Recherche avancée       Liste groupes



      
CHIPTUNE/ELECTRO  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



HUORATRON - $$ Troopers (2008)
Par JOVIAL le 25 Février 2014          Consultée 1126 fois

Le chiptune : qu'est-ce que c'est encore que cet animal-là ?

Branche de la zicmu électronique, le terme apparaît à l'aube des années 2000 mais le style lui-même puise ses origines dès le début des 80's, principalement au Japon avant de s'étendre à l'Europe et aux States, à une époque où ordinateurs, bornes d'arcades et autres jeux vidéos envahissent et bouleversent massivement nos sociétés. Oui, et quel est le rapport ? Il est simple, car les artistes de la scène chiptune utilisent justement le son des puces électroniques de ces mêmes jeux vidéos, vintages pour la plupart, pour construire leurs morceaux. Alors bon les amateurs du genre se tirent encore et toujours la bourre pour définir exactement la différence entre music 8-bit et chiptune : quelques-uns émettent l'hypothèse que le premier n'est qu'un synonyme du second, d'autres disent en tapant de la Game Boy sur la table que, non, bordel, c'est pas du tout la même chose, quand la majorité s'en fout et n'y voit qu'un amas de bzoing chlipz rzzzerf inaudibles et ennuyeux. Majorité dont je fais partie, parce que c'est vrai que le chiptune, bah c'est chiant. Parce que la plupart du temps mou, ridicule, risible.

Néanmoins c'est comme partout, y'a des exceptions ma bonne dame. Notamment la compilation 8-Bit Operators, qui reprenait en 2007 les plus grands classiques de Kraftwerk, disque je dois bien l'avouer assez sympa dans son ensemble. Mais depuis quelques temps, c'est un monstre barbu venu du Nord qui me terrorise, un Finlandais du nom d'Aku Raski, caché sous le pseudonyme de HUORATRON et que l'on aurait plutôt imaginé guitariste au sein d'un obscur groupe de viking metal finnois. Pourquoi fait-il la différence ? Pour deux raisons. La première est qu'il n'utilise quasiment que ces « sound chips » de consoles pour construire ses morceaux, les assemblant, les déconstruisant, les torturant à grands renforts de distorsion et autres procédés aux noms barbares, à l'inverse de beaucoup d'autres artistes du milieu qui ne font qu'inclure ces sons au sein de mélanges electro foireux, à l'instar des imbuvables Crystal Castles dont je ne vous parlerai jamais. La seconde raison est que HUORATRON est un grand malade.

Un dingue. Qui nous dynamite, nous disperse, nous ventile. Sa musique nous broie littéralement, et il n'y a pas que la rythmique qui nous tabasse, c'est l'ensemble de l'assemblage qui nous fracasse la cervelle. L'immense « $$ Troopers », et son clip épileptique, est une vraie merveille de brutalité, rarement atteinte en musique électronique. Le son est massif, plus qu'agressif, il prend aux tripes. Et ce n'est pas avec les deux compositions suivantes de ce premier EP que notre Scandinave calme le jeu. « Hoedown » est tout aussi violente qu'« $$ Troopers » quand « Trolls », complètement désaxée, nous fait perdre pied après une intro judicieusement trompeuse. Le pire, c'est qu'Aku Raski propose des morceaux remarquablement construits, ne s'éloignant certes pas tellement des canons de l'électro moderne, mais ne jouant aucunement sur le côté répétitif du style. Il va direct au cerveau, fait le ménage et s'en va. Et comme si cela ne suffisait pas, HUORATRON nous propose un remix de son « $$ Troopers » en fin de disque, légèrement moins intéressant que l'original ayant sans doute mis la barre trop haut, mais qui conclut fort bien cet EP de tarés.

Unique, la musique de notre bûcheron des tympans ne plaira évidemment pas à tous le monde, des puristes aux oreilles sensibles. Toutefois, si certains seraient tentés par l'expérience, $$ Troopers concentre ce que HUORATRON a pour le moment fait de mieux ou presque. Et pour l'avoir vu deux fois en concert, autant vous dire que c'est sûrement sur scène qu'il aura le plus de chance de vous séduire, ne le manquez surtout pas. Mais en attendant qu'il passe dans votre patelin, vous reprendrez bien un peu d'« $$ Troopers » non ?

Note : 4/5
À écouter absolument : « $$ Troopers » (évidemment) et « Hoedown »

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


SILVER APPLES
Silver Apples (1968)
Le cauchemar du Flower Power




BEAK>
>> (2012)
Un retour subtil et très réussi !


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Huoratron (tout)


1. $$ Troopers
2. Trolls
3. Heodown
4. $$ Troopers (remix)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod