Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : U2, The Silencers
- Membre : Big Country
 

 Simple Minds (1376)

SIMPLE MINDS - Life In A Day (1979)
Par ARP2600 le 30 Novembre 2013          Consultée 1367 fois

Au départ, le courant punk/new wave britannique est avant tout parti de Londres et sa banlieue. En vrac : The Sex Pistols, The Clash, The Stranglers, Ultravox, Japan, Gary Numan et tant d'autres (on peut même citer Peter Hammill tant qu'on y est). Les premières incursions au nord ne sont pas des moindres, avec les Buzzcocks puis Magazine du côté de Manchester puis The Human League à Sheffield. Il a fallu un peu de temps pour que ce style se répande jusqu'à l'Écosse. Fin 77, un groupe se forme à Glasgow, tirant son nom paraît-il du «Jean Genie» de David Bowie : Simple Minds. Comme tous les pionniers de la new wave, ils ont eu leur phase punk et ont cultivé des influences glam rock. Il est cependant clair que le grand choc des membres de Simple Minds doit avoir été le premier album de Magazine, Real Life, sorti au printemps 78.

On peut dire que c'est une excellente influence, ce disque est en effet une des pierres fondatrices de la new wave, avec aussi bien du beau synthé que des éléments très rock qui annoncent le post-punk. Cependant, comment dire, quand un musicien est trop proche de son influence, on peut difficilement être satisfait du résultat... c'est une règle qui ne doit pas souffrir de beaucoup d'exceptions : les pastiches sont inférieurs à leur modèle.

Les premières chansons enregistrées par Simple Minds, qui constituent cet album Life in a day paru le 1er avril 79, n'échappent pas à la règle, elles ressemblent vraiment trop à du Magazine médiocre. Il faudra attendre quelques mois pour qu'ils prennent leur indépendance de façon fort brillante, devenant une des fiertés du style. En tout cas, on peut au moins reconnaître que le groupe a commencé avant l'explosion médiatique du genre due à Gary Numan vers la fin 79. De plus, en sortant ensuite les albums à une vitesse étonnante, ils allaient bien vite rattraper leur retard géographique. Simple Minds fait bel et bien partie de la première vague de la new wave.

S'il faut parler en détail de l'album, eh bien ce ne sera pas très drôle, j'en ai peur. Un style semi-glam comme celui de Magazine requiert de la brillance et ce Life in a day en manque, ce qui le rend barbant. En particulier, deux chansons ont été bien mal proposées comme singles : la chanson-titre «Life in a day» et «Chelsea girl». Elles ont vraiment vieilli, elles sont maintenant poussives et ennuyeuses et donnent une bien mauvaise image de ce que pouvait être la new wave en 1978. «Pleasantly disturbed» pourrait être intéressante mais sa durée de huit minutes est vraiment excessive.

Les autres chansons de l'album sont heureusement plus agréables bien que la voix geignarde de Jim Kerr soit toujours un peu irritante. Il a forcément imité Howard Devoto de Magazine et ce n'est pas une franche réussite. En fait, quand on connaît les albums suivants de Simple Minds, on peut difficilement croire qu'il s'agit de la même personne. Il a ensuite adopté un timbre plus guttural et un registre plus grave, probablement inspiré par Brian Ferry mais avec une belle personnalité.

S'il fallait retenir quelques titres de l'album, je dirais de sélectionner «Someone», «Sad Affair», «All for you» et «Murder Story». Ces deux dernières sont celles qui annoncent le plus les ambiances artificielles et les rythmes dansants fascinants qui rendent cette première partie de la carrière des Simple Minds si importante dans l'histoire de la new wave. Un travail très embryonnaire, ingrat et peu original sur ce premier album Life in a day, donc, qu'on hésitera à qualifier de prometteur malgré une volonté évidente de bien faire.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


VISAGE
Visage (1980)
Ultravox + Magazine




SIMPLE MINDS
Empires And Dance (1980)
Un esprit peut être à la fois simple et génial...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Charles Burchill (guitare, violon, chant)
- Derek Forbes - (basse, chant)
- Jim Kerr (chant)
- Michael Macneil - (claviers, chant)
- Brian Mcgee - (percussion, chant)


1. Someone
2. Life In A Day
3. Sad Affair
4. All For You
5. Pleasantly Disturbed
6. No Cure
7. Chelsea Girl
8. Wasteland
9. Destiny
10. Murder Story



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod