Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1968 Volume One
1969 Volume Two
1970 Third
1971 Fourth
1972 Fifth
1973 Six
Seven
 

- Style : Henry Cow, Steve Hillage
- Membre : Robert Wyatt , Kevin Ayers , Uk

The SOFT MACHINE - Fifth (1972)
Par TARTE le 5 Avril 2012          Consultée 1145 fois

Cinquième chapitre de la Machine Molle. Le Jazz règne désormais en maître après avoir semé le trouble dans la formation. Les différents artistiques ont provoqué le départ de Wyatt qui fondera plus tard un alter ego étrange et pseudo francophone de son groupe d’origine : Matching Mole.

Fifth confirme les penchants déjà symptomatiques de Fourth, mais en perd peu à peu l’énergie, l’entrain, l’envie et surtout, l’humour. La recette est à présent connue, la rythmique très ornée et décadente apporte à la musique l’aspect incontrôlable, les lignes des cuivres une harmonie étrangère et l’orgue sa coutumière démence.

Fifth est plus progressif que son prédécesseur, d’abord dans sa construction : les compositions prennent davantage de temps à démarrer, et dans ses ambiances qui furent l’objet d’un travail minutieux. La densité qui s’en dégage semble déjà altérée par quelques longueurs ici et là, mais aussi par quelques analogies de composition (le parallèle « All White » / « Drop » ce fait assez rapidement).

Soft Machine joue sur les éléments, le titre d’ouverture est rendu aride par le saxophone alto, répandant du sable chaud dans le creux de nos oreilles, à l’inverse des gouttes d’eau raisonnant dans une vaste cavité auxquelles se mêle le clavier cristallin de Ratledge sur « Drop ». « M.C. » dresse quant à lui un paysage venteux, sans cesse balayé de bourrasques charleston. Enfin, on termine notre voyage sous terre avec le plus qu’évocateur « Bone ». Ici se trouve la fantaisie de Fifth, le reste se pare d’une esthétique jazz non dénuée d’intérêt, mais qui paraît un brin superficielle.

Cependant, l’interlude chaotique « L B O » servira à accueillir une chose rare chez Soft Machine : un solo de batterie que la production se fera un plaisir de rendre très percutant, néanmoins, je tique toujours sur quelques instants d’hésitation dans les roulements en trois temps typiquement Bonham, et qui plombe un peu sa fluidité. En parlant de batterie, il est à noter que Wyatt se paie le luxe d’être remplacé par deux musiciens, Phil Howard et John Marshall, qui ont su s’adapter à la musique du groupe sans trop l’altérer. Et puis il y a toujours l’indéboulonnable Hugh Hopper dont le jeu de basse est toujours aussi irréprochable (peut-être plus en retrait qu’à l’habitude).

Soft Machine a beaucoup perdu de l’effervescence qui rendait sa musique électrique, il se contente d’un mélange de rock et de jazz possédant moins d’esprit que ses prédécesseurs. Ce n’est qu’après le pincement au cœur que l’on retourne sur les premiers volumes, la consolation sera rapide.

A lire aussi en JAZZ par TARTE :


Esperanza SPALDING
Radio Music Society (2012)
Jazz




The SOFT MACHINE
Fourth (1971)
Jazz


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- Mike Ratledge (orgue, claviers)
- Hugh Hopper (basse)
- Elton Dean (saxophone alto, claviers)
- Roy Babbington (contrebasse)
- Phil Howard (batterie)
- John Marshall (batterie)


1. All White
2. Drop
3. M.c.
4. As If
5. L B O
6. Pigling Bland
7. Bone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod