Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ÉLECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Edgar Froese , Günter Schickert , Peter Baumann , Klaus Schulze , Tangerine Dream
- Membre : Ash Ra Tempel, The Cosmic Jokers , Richard Wahnfried , Hoenig & GÖttsching
- Style + Membre : Ashra

Manuel GÖTTSCHING - Die Mulde (2005)
Par ARP2600 le 1er Avril 2015          Consultée 2281 fois

Si on voulait être sarcastique, on dirait que la seule chose qui manquait à la carrière de Manuel Göttssching en 2005 était un mauvais album studio et qu'il a enfin comblé cette lacune. La chronique de ce disque profondément ennuyeux ne peut qu'être sévère : Die Mulde est non seulement raté, mais également inutile.

Pour meubler un peu, résumons les faits. La carrière de Manuel Göttsching est à diviser en trois secteurs : le groupe de krautrock ASH RA TEMPEL avec Klaus Schulze et Hartmut Enke entre 70 et 74, sa carrière solo qui s'étale surtout de 75 à 91, et en parallèle le trio ASHRA avec Lutz Ulbrich et Harald Grosskopf entre 79 et 91, ces dates se rapportant aux publications studio. On constate un grand vide, aussi bien au niveau de l'activité de compositeur que des concerts, entre 1982 et 1997, date où ASHRA a repris les concerts. Les quelques albums publiés l'ont souvent été en retard de plusieurs années et Die Mulde ne fait pas exception. Signalons encore le faux retour d'ASH RA TEMPEL en 2000, forcément sans Enke, retiré de la musique depuis 74. L'album studio Friendship et le live Gin Rosé sont de la musique électronique de Göttsching et Schulze, assez anecdotique mais pas à proprement parler mauvaise.

On peut donc faire le constat que, en 2005, les compositions de Göttsching les plus récentes dataient de 88 avec Walkin' the Desert, si on excepte ces disques d'A.R.T où on sent très fortement la patte de Schulze. Il n'est jamais trop tard pour un retour, mais faut-il le faire à tout prix ? Apparemment, il avait enregistré quatre morceaux s'enchaînant sur une quarantaine de minutes, en 97, à l'époque des concerts d'ASHRA au Japon et aux Pays-Bas donc (concerts qu'on peut entendre sur les deux @shra et sur Sauce Hollandaise). D'autre part, il a ressorti un autre fond de tiroir de 81 et l'a remodelé en 2004 pour donner un cinquième morceau, long d'une demi-heure. De nouveau rien de très frais en 2005, mais ce cas est bien pire que celui de Tropical Heat ou Dream and desire, ces morceaux étaient indignes d'être publiés.

"Schöpferische Stille" n'est qu'une introduction ambiante de trois minutes, constituée de sons aigus indéfinissables, rappelant certains passages de Phaedra de TANGERINE DREAM. C'est encore la partie la plus réussie. Ensuite, c'est l'ennui à l'état brut. "Die Mulde" aligne les nappes les plus quelconques qui soient en une caricature de la musique ambiante "à la Schulze", la partie centrale plus rythmique ne suffisant pas à lui donner de l'intérêt. "Die Spiegel" est beaucoup plus rapide, on y trouve une superposition de sons électroniques semblant toujours monter en une spirale sans fin. C'est pas mal pendant deux minutes, mais pas pendant douze, d'autant que les différentes lignes sont assez dissonantes entre elles et qu'on arrive vite à un fouillis aberrant, bref, ça n'arrive pas à la cheville de Walkin' the Desert. Quant à "Zerfluss", elle s'apparenterait plus à Tropical Heat voire à Correlations. Rien de très original : la mélodie est faible, les sonorités sont à la limite du kitsch et le morceau est de toute façon trop monotone pour ne pas énerver l'auditeur avant la moitié des onze minute trente qu'il dure.

Il reste le long morceau "HP Little Cry" dont on ne sait pas ce qui est de 81 et ce qui date de 2004. Est-ce qu'il pourrait plaire aux amateurs d'ambient ? J'avoue que je n'en sais rien, pour moi c'est une bouillie informe, mais c'est déjà ce que je pense de certains travaux de Fripp et/ou Eno. Une chose est sûre, Göttsching ne semble pas du tout être dans son rayon. Il est toujours bien plus rythmique que cela, même sur certaines longues plages comme "Nightdust" ou "Dream". Il avait dû créer ce morceau en 81 pour changer de l'habitude mais sans penser le publier car cela aurait fortement détonné. Dommage qu'il ait changé d'avis tardivement.

Le constat vaut pour tout l'album. Certains amateurs de musique vraiment répétitive et monotone pourraient prendre un plaisir un peu pervers à écouter ceci, bien sûr. Tous les disques ont un public et on ne peut certainement pas faire le reproche aux gens d'aimer les pires daubes, tout avis est respectable. On peut néanmoins prévoir l'avis d'un amateur moyen de musique électronique berlinoise. Die Mulde ne vaut pas le coup qu'on perdre 71 minutes à l'écouter. Il ne devrait générer que de l'ennui chez la plupart de ceux qui ont aimé les belles divagations de guitare et les rythmes réguliers du passé glorieux de Manuel Göttsching. Dommage que ce soit sa dernière publication en date. S'il n'a rien de mieux à proposer, il vaudrait mieux qu'il en reste là, maintenant.

A lire aussi en MUSIQUE ÉLECTRONIQUE par ARP2600 :


Manuel GÖTTSCHING
Blackouts (ashra) (1977)
Électro berlinoise avec guitare




TANGERINE DREAM
Atem (1973)
Une des merveilles du monde

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Manuel Göttsching (synthés, guitare)


1. Schöpferische Stille
2. Die Mulde
3. Die Spiegel
4. Zerfluss
5. Hp Little Cry



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod