Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  B.O FILM/SERIE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1974 Aqua
1975 Epsilon In Malaysian Pale
1976 Macula Transfer
1978 Ages
1979 Stuntman
1983 Pinnacles
2005 Dalinetopia

B.O FILMS/SERIES

1982 Kamikaze 1989
 

- Style : Peter Baumann , Manuel GÖttsching , Ashra, Dennis Young
- Style + Membre : Tangerine Dream

Edgar FROESE - Kamikaze 1989 (1982)
Par ARP2600 le 15 Janvier 2014          Consultée 1488 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Pour être complet dans la présentation de la discographie solo d'Edgar Froese, il faut encore aborder cette bande originale, créée en 1982 pour le film Kamikaze 1989 de Wolf Gremm. Il importe de préciser tout de suite que ce disque est encore moins connu et guère plus disponible que ses albums conventionnels. La musique, sans être dépourvue d'intérêt, n'est certainement pas la meilleure qu'il ait proposée, ce à quoi il faut ajouter certains problèmes inhérents aux bandes originales.

Parlons de ce film, que j'ai regardé pour vous, car grande est ma dévotion pour notre cher site. Difficile à dire si c'est un vrai navet ou si c'est du quatrième degré. Certains fans du nouveau cinéma allemand adorent, mais il y a aussi beaucoup de scepticisme. Comme son nom l'indique, le film est de l'anticipation proche (même pas à proprement parler de la sci-fi). Dans la société allemande de 89 (imaginée en 82 donc), où un consortium des médias est tout-puissant, un policier ravagé par l'alcool mène une enquête risquée. Le policier en question est joué par Reiner Werner Fassbinder lui-même, dans son dernier rôle qui plus est (ce qui, en soi, donne un intérêt au film). Les décors et les costumes sont outrageusement 'années 80', ce qui est à la fois ridicule et inspiré (après tout, un film comme Orange Mécanique présente le même genre d'outrance visuelle). Ce qui pose problème est plutôt le scénario, mal ficelé et finalement ennuyeux et peu crédible, ainsi que le jeu peu investi des acteurs.

Voilà pour le film, que je suis de toute façon mal placé pour juger, étant bien peu cinéphile. Quoi qu'il en soit, la musique colle assez bien avec l'image. Edgar FROESE a créé un ensemble de petites pièces électroniques, allant d'ambiances inquiétantes à la Sorcerer à des thèmes plus ringards comme celui de Thief. Une production assez cheap transparaît tout de même, ce qui, une fois de plus, est cohérent avec le film. Il paraît d'ailleurs évident que FROESE a mieux travaillé que les scénaristes et les acteurs, sa musique sauverait le film si on l'entendait un peu plus. Ingrat travail du musicien qui compose des morceaux complets de trois minutes pour ne voir que de courts extraits employés par-ci par-là. De plus, on pourrait croire en écoutant le disque que "Videophonic" est le générique mais il n'en est rien. Complètement à côté de la plaque, le début et la fin du film utilisent l'ouverture du Barbier de Séville de Rossini.

En tant que disque à écouter, maintenant, Kamikaze 1989 est assez ingrat. Au moins, les douze morceaux sont différents, pas de répétition des mêmes thèmes comme sur Thief de TANGERINE DREAM ou chez VANGELIS, mais, tout de même, ces plages s'enchaînent mal car collant à des passages non connectés du film. Le son froid et peu dynamique n'arrange rien. Les sonorités sont comparables à celles qu'utilise FROESE chez T.D dans des disques comme White Eagle ou Logos, la panoplie qu'il avait juste avant l'arrivée des nouveaux procédés de synthèse numérique et des échantillonneurs dans la musique du groupe. Logiquement, on n'est pas très loin de ce qu'il utilisera dans le dernier album solo de la série, Pinnacles, l'année suivante, même si celui-ci présente quelques progrès. Hyperborea de T.D, quant à lui, sera déjà bien plus riche.

Même si FROESE semble avoir volontairement produit cette musique rapidement, quelques passages sont à sauver. On peut oublier les mélodies kitschounettes de "Policy Therapy Center" et "Blue Panther", ainsi que les petites ambiances de "Intuition", "Flying Kamikaze" ou "The 31st Floor". Par contre, l'ouverture "Videophonic" et "Krismopompas" sont des beaux morceaux glacés comme on en trouve sur Pinnacles, et l'inquiétant "Tower Block" peut concurrencer certains passages de Sorcerer. Ironiquement, le meilleur morceau est le seul qu'il ne m'a pas semblé entendre dans le film, "Snake Bath". Peut-être devait-il y avoir un attentat au serpent finalement rayé du scénario ? Minimaliste au départ, ce morceau se construit par couches, constituant un ensemble rythmiquement jouissif. Si on ne doit en écouter qu'un, que ce soit celui-ci. Pour le reste, seuls les fans de T.D et d'Edgar FROESE trouveront un quelconque intérêt à tenter de dénicher cette rareté.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par ARP2600 :


TANGERINE DREAM
Poland (1984)
Toutes les bonnes choses ont une fin




Edgar FROESE
Epsilon In Malaysian Pale (1975)
Le petit frère calme de Phaedra et Rubycon


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



Non disponible


1. Videophonic
2. Vitamin C
3. Krismopompas
4. Police Disco
5. Intuition
6. Police Therapy Center
7. Blue Panther
8. Snake Bath
9. Unexpected Death
10. Flying Kamikaze
11. Tower Block
12. The 31st Floor



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod