Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Barry WHITE - I've Got So Much To Give (1973)
Par ERWIN le 3 Janvier 2014          Consultée 1039 fois

Avertissement : avant d’attaquer la discographie de ce monstre sacré de la soul, un petit conseil : Messieurs, vous êtes amoureux et ne savez pas comment faire pour attirer sur votre personne les attentions d’une charmante jeune fille ? Bah, c’est facile, commencez par poser sur votre platine un morceau de Barry WHITE, n’importe lequel, les résultats sont en effet faramineux et vous aurez vite fait de transformer en nymphomane obsédée n’importe quelle jouvencelle qui a un tant soit peu de goût en musique. Tel est le pouvoir, envié par tous les hommes, de ce chanteur hors normes.

Né dans la cité portuaire de Galveston, dans le Texas cher à ZZ TOP, Barrence Eugene Carter n’est pas placé sous les meilleurs hospices… Il erre de gang en gang jusqu’à se faire chopper et purge une peine , il n’a que seize ans. En prison, les hasards de l’existence mettent sur son chemin le hit du moment, il s’agit de la fabuleuse « It’s now or never » du king Elvis PRESLEY… Le jeunot réfléchit pour la première fois de sa vie et décide de vouer sa vie à la musique… Ça tombe bien, car il a une voix de stentor unique, une voix de basse, aujourd’hui la plus célèbre de l’histoire de la musique populaire… comme son physique d’ailleurs, 1m92 pour 150 kilos , ça se remarque… Il se lance donc dans la composition et la production dès sa sortie de taule.

Voici donc son premier album, autoproduit comme il se doit. Il y arbore déjà le look qui va le rendre célèbre. Sa carrière s’envole dès la sortie du tube « I’m gonna love you just a little more », qui porte tous les trademarks de son style si particulier. Numéro 3 du billboard, le single va s’écouler à plus d’un million d’exemplaires. On y remarquera la wah wah de Ray Parker Jr – des années avant Ghostbuster -. Le titre est clairement funky avec l’orchestration pré-disco que WHITE saura toujours donner à ses compositions. « I’ve got so much to give » est le deuxième extrait de l’opus à sortir en single. Le smooth est en action tout au long des 8 minutes qui font de ce titre un vrai standard. Il parle de l’amour au début de la chanson, c’est sa manière de faire, aucun doute. Et c’est diablement efficace.

Mais le meilleur reste à venir. En effet, drivé par son groupe le « Love unlimited orchestra », nous avons droit à trois autres chansons de qualité pour cette première sortie. Le principe du « spoken word » est à nouveau utilisé partout : sur « Bring back my yesterday », merveilleuse chanson d’amour qui lorgne vers une variété d’extraction exceptionnelle. Celle là déchire, je vous le dis tout court. A se faire rendre pamois de romantisme le pire des black metalleux devant une fan de R’n’B… Z’imaginez le tableau ? C’est la même analyse pour « I’ve found someone », qui dépote pas mal du tout.

Enfin, le dernier extrait de ce premier opus est « Standing in the shadows of love », qui ouvre l’album comme sa carrière, c’est la seule chanson qui ne soit pas de lui, elle est du coup bien plus funky, les premiers « oooohhh » de Barry y sont gagnants, c’est dansant et réussi.

En définitive, le moins qu’on puisse dire est que ça commence bien : de la qualité, un style bien à lui qui use d’un smooth à toute épreuve. De ce point de vue, personne ne lui arrive à la cheville. Une carrière se lance, une légende est en marche.

A lire aussi en SOUL par ERWIN :


Andra DAY
Cheers To The Fall (2015)
Future diva




Bill WITHERS
Making Music (1975)
Maturité


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Standing In The Shadows Of Love
2. Bring Back My Yesterday
3. I’ve Found Someone
4. I’ve Got So Much To Give
5. I’m Gonna Love You Just A Little More



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod