Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Blackberry Smoke, Doc Holliday
- Membre : Uriah Heep
- Style + Membre : Lynyrd Skynyrd
 

 Site Officiel (613)

BLACKFOOT - Medicine Man (1990)
Par ERWIN le 2 Novembre 2013          Consultée 1206 fois

Comment rebondir après avoir été une icône ? Comment retrouver le feu sacré ? Comment ramener les chevaux sauvages égarés dans un corall si éloigné ? Après 3 albums "différents", Ricky Medlocke choisit de repartir de zéro, il abandonne le terrain peu fertile du Rock FM/AOR pour revenir à un son plus proche des racines roots du southern rock. Il était temps ! Du coup il assume son héritage avec force sur la couverture de l'album ainsi que dans les textes ou l'on retrouve sa verve passée. Je regrette toujours malgré tout 23 ans plus tard l'absence de ses trois larrons qui aurait pu donner à l'opus la saveur si originale du grand BLACKFOOT. Enfin ne faisons pas la fine bouche, j'ai longtemps cru, comme beaucoup de fans, que tout était fini.

Le premier constat auquel nul ne peut échapper, c'est cette satanée Gibson explorer qui continue de rugir malgré les années. C'est flagrant sur l'agressif "Doin my job" qui ouvre l'opus dans la grande tradition des titres punchy "in your face" des pieds noirs, du southern Hard rock couillu digne de la trilogie animalière. La guitare y règne en maîtresse et avec classe. "The stealer" achève de me convaincre que nous sommes en face d'une livraison de Pemmican de derrière les fagots ! Super efficace, avec un joli solo qui sonne cependant un poil trop overdubé.
Mais le titre de bravoure de l'opus est indéniablement pour moi le slow crépusculaire qu'est "Guitar slingers song and dance". Dans la grande tradition de "Searchin" ou de "Highway song", en plus moderne toutefois, le résultat est saisissant de réalisme. Quel talent !

Certains titres sont plus classiques dans leur approche, mais restent nantis de l'identité sudiste : il en va de "Sleazy world" et de "Chilled to the bone" alors que "Not gonna cry anymore" et "Runnin runnin" sont plus formatés FM et semblent sortis des sessions du controversé Siogo, tout en conservant une qualité certaine.
La nouvelle version CD est agrémentée de deux titres supplémentaires : l'instrumental "Navarre" ne fait que confirmer l'éclatant talent de Ricky avec tous les types de guitare et ouvre le superbe "Soldier blue", une plongée en droite ligne dans l'ambiance de Marauder, ce qui a pour effet de me convaincre de positionner cet album au dessus de Siogo.

Le retour de BLACKFOOT sous la forme d'un album plus ou moins solo de son leader charismatique -pléonasme ridicule - se déroule donc sous les meilleurs auspices. Hélas, dix années ont passé depuis la grande époque et les ventes ne seront pas à la hauteur. C'est donc l'occasion pour moi de rétablir une certaine réalité historique : Ricky était bien de retour en 90. BLACKFOOT is alive !

A lire aussi en BLUES-ROCK par ERWIN :


BLACKFOOT
Strikes (1979)
Le tonnerre du grand esprit




Calvin RUSSELL
Contrabendo (2011)
Live but dead


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Doin My Job
2. The Stealer
3. Sleazy World
4. Not Gonna Cry Anymore
5. Navarre
6. Soldier Blue
7. Runnin Runnin
8. Chilled To The Bone
9. Guitar Slingers Song And Dance



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod