Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Peter Baumann , Manuel Göttsching , Ashra, Dennis Young
- Style + Membre : Tangerine Dream

Edgar FROESE - Aqua (1974)
Par ARP2600 le 18 Janvier 2013          Consultée 885 fois

Nous voici une fois de plus en cette folle année 74, sommet du rock progressif mais aussi vrai départ de la musique électronique. C'est probablement la coïncidence entre une crise économique et la relative démocratisation des synthétiseurs et des séquenceurs qui a causé ce pic créatif. En ce qui concerne Tangerine Dream, on peut ajouter à ces facteurs un changement de label. Ils étaient jusque-là publiés par les allemands d'Ohr. Il est piquant de savoir qu'à l'époque, Edgar Froese avait rompu ce contrat parce que les gars d'Ohr ne pensaient qu'au profit, attitude qu'il a petit à petit adoptée lui-même une bonne dizaine d'années plus tard. Toujours est-il que la promotion du génial album de 73, Atem, par le DJ de la BBC John Peel, a attiré l'attention de Richard Branson, qui leur a proposé un contrat chez Virgin qu'ils n'ont pas traîné à accepter.

Durant l'été 73, le groupe travaillait à un projet d'album utilisant le séquenceur : Green Desert. Celui-ci n'a vu le jour que sous une version très déformée en 86. Peter Baumann étant parti méditer au Népal, les projets du groupe ont quelque peu changé. Edgar Froese et Chris Franke ont travaillé en binôme et peaufiné leurs démos pour Virgin. C'est seulement à la fin de l'année que le groupe réuni a enregistré Phaedra, publié quelques mois plus tard. En parallèle, Edgar Froese ne voulait pas perdre tout le travail préparatoire mais estimait qu'il valait mieux ne pas faire paraître les démos, assez ingrates, sous le nom du groupe. Après un peu de remodelage, il a enregistré en solo – et avec l'aide de Franke pour «NGC 831» – quatre morceaux publiés sous le titre Aqua.

Pour un coup d'essai (presque) sans partenaires, Froese s'en est plutôt bien sorti, mais il faut toujours garder en tête que ces morceaux sont avant tout des chutes améliorées. La musique proposée ici est très aride et froide : moins éthérée qu'Atem, moins organique que Phaedra et moins poétique que Rubycon, cet album est décidément inférieur à ceux du groupe. Ce qui est le plus intéressant, c'est la grande propreté de cette musique, très étonnante même pour un son électronique de 1974. De plus, on ne trouve vraiment pas grand-chose d'autre ici que du synthé, du mellotron, de l'orgue et des bruitages. S'il n'est paru qu'en juin 74, après Phaedra et le premier album d'Harmonia, il est plus clairement électronique que ceux-ci.

Décrire cette musique serait impossible, comme souvent avec le krautrock et sa descendance électro. Les quatre morceaux ne se ressemblent pas trop. «Aqua» dure dix-sept minutes, est très ambiant et non séquencé. Après les bruitages initiaux, on trouve un merveilleux son cristallin, de nouveau très étonnant pour l'époque, mais la fin du morceau est plus rude, elle fait même penser à «Genesis», le début d' Electronic Meditation de TD. Les deux morceaux suivants utilisent le séquenceur. «Panorphelia» propose un rythme irrégulier, accompagné par une mélodie lancinante au mellotron, dix minutes à ce régime font un peu beaucoup. «NGC 891» est le plus beau passage du disque, et on ne peut s'empêcher de penser que Franke y est pour quelque chose. Long de quatorze minutes, il s'apparente fortement au morceau «Phaedra» dont il est possible qu'il soit la maquette. Le reste de la deuxième face est occupé par «Upland», un morceau peu marquant dominé par l'orgue rappelant, de nouveau, les passages comparables du premier album du groupe.

Pour conclure, signalons le conseil, donné sur la pochette de l'album, d'écouter la deuxième face au casque, pour apprécier pleinement une «technique révolutionnaire» d'enregistrement stéréo. Ayant testé, je dirais que cela n'ajoute pas énormément d'intérêt à «NGC 891» mais l'album me semble tout de même plus agréable ainsi. Les œuvres hermétiques demanderaient-elles de s'enfermer les oreilles ?

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par ARP2600 :


VANGELIS
Opéra Sauvage (1979)
Vangelis au sommet de son art.

(+ 2 kros-express)



CLUSTER
Cluster 71 (1971)
Krautrock abstrait et somptueux


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Edgar Froese
- Chris Franke (synthétiseur moog sur 3)


1. Aqua
2. Panorphelia
3. Ngc 891
4. Upland



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod