Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Edgar Froese , Günter Schickert , Peter Baumann , Klaus Schulze , Tangerine Dream
- Membre : Ash Ra Tempel, The Cosmic Jokers , Richard Wahnfried , Hoenig & GÖttsching
- Style + Membre : Ashra

Manuel GÖTTSCHING - Blackouts (ashra) (1977)
Par ARP2600 le 16 Mars 2014          Consultée 2118 fois

En 1977, Manuel Göttsching a continué tranquillement sa recherche avec le synthétiseur, dans la mouvance très ambiante de Klaus Schulze et a, en parallèle, acquis un séquenceur et commencé à travailler avec celui-ci. Au début de l'année, il a enregistré quelques morceaux dans le même style que «Nightdust», mais ils n'ont pas été publiés avant 1991, l'album Dream and desire comprenant trois plages de 77 apparemment non modifiées. Ce n'est qu'à la fin de l'année qu'il a finalement préparé un nouvel album d'Ashra, de nouveau réalisé en solo, où il prend clairement la direction d'une musique plus proche de Tangerine Dream, très mélodique et cette fois fort séquencée, tout en revenant nettement à son instrument de prédilection, la guitare, comme en atteste également la pochette.

Il s'en est fallu de peu que Blackouts soit un album de 78. Curieusement, seule la version française est sortie avant la fin de l'année. C'est sans doute la raison de la délicieuse dérision du titre de l'ouverture : «77 Slightly Delayed». Celle-ci plonge d'emblée son auditeur dans un tourbillon électronique sur lequel se greffent des mélodies de guitare, à la fois erratiques et bien détaillées, sans oublier l'incroyable science des effets de Manuel Göttsching. Tout l'album n'est peut-être pas aussi réussi que ce premier titre, mais tout de même, il se passe quelque chose sur Blackouts... Pour un travail solo, il est mieux réalisé et plus vivant que ce qu'avaient proposé Peter Baumann et Edgar Froese jusque là.

Ensuite, avec nos oreilles des années 2000, il faut bien reconnaître que le contenu de Blackouts semble plus daté que les irréels «Echo Waves», «Sunrain» ou «Deep distance». La faute au séquenceur analogique... Tout comme dans la période Baumann de TD, ce dispositif permet un répétitisme très précis mais coince un peu le compositeur au niveau de l'harmonie. En tout cas, si toute l’œuvre de Göttsching est précurseur de la musique de danse électronique, en particulier la trance mais aussi la house, c'est sans doute Blackouts qui annonce le moins le futur. C'est à la fois une qualité et un défaut, car ce disque possède de ce fait plus de personnalité propre. Dès l'album suivant, réalisé cette fois en trio, on constatera une étrange convergence avec la disco (d'où le lien avec la house, donc).

Après le captivant «77 Slightly Delayed», les autres grands moments de Blackouts sont à mon avis l'excellente paire «Don't trust the Kids/Blackouts», en fait un seul morceau de huit minutes, ainsi qu'une bonne partie de la grande suite «Lotus» qui s'étend sur seize minutes à la fin du disque. La grande mélodie qui domine ce morceau se déploie sur un fond séquencé gracieux et posé... Dommage qu'il y ait quelques longueurs par la suite ainsi qu'une partie bruyante fort déplaisante au milieu. «Shuttlecock» est fort intéressante également, quoiqu'un peu longuette. Elle propose un mélange plus sombre, moins mélodique et plus rythmé à la fois. Reste la divagation «Midnight on Mars» qui me laisse un peu sceptique mais n'est pas mauvaise pour autant.

Répétons-le, c'est un magnifique album solo, sans doute le meilleur dans un style berlinois aussi mélodique. Il reste difficile d'égaler seul l'efficacité d'un groupe, ce pourquoi Tangerine Dream reste un cran au-dessus question musicalité. Göttsching l'a peut-être compris ? Il a en tout cas ensuite fait d'Ashra un vrai groupe de trois. Si Correlations est un peu douteux, le suivant Belle Alliance est la vraie suite de Blackouts, et constitue un chef-d’œuvre méconnu de l'école de Berlin. On ne peut pas user de tels superlatifs pour Blackouts lui-même, mais il ne peut qu'être un régal pour les amateurs de Tangerine Dream, surtout ceux qui aiment les solos de guitare.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par ARP2600 :


TANGERINE DREAM
Hyperborea (1983)
Enième grande réalisation de td.

(+ 1 kro-express)



CLUSTER
Zuckerzeit (1974)
Attention, album d'électro très important


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Manuel Göttsching (séquenceur, claviers et beaucoup de guitare)


1. 77 Slightly Delayed
2. Midnight On Mars
3. Don't Trust The Kids
4. Blackouts
5. Shuttlecock
6. Lotus (part I-iv)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod