legendary Sun Classics (1980)
Le boeuf dormeur




Elvis PRESLEY
King Creole (1958)
Grand film, grande bo


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Keep A Knockin’
2. By The Light Of The Silvery Moon
3. Send Me Some Lovin
4. I’ll Never Let You Go
5. Heeby-jeebies
6. All Around The World
7. Good Golly Miss Molly
8. Baby Face
9. Hey Hey Hey Hey
10. Oohh! My Soul
11. Ths Girl Can’t Help It
12. Lucille



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod