Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK HARDCORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Discharge, The Exploited , Bad Brains
 

 Site Officiel (521)

GBH - No Need To Panic (1987)
Par RED ONE le 15 Juin 2013          Consultée 1048 fois

Sérieusement, quelqu'un se souvient-il des albums de GBH publiés après 1986 ? Hormis quelques connaisseurs, je pense que personne n'a réellement suivi la suite de l'histoire de GBH après cette date. Mais bon quand on connaît l'état de la scène UK hardcore à cette époque-là, il n'y a pas vraiment de quoi s'étonner. Les groupes emblématiques de la seconde vague punk de 1982 hésitent alors toujours entre foncer tête baissée dans une fusion ambiguë avec le heavy metal ou bien essayer tant bien que mal de continuer leur œuvre sans renier leurs racines. GBH, à l'inverse de DISCHARGE et de The EXPLOITED, choisira dans un premier temps de poursuivre son chemin dans la scène punk traditionnelle, et son superbe album de 1986 nous avait admirablement prouvé que ce choix demeurait crédible. Mais malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin...

« Hey les gars, allez, sortons la grosse Rover break du garage et allons faire un tour en ville, histoire de descendre quelques bières. Et si on mettait un disque pendant le trajet ? J'ai justement un album méconnu de GBH tiens, c'est leur album de 1987, il s'appelle No Need to Panic ! »
(Quelques pistes défilent.)
« Mouais, mouais, c'est un peu mou tout ça, fuck ! Attends, c'est quoi tous ces parasites de radio pendant la lecture ? Ah merde, ça fait partie de l'album ?! Shit... »

No Need To Panic est un album de GBH assez difficile à écouter pour qui connaît en priorité les premiers opus du groupe. Andrew Williams, batteur et membre originel de GBH depuis ses origines, présent depuis les premiers enregistrements de Charged GBH au début des années 1980, quitte le navire peu après l'album Midnight Madness and Beyond (1986). Il sera remplacé par Kai Reder (qui restera sur les deux albums suivants), batteur au style peu avare en double pédale. C'est donc un nouveau GBH qui repart à l'assaut de son public en cette fin de décennie 1980. No Need to Panic, malgré son titre trompeur, n'a pas du tout de quoi rassurer les fans sur la bonne santé du groupe, car malheureusement, cet album est mauvais...

Et pourtant, on ne peut pas dire que ça commence mal : « Transylvanian Perfume », avec ses riffs punk rock old school, envoie bien la sauce et démarre de fort belle façon les hostilités. Mais dès le second morceau, on sent que quelque chose cloche un peu. Ca tabasse toujours à fond, le groupe a l'air sûr de lui, mais malheureusement, Colin Abrahal semble relativement perdu. Pour être franc, on a l'impression de l'entendre chanter bourré sur quasiment tout l'album. Vous me direz que si ça se trouve, tous les albums de GBH ont été enregistrés dans cet état... Mais là, je suis désolé, non, ça ne passe pas. Et ce n'est pas la suite qui va nous rassurer : « To Understand » nous montre ainsi un GBH en roue libre totale, avec un morceau déconstruit peu évident à comprendre. Le ton semble étonnamment léger, et GBH ne donne pas l'impression de savoir réellement où il va.

« Makin' Whips » tente encore une fois de donner le change et de nous démontrer que le groupe a toujours la niaque, mais non, rien n'y fait. Le morceau se révèle passablement médiocre, sans réel groove ni vrai riff à se mettre sous la dent. Bon, « I Shot the Marshall » sauve un peu la mise, avec un style propre aux premiers albums, dans la veine du single « Fire ». Mais « Electricity in Space » repart quand même franchement dans le portnawak’, avec des solos de guitare très mal mis en avant, une basse beaucoup trop ronflante, et un Colin Abrahal qui cherche malheureusement encore à trop en faire.

« Hit the Deck », avec son groove basse/batterie rentre-dedans, fait assurément partie des morceaux réussis de l'album, et c'est d'ailleurs tant mieux qu'il y en ait. Mais le potentiel se retrouve toujours gâché par une production minable et une performance générale assez dégueu. La fin de l'album est réellement bas de gamme, et aucun titre ne parvient à faire vraiment décoller l'album. GBH semble totalement paumé, sort des compositions sans réel intérêt, aux riffs vraiment nuls. La fin de l'album se révèle un peu meilleure cependant, avec un « Avenues and Alleyways » thrashy au possible, à la fin psychédélique bien trouvée, et un « Unanswered Prayers » plutôt efficace. Mais dès la lecture achevée, on se dit que quand même, cet album de GBH nous a finalement bien cassé les couilles. Non, désolé GBH, c'était vraiment pas terrible les gars... et c'est surtout super décevant après la méchante baffe que vous nous aviez sortie en 1986.

La suite de l'histoire de GBH ne sera pas forcément meilleure dans les années qui suivront celle de la sortie de ce disque, puisque l'album suivant, A Fridge Too Far (1989), ne sauvera pas grand-chose à ce désastre qui touche la scène hardcore britannique à la fin des années 1980. No Need to Panic, même s'il recèle quand même quelques bonnes idées de-ci de-là, peut aisément être considéré comme l'un des plus mauvais albums de GBH, si ce n'est le pire de toute leur discographie.

« On rentre à la maison les gars, j'ai envie de réécouter Never Again de DISCHARGE ! »...

Note finale : 1,5/5.

Titres intéressants : merde, je les ai déjà oubliés, mais oui, il y en a un ou deux. Cherchez vous-mêmes.

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


DISCHARGE
Beginning Of The End (2006)
Le Discharge nouveau est arrivé !




DISCHARGE
Why (1981)
Discharge, c'est la guerre


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Colin Abrahall (chant)
- Colin Blyth (guitare)
- Ross Lomas (basse)
- Kai Reder (batterie)


1. Transylvanian Perfume
2. Hearing Screams (for The Last Time)
3. To Understand
4. Makin' Whips
5. I Shot The Marshall
6. Electricity In Space
7. Hit The Deck
8. Rumblin' Underground
9. Desperate Times
10. Gunning For The President
11. Avenues And Alleyways
12. Unanswered Prayers



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod