Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK-JAZZ...  |  COFFRET

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

- Membre : Genesis, Brand X, Daryl Stuermer , Ronnie Caryl , Flaming Youth

Phil COLLINS - Plays Well With Others (2018)
Par MARCO STIVELL le 15 Octobre 2018          Consultée 1286 fois

Pour une surprise, c'en est une, une vraie ! Coffret publié par Rhino/Warner et éclipsant très facilement la compilation précédente, The Singles il y a deux ans, Plays Well With Others montre Phil COLLINS quand il est invité à jouer avec d'autres, ou histoire d'être plus généraliste, pour d'autres. Collaborations à des albums d'artistes plus ou moins connus, live en leur compagnie au cours d'oeuvres de charité, pour jouer de la batterie simplement et/ou chanter. Une sorte de biographie ouverte et fort intéressante pour un artiste de cette envergure - même si c'est d'abord un objet destiné aux fans - qui s'est vu ouvrir des tonnes de possibilités à partir d'un certain point de sa carrière, le début des années 80. Il en faisait déjà beaucoup avant toutefois, c'est ce que prouve, non sans dose élevée de classe à tous les étages, le premier CD consacré aux années 70.

Le coffret est un gros digipack contenant un texte entrecoupé de photos inédites, divers extraits biographiques, citations de différents artistes à propos de ces collaborations. On note le fameux passage de l'apparition de la "gated snare", le son de caisse claire de la batterie trouvé par Phil COLLINS et l'ingénieur Hugh Padgham pendant l'enregistrement du troisième album de Peter GABRIEL, ce même son qui définit tant d'années à venir pour notre Philou. De même, un Robert PLANT particulièrement enthousiaste et poignant, qui mentionne le moment où LED ZEPPELIN a perdu Bonzo et où lui-même s'est lancé en solo, équivalent à la traversée d'une jungle, en disant que la présence de Phil lui a été essentielle, plus que la réciproque.

Le CD 1 constitue déjà un sacré CV. Du rock instrumental voire expérimental, plus ou moins fiévreux mais toujours plein de feeling, que ce soit avec ARGENT, John Cale (VELVET UNDERGROUND), Peter Banks le premier guitariste de YES ou encore monsieur Brian ENO, à plusieurs reprises d'ailleurs. De la soul blanche avec l'Irlandais Eugene WALLACE, voix très particulière ! De la chanson pop non-moins intéressante avec Tommy BOLIN (DEEP PURPLE) et classieuse avec Robert FRIPP sur son premier album solo Exposure (1979), ou encore avec Frida, la brune du groupe ABBA, le temps d'un "I Know There's Something Going On" et d'un album enregistré/produit par Phil avec succès à la clé, de quoi ouvrir les années 80 en beauté.

Ce premier disque est d'abord l'occasion de mettre en avant le premier groupe professionnel dans lequel notre Phil a joué en 1969. "Guide Me, Orion" de FLAMING YOUTH, premier enregistrement batterie et chant connu de lui, gentillet mais c'est symbolique ! Plus tard, c'est juste de la batterie ou presque, la plus virtuose dont il pouvait être capable au sein de BRAND X, groupe jazz-rock fusion dont on retient essentiellement l'épique à souhait "And So to F...", que Phil jouait même lors de ses deux premières tournées solo en 1982 et 1985. La collaboration géniale avec Mike OLDFIELD (album QE2) manque cruellement, et si le fameux "Intruder" de Peter GABRIEL est de la partie, on déplore tout autant l'absence des participations aux premiers albums de Steve HACKETT et Anthony PHILLIPS, pour rester dans la famille.

Tiens à propos, alors que le dernier morceau du CD 2, tournure intelligente, est une reprise bien dynamique de "Burn Down the Mission" pour le tribute album Two Rooms – Celebrating the Songs of Elton JOHN and Bernie Taupin (Phil était vraiment au meilleur de sa voix !), au début du CD 3, qu'est-ce qu'on a ? "No Son of Mine" de GENESIS, c'est-à-dire un titre grandiose du projet collectif le plus important que Phil a mené au cours de sa carrière. En début de troisième CD, loin après tant d'autres choses ; belle marque d'humour anglais, mais pas celui des Monty Python, le sien !

Si le CD 2, celui des années 80, apparaît comme le plus contestable au début, ses bijoux se révèlent petit à petit, la pop soft et inspirée de Howard JONES, de Stephen BISHOP et celle de Philip Bailey d'EARTH, WIND & FIRE - pas de "Easy Lover" comme sur tous les best-of, merci ! -, même le chant de Noël du BAND AID en 1984 au milieu de toutes les stars rêvées. Que ce soit pour la superbe Chaka KHAN, les exotiques FOUR TOPS et Al DI MEOLA, une pop-reggae avec Gary "voix d'or" Brooker (PROCOL HARUM), un Robert PLANT hésitant mais toujours mystique, un Paul McCARTNEY énervé ou un TEARS FOR FEARS aussi sucré que soigné, jamais la frappe de Phil, manuelle ou électronique (boîte à rythmes) ne fait défaut.

En ce qui concerne Eric CLAPTON, on est plus timide (forcément...), mais on se rattrape sur le CD 4 en live avec un "Layla" magistral après une longue partie Big Band swing avec Buddy RICH, Tony BENNETT et Quincy JONES ou en simple meneur, sans doute la plus exigeante du coffret - il est louable d'avoir insisté là-dessus -. En plus de "Layla", on a la pop-folk des BEE GEES, l'époustouflante retrouvaille avec Joe COCKER, et surtout celle avec George HARRISON, Ringo STARR, Eric CLAPTON, Elton JOHN, Jeff LYNNE et Mark KING pour "While My Guitar Gently Weeps" au Prince's Trust Rock Gala, concert de charité organisé par la famille royale anglaise, en 1987. Il n'y a pas de mot pour décrire ce bonheur !

Difficile de parler de tout. Le CD 3 est tout aussi touchant que le CD 1, parce qu'il y a GENESIS, DISNEY ("Welcome", mais où est "Strangers Like Me" ?!), David CROSBY et ce splendide "Hero" qui m'évoquent tant le début des années 90, mon enfance et mes rêves qui ont survécu. Parce que Sir George MARTIN, à un moment donné, saisit son téléphone pour dire "Bonjour Phil, pourrais-tu venir chanter et jouer le medley final d'Abbey Road pour rendre hommage à un groupe mythique qui ne se reformera plus ?". Parce qu'il y a John MARTYN, artiste pop/folk/jazz anglais cher au coeur de Phil qu'il a accompagné à la batterie comme au chant de façon régulière depuis les 70's, au point de devenir un alter-ego. Plus en tout cas que pour tous les autres qui se le sont arraché pendant les années 80, jusqu'à ce qu'il lève le pied ensuite.

Cinq chansons de MARTYN, toutes différentes, sont proposées, y compris une reprise posthume – amputé de la jambe droite vers la fin de sa vie, il est décédé en 2009 – de "Can't Turn Back the Years", ballade de Phil, publiée en 2011 avec une invitation au recueillement, au point que ça marque votre esprit, ça oui... D'autres artistes reprennent Phil COLLINS, les ISLEY BROTHERS, les jazzeux de FOUR PLAY, et ils l'invitent quand même, parce que sa présence est indispensable. LIL' KIM préfère lui emprunter directement, "In the Air Tonite" reste un hommage brillant du rap à l'une des plus grandes chansons pop qui soient, sans parler du rang de l'artiste. Et on termine avec cette touche féminine pleine de grâce, qu'elle s'appelle Frida, Chaka, Annie (LENNOX) ou Laura (PAUSINI). Elles donnent le meilleur d'elles-mêmes, mais avec Phil COLLINS.

Parmi les grands manques encore, il y a les albums solo de Ronnie Caryl, son plus fidèle et ancien ami, avant même FLAMING YOUTH ; il y a le duo de batterie avec son propre fils Simon en 2008... Il aurait fallu un cinquième CD, au moins. En tout cas, ces quatre-là débordent de belles choses diverses. Ne chipotons pas, ce coffret est un indispensable. Pour les fans, et les autres.

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
La Belle Et La Bête (1991)
Grandeur et frissons




RUMER
Boys Don't Cry (2012)
L'album smooth de l'année (le retour)


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


- disc One: 1969-1982
1. Flaming Youth - Guide Me, Orion
2. Peter Banks - Knights (reprise)
3. Eugene Wallace - Don't You Feel It
4. Argent - I Can't Remember, But Yes
5. Brian Eno - Over Fire Island
6. Tommy Bolin - Savannah Woman
7. John Cale - Pablo Picasso
8. Brand X - Nuclear Burn
9. Brian Eno - No-one Receiving
10. Rod Argent - Home
11. Brian Eno - M386
12. Brand X - ...and So To F...
13. Robert Fripp - North Star
14. John Martyn - Sweet Little Mystery
15. Peter Gabriel - Intruder
16. Frida - I Know There's Something Going On
17. Robert Plant - Pledge Pin
18. Gary Brooker - Lead Me To The Water

- disc Two: 1982-1991
1. Robert Plant - In The Mood
2. Al Di Meola - Island Dreamer
3. Adam Ant - Puss 'n Boots
4. Philip Bailey - Walking On The Chinese Wall
5. Band Aid - Do They Know It's Christmas (feed The F
6. Eric Clapton - Just Like A Prisoner
7. Philip Bailey - Because Of You
8. Chaka Khan - Watching The World
9. Howard Jones - No One Is To Blame
10. The Isley Brothers - If Leaving Me Is Easy
11. Paul Mccartney - Angry
12. Four Tops - Loco In Acapulco
13. Stephen Bishop - Walking On Air
14. Stephen Bishop - Hall Light
15. Tears For Fears - Woman In Chains
16. Phil Collins - Burn Down The Mission

- disc Three: 1991-2011
1. Genesis - No Son Of Mine
2. John Martyn - Could've Been Me
3. David Crosby - Hero
4. John Martyn - Ways To Cry
5. Phil Collins - I've Been Trying
6. Quincy Jones - Do Nothin' Till You Hear From Me
7. Fourplay - Why Can't It Wait Til Morning
8. John Martyn - Suzanne
9. Laura Pausini - Looking For An Angel
10. George Martin - Golden Slumbers/carry That Weight/
11. Lil' Kim Feat. Phil Collins - In The Air Tonite
12. Phil Collins - Welcome
13. John Martyn - Can't Turn Back The Years

- disc Four: Live 1981-2002
1. Phil Collins - In The Air Tonight
2. George Harrison - While My Guitar Gently Weeps
3. The Bee Gees - You Win Again
4. Phil Collins & Tony Bennett - There'll Be Some Cha
5. Phil Collins & Quincy Jones - Stormy Weather
6. The Phil Collins Big Band - Chips And Salsa
7. Phil Collins With The Buddy Rich Big Band - Birdla
8. The Phil Collins Big Band - Pick Up The Pieces
9. Eric Clapton - Layla
10. Annie Lennox - Why
11. Bryan Adams - Everything I Do (i Do It For You)
12. Joe Cocker - With A Little Help From My Friends



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod