Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1972 Malesch
1974 2nd
1999 River Of Return

ALBUMS LIVE

1976 Last

COMPILATIONS

1999 The Other Side Of Agitation Fr...
 

- Style : Yatha Sidhra, Embryo, Neu!, The Cosmic Jokers , Amon DÜÜl Ii
- Membre : Ashra, Guru Guru, Hoenig & GÖttsching, Michael Hoenig , Tangerine Dream
- Style + Membre : Ash Ra Tempel

AGITATION FREE - Last (1976)
Par JOVIAL le 1er Mars 2014          Consultée 1684 fois

Il est amusant d'apprendre pourquoi les membres d'AGITATION FREE se sont séparés en 1974. Pour des dissensions musicales évidemment, mais il est hallucinant de constater jusqu'à quel point ces divergences étaient importantes. Nous y retrouvons ainsi un bassiste intéressé par le funk, un guitariste par le jazz, un batteur par le hard-rock, un second guitariste par le folk et enfin un claviériste – Michael Hoenig, qui collabore bientôt avec Klaus SCHULZE – plutôt porté sur la musique électronique. Comment deux albums aussi géniaux que Malesch et 2nd ont-il pu naître dans ces conditions ? Le groupe lui-même n'en avait sans doute strictement aucune idée, mais la véritable question n'est pas là. Non, ce qui aurait été intéressant, c'est de savoir quelle espèce d'hybride fantastique la musique d'AGITATION FREE aurait pu devenir par la suite, si le split n'avait jamais eu lieu, si un troisième album avait été produit*.

Frustration, ce n'est pas Last qui nous apporte la réponse. Non, sur ce live, étrangement produit par Barclay Records qui semble avoir racheté les droits à Vertigo (on se demande bien pourquoi), AGITATION FREE ne s'écarte pas du chemin qu'il trace depuis 1967 et poursuit donc ses expérimentations amorcées par le second album. Ce dernier y est d'ailleurs représenté sur la première face du disque, enregistrée en France en 1973, où l'on retrouve "Laila, Part 2" (simplement intitulée "Laila II" ici) et même "Laila, Part 1", intégrée à l'improvisation du titre "Soundpool". Malgré tout, pas question de tenir la comparaison avec l'excellent 2nd, car ces deux morceaux demeurent clairement décevants. Hormis un départ bien planant comme on les aime, qui éloigne encore plus nos Allemands du rock psychédélique pour les rapprocher de l'ambient, "Soundpool" et "Laila II" n'ont vraiment rien de palpitant. Les passages les plus animés sonnent brouillons, les guitares ne résonnent plus comme auparavant et on les sentirait presque molles, tandis que Michael Hoenig nous ennuie avec ses effets électroniques qui ne servent absolument à rien. L'impro de "Laila II" débute pourtant remarquablement bien : on vole déjà béatement au bout de trente secondes mais, pour une raison inconnue, tout part d'un coup en sucette et c'est finalement le bordel qui s'installe. Nos musiciens ne mettent d'ailleurs pas longtemps avant de s'en rendre compte et reviennent au thème principal de "Laila, Part 2", erreur fatale qui casse le rythme du morceau et fait définitivement perdre l'attention de l'auditeur. Il faut croire que l'acide était de mauvaise qualité ce soir-là.

Il avait l'air en revanche plutôt pas mal, ce retour à Berlin si l'on en croit la seconde face de Last. L'immense "Looping IV" et ses vingt-deux minutes au compteur sauvent en effet l'honneur du disque entier. AGITATION FREE y propose une longue improvisation extrêmement tranquille, rappelant à la fois les travaux de TANGERINE DREAM et d'ASH RA TEMPEL mais aussi le GONG de "A Sprinkling of Clouds", la fin en moins), que le groupe a plusieurs fois fréquenté durant ses tournées françaises. Plus loin, "Looping IV" anticipe quasiment les pièces d'ambient que les Anglais de Zoviet France expérimenteront au début des années 80, c'est dire** ! Quoiqu'il en soit, ce morceau reste ce que la formation allemande a fait de plus planant, du cosmic rock pur jus qui se révèle particulièrement réussi.
Contrairement à l'autre face, on y retrouve tous les ingrédients du voyage mystique et oriental dont Malesch nous avait déjà régalés en 1972. Michael Hoenig nous tisse ici une ambiance incroyable, douce et envoûtante. La montée en puissance est remarquable. Percussions tribales, basse énergique mais mesurée, voix qui montent au ciel et guitares enivrantes invitent posément à un songe que l'on n'aurait pas la force de renier. L’atterrissage se fait par la suite sans douleur, et bon sang on se dit que "Looping IV" soigne et apaise parfaitement après la fâcheuse "Laila II".

Néanmoins, il en résulte au bout du compte que Last n'est pas le genre de dernière production qu'on aurait souhaité écouter d'AGITATION FREE qui joue ici bien an-dessous de ses capacités. Barclay Records transforme un diptyque grandiose (Malesch et 2nd) en une trilogie ne s'achevant malheureusement pas aussi bien qu'elle a commencé, c'est vraiment regrettable. La carrière du groupe allemand dans les années 70 aurait sans cela été un parfait sans faute.

2,5/5 arrondie à 3 ("Looping IV" le vaut bien).

*Un troisième album sortira bien, mais en 1999. Nous aurons l'occasion d'en reparler prochainement.
**Un petit exemple : http://www.youtube.com/watch?v=dqioLKiHLgo

A lire aussi en KRAUTROCK par JOVIAL :


AMON DÜÜL II
Yeti (1970)
Psychédélisme extrémiste




BEAK>
>>> (2018)
>+>+>=>>>


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Michael Günther (basse)
- Dietmar Burmeister (batterie)
- Burghard Rausch (batterie/voix)
- Jörg Schwenke (guitare)
- Lutz Ulbrich (guitare/claviers)
- Erhard Grosskopf (tape)
- Michael Hoenig (claviers)
- Gustl Lutjens (voix)


1. Soundpool
2. Laila Ii
3. Looping Iv



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod