Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



FÉROCES - Juliette (2016)
Par WATCHMAN le 28 Avril 2016          Consultée 986 fois

FÉROCES. Derrière ce patronyme à connotation agressive voire presque dissuasive, se cache en réalité un projet musical réunissant trois musiciens expérimentés de la scène rock bisontine. Des garçons ayant notamment fait partie de certains des groupes les plus connus, influents ou singuliers de l’ancienne capitale horlogère (TRADERS, STELLARDRIVE, ASIDEFROMADAY, GANTZ, HIRO ou bien encore plus récemment YOU WITCHES, pour ne citer que les principaux).

« Personne ne chante, personne ne danse », voici les termes avec lesquels le groupe introduit l’univers de son post rock sombre et hypnotique, parfumé de quelques éléments ambiants et new wave (écoutez donc l’intro du titre éponyme et vous saisirez mieux à cet effet ma définition stylistique). Rien de particulièrement innovant au niveau purement musical. On a ici affaire à des sonorités déjà entendues chez des formations telles que MOGWAI, GODSPEED YOU BLACK EMPEROR, TYCHO, MASERATI ou bien encore GOD IS AN ASTRONAUT (amputée toutefois de ses passages les plus planants et psychédéliques). Mais là où FÉROCES se démarque réellement, c’est dans l’utilisation de samples de dialogues de films dont certains comptent parmi les grands moments du cinéma d’auteur français. On y reconnaît notamment les voix des actrices Anna Karina (dont le visage a d’ailleurs servi de base à l’illustration de la pochette de l’EP), Nastassja Kinski, Michèle Mercier, ou encore Marie Trintignant. Quant aux hommes, ils ne sont pas en reste avec les interventions de Michel Piccoli, Jean-Hugues Anglade ou encore Robert Hossein. Par ce choix et cette démarche d’allier la musique aux ambiances cinématographiques, ils me font clairement penser au récent groupe de métal expérimental HYPNO5E. Ces extraits, illustrant généralement des disputes, des réflexions ironiques, des manifestations de désespoir face aux errements et aux déceptions constantes engendrés par le genre humain, se superposent habilement à la musique du trio et suffisent alors à libérer toute la violence inhérente à la société, ainsi que toute la part obscure et anxiogène intrinsèque aux relations humaines dès lors que le désir et les sentiments s’invitent à la fête. En résultat à cela, à grand renfort de scènes de ménage, de cris, de coups, d’espoirs perdus et de constats amers, “Juliette” incarne la bande-son d’un miroir sociétal transpirant le vécu et la férocité d’un quotidien traversé par bon nombre de couples.

Une œuvre noire, à l’atmosphère mélancolique, dépressive, mais pourtant terriblement prenante. En choisissant délibérément de puiser l’inspiration dans la douleur psychologique et l’intimité parfois néfaste des sentiments, le trio parvient à dépeindre avec autant d’efficacité que de beauté sonore une réalité laide et nourrie d’illusions. Comme le disait si bien le grand Albert Camus : « Pour trouver que la vie peut être belle et facile, il ne faut pas l'avoir connue. »

A lire aussi en POST-ROCK par WATCHMAN :


WHEN THE LIGHT DIES
Wailing Of The Leonids (2017)
La nuit des étoiles




FÉROCES
Victor (2017)
Quand la musique fait son cinéma.


Marquez et partagez





 
   WATCHMAN

 
  N/A



- Jérôme Josselin : Guitare
- Sébastien Descamps : Basse/claviers
- François Schauber : Batterie


1. Même ça Tu N’as Pas Le Courage
2. Juliette
3. Tout Est Beau
4. N’ayez Pas Peur J’ai L’habitude
5. Je Ne Veux Pas Mourir Avant D’être Morte



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod