Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bill Ward , Rainbow, Blue Öyster Cult, Danzig, The Dead Daisies , Msg, Deep Purple, Ian Gillan , Uriah Heep, Alice In Chains, Whitesnake
- Style + Membre : Tony Iommi , Dio, Black Sabbath
 

 Site Officiel (254)

Ozzy OSBOURNE - Diary Of A Madman (1981)
Par RED ONE le 28 Novembre 2012          Consultée 1974 fois

Après un premier album solo qui, à défaut d'être parfait, avait le mérite de proposer des tubes incontournables, Ozzy revient un an plus tard avec ce deuxième effort enregistré relativement vite après la sortie du premier (la tournée de promotion de Blizzard Of Ozz n'avait presque quasiment pas commencée lorsque son successeur fût enregistré). Diary Of A Madman s'inscrit donc, de façon logique, dans la continuité directe du précédent album. Les musiciens sont par ailleurs exactement les mêmes : le légendaire Randy Rhoads est toujours de la partie, accompagné d'une section rythmique immuable, composée de Lee Kerslake à la batterie et de Bob Daisley à la basse. Don Airey, ancien membre de RAINBOW et ancien collaborateur d'Ozzy durant l'enregistrement de Never Say Die en 1978, complète le line-up aux claviers.

Autre fait notable, Diary Of A Madman inaugure le premier volet d'une assez longue série d'albums d'Ozzy OSBOURNE aux pochettes absolument horribles. Vous verrez que malheureusement, ça ne va pas trop s'arranger par la suite. Mais passons sur ces menus détails ... Car plus sérieusement, ce second effort d'Ozzy tout seul est assurément l'un des plus réussis : sur les 8 titres que compte l'album, seul "Tonight" (horripilante ballade FM), cloche réellement. Du reste, on atteint le quasi sans fautes. Que ça soit en début ou en fin d'album, la plupart des titres sont excellents, que ça soit les tonitruants débuts ("Over The Mountain", "Flying High Again", ou bien encore la génialissime "You Can't Kill Rock'n'Roll"), que la fin ("S.A.T.O", petit bijou guitaristique, ou bien l'ultra-célèbre titre éponyme, "Diary Of A Madman"). Ozzy ne sombre pas encore totalement dans le heavy metal commercial, on flirte d'ailleurs ici assez aisément avec ce qui se fait de mieux en Angleterre à la même époque (IRON MAIDEN notamment ...), et c'est tant mieux !

L'enregistrement de Diary Of A Madman sonnera cependant le glas du premier line-up du groupe solo d'Ozzy : peu de temps après l'enregistrement de l'album, Lee Kerslake et Bob Daisley mettent les voiles et ne seront donc finalement pas crédités. En lieu et place de leurs noms figureront ceux de leurs remplaçants immédiats à l'occasion de la tournée promotionnelle, à savoir Rudy Sarzo (basse) et Tommy Aldridge (batterie), qui bien évidemment n'ont absolument rien enregistré sur l'album.

À noter également pour la petite histoire que Diary Of A Madman, tout comme son prédécesseur, fera l'objet d'une plainte de la part de Bob Daisley et de Lee Kerslake pour non-respect des droits d'auteur de la part du management d'Ozzy. De la même manière que pour Blizzard Of Ozz, Ozzy se vengera de ses deux anciens acolytes en 2002 en faisant entièrement réenregistrer les pistes de Daisley et Kerslake par Robert Trujillo (basse) et Mike Bordin (batterie), c'est-à-dire sa section rythmique du début des années 2000 ! Scandaleuse initiative, qui ne sera pas du tout appréciée par les fans de longue date, évidemment. Fort heureusement, cette faute artistique impardonnable sera réparée en 2011 avec la réédition des deux premiers albums d'Ozzy dans leur version originelle. Ouf, l'honneur est sauf (si l'on peut dire ...)

Au final, Diary Of A Madman est assurément l'un des albums majeurs du répertoire solo d'Ozzy OSBOURNE. Même si les albums solo d'Ozzy sont malheureusement constamment victimes de choix artistiques discutables de la part des différentes personnes qui y ont participé (musiciens, producteurs, et bien sûr Ozzy lui-même), Diary Of A Madman s'impose assez aisément comme l'un des plus réussis et des moins imparfaits, du fait d'un grand nombre de titres excellents. Il faudra attendre The Ultimate Sin en 1986 pour qu'Ozzy revienne à un tel niveau ...

On ne pouvait malheureusement pas conclure cette chronique sans évoquer le terrible drame qui va toucher Ozzy et, par extension, le monde du hard rock en général durant la tournée promotionnelle de cet album : le 19 mars 1982, Randy Rhoads décède à la suite d'un stupide accident d'avion, et ce alors que la tournée promotionnelle de l'album Diary Of A Madman n'était pas encore achevée. Le monde du hard rock perdait alors l'un des guitaristes les plus prometteurs de sa génération, et parallèlement, Ozzy perdait son meilleur ami. Si cette histoire est souvent maintes fois répétée, c'est qu'elle ne sera pas sans conséquences sur la suite de la carrière solo d'Ozzy, qui mettra presque dix ans à s'en relever psychologiquement et sombrera progressivement dans la drogue.

Mais en 1982, malgré la mort de Randy Rhoads, "the show must go on", comme aurait dit Freddie Mercury ...

Note : 4/5.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


SEPULTURA
Metal Veins : Alive At Rock In Rio (avec Tambours Du Bronx) (2014)
Structure VIOLENCE !!!




GRAVEYARD
Hisingen Blues (2011)
La relève stoner/psyché venue de Suède !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Ozzy Osbourne (chant)
- Randy Rhoads (guitare)
- Bob Daisley (basse)
- Lee Kerslake (batterie)
- +
- Johnny Cook (claviers)
- Louis Clark (arrangements)
- Rudy Sarzo (crédits de basse)
- Tommy Alridge (crédits de batterie)


1. Over The Mountain
2. Flying High Again
3. You Can't Kill Rock'n'roll
4. Believer
5. Little Dolls
6. Tonight
7. S.a.t.o.
8. Diary Of A Madman



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod