Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROG PSY PLANANT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Caravan, The Soft Machine
- Membre : Khan
- Style + Membre : Gong

Steve HILLAGE - Motivation Radio (1977)
Par LE KINGBEE le 21 Mai 2016          Consultée 1139 fois

Le nom de Steve HILLAGE apparait dans plusieurs chroniques parues sur FP. Résumons brièvement le parcours de ce guitariste aussi mystique que doué, que certains qualifieront par inculture et manque d’ouverture d’"allumé de première" ! Né en 1951 dans la banlieue londonienne, Hillage reste rattaché à l’école de Canterbury, registre musical regroupant Prog et Psy aux paroles souvent nébuleuses mêlant Pataphysique (sciences de solutions imaginaires) et Dadaïsme (mouvement intellectuel aussi bien artistique que musical ou littéraire remettant en cause les conventions idéologiques, esthétiques comme politiques). Si vous avez réussi à ingurgiter ces petites précisions, bravo ! La suite est plus facile d’accès. Donc notre "Rosbeef" débute dans le Blues Rock en 1967, normal il est anglais, au sein d’Uriel, petit groupe qu’il a monté avec des copains de bahut Dave Stewart (futur CARAVAN) et le bassiste Mont Campbell (futur EGG). Durant une demi-décennie, HILLAGE joue au sein de plusieurs formations : Arzachel, Khan, Decadence (le nouveau groupe de Kevin AYERS, ex SOFT MACHINE), The Ottawa Company (un big band de 16 musiciens). Il croise ensuite au cours d’une tournée la route de GONG, groupe qu’il incorpore derechef pour n’en repartir qu’en décembre 1975. Il est signé par Virgin, et enregistre ses premiers disques sous son nom, Fish Rising suivi de L, album mis en boîte aux USA chez Todd RUNDGREEN.

Mais c’est en 1977 que Steve HILLAGE décroche le pompon avec Motivation Radio. Enregistré en Californie sous la houlette du producteur Malcolm Cecil, bassiste de jazz très friand de synthétiseurs, l’album parvient à faire une percée dans les charts Rock, grimpant à la 28ème place. Une aubaine pour le guitariste. On ignore précisément les dates des enregistrements, mais une rumeur persistante fait état du 7 juillet 1977, soit le 7-7-77. Il n’en faut pas plus pour que les amateurs de Prog, les théoriciens de tout poil, les adeptes de la théorie du complot et les lanceurs d’alertes (Non, ils n’existaient pas encore) y décèlent une intention mystique forte et puissante. Il faut dire que la pochette peut à l’époque faire fantasmer les gogos : on y voit le guitariste, cheveux longs, tenue blanche, guitare en bandoulière, sur un semblant de plage avec en arrière plan la fameuse assiette, nom donné au radiotélescope de l’observatoire de Parks en Australie, instrument gigantesque de 64 mètres de diamètre.

Dans l’Hexagone, le disque bénéficie d’une publicité inattendue. A la mi-temps d’un match de coupe d’Europe FC Lens- Lazio Rome suite à des problèmes techniques de la réalisation italienne, Steve Hillage passe en vidéo clip durant près de 7 minutes. On ignore si la victoire historique de l’équipe française 6-0 (je ne m’intéresse pas au football) aura une réelle retombée sur les "footeux", mais le disque connaîtra chez nous un succès inattendu. De là à y voir les bienfaits d’une force cosmique musicale, il y a un pas que nous ne franchirons pas.

Revenons à nos moutons ou plus précisément à Motivation Radio. En 1977, en matière de Rock Prog, chez nous ce sont encore YES, GENESIS, Mike OLDFIELD qui se taillent la part du lion. Et oui que voulez vous, on a toujours tendance à avoir un métro de retard. Contrairement à l’époque GONG ou à ses deux précédents disques, HILLAGE modifie la donne en incorporant des morceaux plus courts, "Radio", le plus long, ne dure que 6 minutes. A l’instar d’ALAN PARSONS PROJECT ou de BARCLAY JAMES HARVEST, le guitariste revient à une formule plus accessible, avec un répertoire radio-friendly à la portée de tout le monde. N’allez pas croire cependant qu’HILLAGE se vautre dans du Jean Michel JARRE, Non ! Dès les premières notes, le guitariste parvient à immerger l’auditeur dans un univers astral complètement enveloppant. L’optimiste "Hello Dawn" s’ouvre sur une belle partie de guitare secondée par des synthés haut de gamme, un morceau court, idéal pour nous faire rentrer dans la transe. "Motivation" porte bien son nom, le groupe est inspiré, HILLAGE répète à qui veut l’entendre "Motivation is the Key (La motivation est la clef)". Les instruments s’emboîtent les uns dans les autres, à tel point qu’il est parfois complexe de les identifier, hormis la batterie synthétique de Joe Blocker. Grand moment de délire Psy avec "Light In The Sky" où la voix parfois parodique de Miquette Giraudy, sa compagne française, nous expédie chez Alice Au Pays Des Merveille. Les passages de guitares Glissando conjugués au fameux synthétiseur Tonto de Malcolm Cecil font le reste.

HILLAGE a toujours été influencé par les sonorités orientales et la philosophie soufie, "Radio" en est le parfait exemple. La guitare et les volutes de claviers nous font tournoyer entre déserts subsahariens et astral planant. Planant disions nous, comment ne pas succomber à "Wait One Moment", une sorte de ballade Prog plongeant au centre d’une "zenitude" cosmique ? Le ton se durcit avec "Saucer Surfing", les claviers et les guitares se livrent un duel sans merci d’où l’auditeur finira immanquablement happé archi menu. "Searching For The Sparks" monte crescendo avec des zestes orientaux bien épicés, peut être le meilleur morceau de l’album avec un vocal aussi habité qu’inspiré et une batterie agressive. L’instrumental "Octave Doctors" diffuse un phrasé de guitare exceptionnel gorgé de vibrato et de glissando capable de nous faire plonger dans n’importe quel espace temps, la basse funky de Reggie McBride (ex Stevie WONDER et RARE EARTH) place sur orbite son leader. On se croirait en apesanteur.

Si HILLAGE et Miquette Giraudy ont composé la totalité des titres, l’album s’achève sur la seule et unique reprise "Not Fade Away", hit de Norman Petty et Charles Hardin Holley (alias Buddy HOLLY). Si ce hit interplanétaire a connu des relectures parfois étonnantes (FLORENCE & The MACHINE, RUSH, The KNACK), il faut admettre que notre guitariste en délivre la version la plus surprenante; l’original basé sur trois accords laisse place à un arrangement de folie dans lequel les claviers et le Tonto s’entrecroisent en contrepoint des riffs de guitare, le tout mené par des baguettes survitaminées. C’est autre chose que l’adaptation ridicule faite par notre Johnny National avec « Je Vais Te Secouer ».

Œuvre majeure du registre Rock Prog, Motivation Radio caractérisé par une guitare transcendante, des claviers technologiquement novateurs et des mélodies aussi planantes que captivantes aura marqué de son sceau la décennie 70. Miquette Giraudy et Steve HILLAGE jouent toujours ensemble au sein de la formation SYSTEM 7, que les américains connaissent sous le nom de 777, le couple se produit encore lors de réunions avec GONG ou d’anciens membres du Steve HILLAGE BAND. Avec sa tête de Jésus, ce guitariste lumineux a marqué d’une croix blanche le registre Prog Psy des années 70.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LE KINGBEE :


NEKTAR
Remember The Future (1973)
Une pépite de rock prog cosmic seventies.




Freddy LINDQUIST
Menu (1970)
L'habit ne fait pas le moine!


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Steve Hillage (guitare, chant)
- Miquette Giraudy (claviers, percussions)
- Malcolm Cecil (synthétiseur tonto)
- Joe Blocker (batterie)
- Reggie Mcbride (basse)


1. Hello Dawn.
2. Motivation.
3. Light In The Sky.
4. Radio.
5. Wait One Moment.
6. Saucer Surfing.
7. Searching For The Spark.
8. Octave Doctors.
9. Not Fade Away (glide Forever).



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod