Recherche avancée       Liste groupes



      
POP PROGRESSIVE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : King Crimson, Uriah Heep, Roxy Music, Yes, Frank Zappa , The Soft Machine , Steve Vai
- Style + Membre : Asia

UK - Uk (1978)
Par WALTERSMOKE le 3 Janvier 2014          Consultée 2318 fois

Quand on dit « supergroupe de rock progressif anglais », la première chose qui vient à l'esprit, c'est ELP. Le fameux trio aura marqué son temps, avec des compos et des reprises de musique « classique » monstrueuses, servies par trois égos surdimensionnés. Mais comme supergroupe de prog, UK n'est pas en reste, loin de là. En terme de pedigree, regardez par vous-même : John Wetton, Bill Bruford, Eddie Jobson et Allan Holdsworth. Les deux premiers ont formé la section rythmique de King Crimson, Jobson a joué avec Zappa et Roxy Music, et le dernier a servi au sein de Soft Machine et Gong, entre autres. De plus, Jobson a joué quelques overdubs sur USA, le premier live du crimso', pendant que Holdsworth a joué sur le premier album solo de Bruford. Le monde est petit, quoi.
Avant d'en arriver à UK, Wetton et Bruford avaient tenté de jouer avec Rick Wakeman, projet avorté à cause de la maison de disques de ce dernier. Une reformation de King Crimson fut tentée mais Robert Fripp refusa alors. Les deux compères ont donc fini par débaucher Jobson et recruter Holdsworth pour former leur supergroupe. C'est ainsi qu'en 1978 débarque UK, et son premier album sous le coude.

Au niveau du style pratiqué, les structures progressives se déploient tout au long de l'album. Pourtant, il est plus correct de parler de pop progressive. En effet, si ces dernières ne sont pas données au premier musicien venu, elles servent des intérêts musicaux relativement simples, et ne démontrent pas une virtuosité encore vue par certains comme suffisante – et plus prosaïquement, il faut vendre. Ce dernier argument semble osé, mais en 1978, il vaut mieux pour les anciennes gloires faire profil bas ou rendre leur musique accessible – Genesis en sera un exemple probant.

Le premier UK est, pour être tout à fait honnête, une grande réussite. On pouvait craindre le pire, être sûr que 1+1+1+1 = 0, mais le quatuor est doué en mathématiques. Chacun apporte sa précieuse pierre et tous contribuent la fondation d'un mur musical solide. La suite "In the Dead of Night", qui ouvre l'album, se charge bien vite de prouver ce fait. Mieux, elle présente le groupe dans toute sa splendeur. Le jeu de Bruford est excellent, les claviers de Jobson enrichissent l'espace sans l'envahir et Holdsworth offre un jeu discret mais efficace. En un mot, In the Dead of Night est un vrai tube en puissance. Ça n'a d'ailleurs pas manqué, la première partie, éponyme, est sortie en single et a d'ailleurs connu un succès relatif. Deux des autres longs morceaux, "Thirty Years" et "Nevermore", valent également le détour. En particulier, "Thirty Years" est ni plus ni moins la meilleure chanson de l'album. A la première partie dramatique succède une partie centrale rapide et nerveuse, avec un motif musical accrocheur. Démarrant sur des accords acoustique de Holdsworth, "Nevermore" embraye ensuite sur un numéro légèrement mélancolique, et en tout cas fort réussi.
Mais le premier UK traine aussi des morceaux foirés. "Mental Medication" est ainsi un final lourd et peu engageant, avec des claviers qui partent dans tous les sens. L'album possède même son ventre mou, avec "Alaska" et "Time to Kill". Le premier est un instrumental fade, avec un Eddie Jobson se prenant pour Keith Emerson, tandis que le second ne vaut le coup d'oreille que pour le solo de violon qui y figure.

Avec un tel album, UK entre d'office dans la catégorie des albums plus que prometteurs. Malgré des baisses de régime ça et là, le supergroupe montre son talent sans se pavaner, joue sans s'écouter. Est-ce qu'une telle formule va pouvoir durer, cependant ? La réponse est évidente pour certains, mais le groupe aura assez de temps pour sortir un deuxième album bien vite.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


The MAMAS AND THE PAPAS
Deliver (1967)
Joie et félicité




The Dø
A Mouthful (2008)
"On my shoulders" et plus encore


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- John Wetton (chant, basse)
- Bill Bruford (batterie, percussions)
- Eddie Jobson (violon, claviers)
- Allan Holdsworth (guitare)


1. In The Dead Of Night
2. By The Light Of The Day
3. Presto Vivace And Reprise
4. Thirty Years
5. Alaska
6. Time To Kill
7. Nevermore
8. Mental Medication



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod