Recherche avancée       Liste groupes



      
POP FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Angelo Branduardi

Cat STEVENS - Tea For The Tillerman (1970)
Par JAMES DEAN le 16 Juin 2005          Consultée 7304 fois

Chroniquer un album de Cat Stevens c’est un peu comme une partie de Scrabble : il est dur de se passer du dictionnaire sous peine de très vite tourner en rond, car en effet les superlatifs du genre « magnifique, sublime, exceptionnel...» sont ceux qui conviennent le mieux pour qualifier les œuvres du Cat. Je vais donc m’efforcer d’éviter ces redondances sans toutefois pouvoir le faire complètement, vous comprendrez aisément pourquoi à l’écoute de ce délice.

Difficile de succéder à un album du niveau de Mona Bone Jakon et pourtant...Sorti quelques mois après ce dernier, Tea For The Tillerman reste dans la tonalité pop-folk de son prédécesseur tout en y ajoutant de nouveaux éléments comme des violons ou encore quelques subtils arrangements (signés Del Newman) qui font de cet album l’un des plus réussis du génie anglais. Fort du succès de son œuvre précédente Cat Stevens va nous servir à nouveau un somptueux mélange entre mélodie et sobriété.

Dès les premiers accords on sent que le Cat a conservé toute la sensibilité des albums précédents. « Where Do the Children Play? » ouvre ce voyage au cœur de la mélancolie et de la douceur représenté jusque dans la superbe pochette signée Cat Stevens himself. Deux magnifiques morceaux plus loin, et après le tube interplanétaire « Wild World », que tout le monde a au moins déjà entendu une fois en tombant (par hasard bien sûr ;-) sur Nostalgie ou Chérie FM, Cat Stevens nous offre la ballade du siècle : « Sad Lisa ». Son intro au piano à faire pleurer les moins sensibles d'entre vous, son superbe solo de violon ainsi que le chant maîtrisé à la perfection font de cette chanson l'une des plus belles qu'il m'ait été donné d'entendre. L’album entier est parsemé de pièces toutes aussi belles les unes que les autres comme le dialogue entre père et fils du cultissime « Father & Son » ou encore l’envolé gospel de l’ultime morceau. Rien est à jeter, tout est beau, sublime, grand – le Cat nous fait voyager durant ces 37 minutes au cœur de la sensibilité et de son univers si personnel.

Ce qui impressionne dans ce disque c’est l’homogénéité, tant dans la qualité que dans la tonalité des différents morceaux. Le mieux, si vous désirez découvrir cet artiste hors norme reste que vous posiez une oreille attentive sur cette oeuvre magistrale. Ce Tea For The Tillerman peut s’appréhender comme un parcours à travers la vision du monde unique de son créateur, amenant à une réflexion sur l’amour, l’éducation ou encore la religion. Des paroles intelligentes au service d’une même cause, la musique. Une œuvre magique tout simplement...

A lire aussi en POP :


Sara BAREILLES
Live From Gravity Tour (2009)
Un live acoustique. mais c'est bien quand même.




STING
57th And 9th (2016)
Artiste majeur


Marquez et partagez





 
   JAMES DEAN

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Cat Stevens (guitares & piano)
- Alun Davies (guitares)
- John Ryan (basse)
- Harvey Burns (percussions)
- John Rostein (violon)


1. Where Do The Children Play?
2. Hard Headed Woman
3. Wild World
4. Sad Lisa
5. Miles From Nowhere
6. But I Might Die Tonight
7. Longer Boats
8. Into White
9. On The Road To Find Out
10. Father And Son
11. Tea For The Tillerman



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod