Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Dwight YOAKAM - Guitars Cadillacs Etc Etc (1986)
Par ERWIN le 26 Mai 2015          Consultée 1264 fois

C'est en 1958 que cette icône de la country music americaine à vu le jour. Issu d'un milieu middle class, le jeune Dwight a grandi sur les vertes rives de la Kentucky River. Il fait ses classes à la fac de Columbus où on le remarque pas mal dans les matières musique et théâtre, et participe à de nombreux garage bands. En 77 au tendre age de 19 ans, il lâche tout pour partir, comme beaucoup, à Nashville, capitale de la country music. Mais l'heure est à l'Urban cow boy, pas trop son trip, beaucoup plus Hillbilly. Stoïque, Dwight fait son baluchon et émigre pour la cité des excès : Los Angeles. Il erre de groupe en groupe, faisant ses classes dans le rock et le punk - on le croise même chez LOS LOBOS et les BLASTERS -. Il lui faudra attendre sa 28eme année pour voir la sortie de son premier opus.

C'est avec la très Rock'n'roll "Honky tonk man" que démarre vraiment sa carrière. Une reprise du hit de 56 par Johnny HORTON. Evidemment, ça dépote pas mal, et les expériences passées de l'artiste lui permettent d'intégrer de nombreux éléments rock-pop dans sa musique. En tout cas, c'est un joli succès puisque la chanson va atteindre les premières places des billboards US et Canadien. D'ailleurs le single suivant "Guitars, cadillacs, etc etc..." est à l'avenant. Mr YOAKAM a l'intelligence de reprendre la recette du succès. Et oui, c'est à nouveau très rock'n'roll et on y entend un violon d'extraction toute western côtoyer une belle gratte électrique. Ça ne révolutionne pas la musique, mais c'est sacrément sympa. Le dernier single "It won't hurt" est un standard de la country, on y retrouve tous les ingrédient nécessaires au succès en terre de l'oncle Sam, un violon plaintif suivi d'un piano leste de saloon, la voix claire de Dwight y prend les intonations qui feront son succès. Ç'est les US les gars, aucun doute !

Sur la trépidante "Bury me", on entend la voix si typique de Maria McKee, la chanteuse des LONE JUSTICE, alors pas mal en vogue. La mignonne "Twenty years" déménage pas mal elle aussi, on sent que Dwight n'hésite pas à piocher dans ses diverses influences pour créer une country moderne et colorée. On a cependant notre content de traditionnel avec la vibrante "Miner's prayer", qui nous plonge dans les tristes conditions de vie des travailleurs ricains des Appalaches... Superbe ! Plus loin, nous avouerons un attrait certain pour le slow "South of cincinnati".

Et quand on est un ptit jeune, quoi de mieux que de se mesurer aux pionniers du genre ? Cela nous donne cette version super accélérée de "Ring of fire" de l'homme en noir Johnny CASH. Gageons que le vieux roi de la country aura su apprécier cet hommage, lui qui avait un talent certain pour les reprises. Enfin l'opus s'achève sur une "Heartaches by the numbers" enjouée et rythmée qui confirme tout le bien qu'on pense déjà de l'artiste. Pas un faux pas sur ce premier album.

Une première pierre de taille à l'édification du monument dédié à Dwight YOAKAM, légende de la country music. Vivement conseillé à tous, tant la musique pratiquée par cet artiste est sympa à écouter. Que du plaisir !

A lire aussi en COUNTRY par ERWIN :


Jerry Lee LEWIS
She Still Comes Around (1969)
Le meilleur en tout




Elvis PRESLEY
Elvis Country (1972)
Elvis se la joue country avec talent


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Honky Tonk Man
2. It Won't Hurt
3. I'll Be Gone
4. South Of Cincinnati
5. Bury Me
6. Guitars Cadillacs
7. Twenty Years
8. Ring Of Fire
9. Miner's Prayer
10. Heartaches By The Number



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod