Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Genesis, Brand X, Daryl Stuermer , Ronnie Caryl , Flaming Youth

Phil COLLINS - Dance Into The Light (1996)
Par BUDDY le 30 Janvier 2006          Consultée 7345 fois

Trois années séparent l’album « Dance Into The Light » de « Both Sides ». Phil Collins, après avoir tout assuré au niveau du jeu des instruments sur « Both Sides », revient à des valeurs dites plus traditionnelles, en faisant appel à une partie des anciens musiciens de ses précédents albums solo. Ainsi, Nathan East revient sur le devant de la scène, de même que le guitariste attitré de Phil, Daryl Stuermer.
« Dance Into The Light » démarre l’album en fanfare avec un rythme uniquement marqué par des frappes répétées de caisse claire. Des parties cuivres bien en place. Une mélodie accrocheuse. Un refrain imparable. Un tube. Puis c’est au tour du très dépouillé « That’s What You Said » de faire son apparition. Ici basse, guitare et batterie suffisent à exprimer les préoccupations sentimentales de Phil.

Sensibilisé à l’existence des leucodystrophies depuis 1986 grâce à Michaela et Auguste Odone, fondateurs du « Projet Myéline International » aux États-Unis, Phil Collins a co-écrit une chanson (« Lorenzo ») avec Michaela, comme un témoignage de ses parents sur le drame vécu par leur petit garçon, Lorenzo, atteint de leucodystrophie. Phil Collins rend hommage avec cette chanson à tous ceux qui vivent avec cette maladie génétique très rare : l'adrénoleucodystrophie. Aujourd'hui, la maman du petit Lorenzo est décédée, mais la recherche scientifique continue son combat contre cette terrible maladie. Il n’en reste pas moins une superbe chanson qui délivre un message d’espoir à tous ceux qui vivent avec ce fléau. « Just Another Story » relate les violences conjugales que fait subir un mari à son épouse, et à son entourage. Les causes sont l’alcool et la drogue. Tout cela dans un titre minimaliste, limite glacial. Un émouvant solo de piano vient en plein milieu remonter la température de ce titre. Encore un thème récurrent qui préoccupe M. Collins.

« Love Police » est une pop-song au tempo moyen et à l’instrumentation légère. Le début du refrain fait penser un peu à « Mister Tambourine Man » de Bob Dylan. « Wear My Hat » sort tout droit des îles, avec son rythme façon « zouk » entraînant et festif. Un titre délirant au niveau des textes et Phil Collins n’a pas l’air de se prendre au sérieux sur cette chanson. La rigueur rythmique de « Oughta Know By Now » fait penser aux premières chansons de Phil Collins. L’ambiance froide dont s’imprègne le morceau, ainsi que l’instrumentation ne sont pas sans rappeler l’atmosphère de l’album « No Jacket Required ». Un excellent titre.

« Take Me Down » est un titre qui se rapproche musicalement de ce que l’on peut entendre dans les églises. Il faut également souligner que l’influence du gospel est très importante dans tous les domaines de la musique afro-américaine et qu’on la retrouve ainsi, dans le blues et le jazz, mais aussi dans la soul music et dans le funk. Ainsi, M. Collins s’en inspire ici quelque peu pour le rythme et les mélodies. Phil Collins opère également un retour à la fournée musicale de « But Seriously » avec ces titres, « The Same Moon » et « No Matter Who » qui pourraient être deux suites probables de « I Wish It Would Rain Down ». Dans l’ensemble, avec cet opus, on aurait tendance à dire que Phil Collins fait du « Phil Collins », et mis à part quatre ou cinq chansons, l’album se révèle assez moyen, le Britannique ayant tendance à s’essoufler un peu.

A lire aussi en POP par BUDDY :


Phil COLLINS
Face Value (1981)
Un album qui va permettre au batteur de genesis...

(+ 1 kro-express)



Phil COLLINS
No Jacket Required (1985)
L’album de la consécration pour phil collins....

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Phil Collins. (batterie, chant, kalimba, lead guitare, guitare ry)
- Nathan East. (basse)
- Brad Cole. (claviers, violons, orgue)
- Daryl Stuermer. (lead guitare)
- Ronnie Caryl. (guitare rythmique)
- Amy Keys & Arnold Mcculler. (chœurs)
- Vine St Horns. (section cuivres)
- Harry Kim. (trompette)
- Daniel Fornero. (trompette)
- Arturo Velasco. (trombone)
- Andrew Woolfolk. (saxophones)


1. Dance Into The Light
2. That`s What You Said
3. Lorenzo
4. Just Another Story
5. Love Police
6. Wear My Hat
7. It`s In Your Eyes
8. Oughta Know By Now
9. Take Me Down
10. The Same Moon
11. River So Wide
12. No Matter Who
13. The Times They Are A-changin’



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod