Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK PROG PSYCHé  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Caravan, The Soft Machine
- Membre : Khan
- Style + Membre : Gong

Steve HILLAGE - Fish Rising (1975)
Par LE KINGBEE le 1er Décembre 2020          Consultée 1159 fois

Après avoir enregistré "Space Chanty" au sein de KHAN en 1972, Steve HILLAGE rejoint brièvement Decadence, groupe fondé par Kevin Ayers. Il intègre GONG lors d’une tournée en France, se lie d’une solide amitié avec l’australien Daevid Allen (un ex de SOFT MACHINE) et rencontre celle qui va devenir sa compagne, la française Miquette Giraudy. Suite au départ d’Allen, Steve se retrouve comme qui dirait un peu serré aux entournures, demeurant le seul guitariste du groupe. Tels des Terminators, les claviers ont pris les rennes de l’attelage GONG vers une destination plus Jazz Fusion, ce qui incite Steve à entamer une carrière solo.

Enregistré en septembre 1974 au Manor, propriété de Richard Branson, big boss du label Virgin, et finalisé en janvier 75, l’album dévoile une solide équipe autour du guitariste ; celui-ci n’est pas en terre inconnue, ayant enregistré plusieurs albums avec GONG dans ce même château de l’Oxfordshire. Pour ce premier album solo, le guitariste s’est entouré de musiciens qu’il connaît bien. On retrouve l’activiste bassoniste Lindsay Cooper (ex-EGG, NATIONAL HEALTH), l’alsacien Pierre Moerlin aux fûts, le flûtiste saxophoniste Blomdido Gild de Breeze (alias Didier Malherbe), le bassiste Mike Howlett, les claviéristes Dave Stewart (ex-EGG, KHAN, HATFIELD AND THE NOTRTH) et Tim Blake (futur Crystal Machine et HAWKWIND) et bien évidemment Miquette Giraudy, toute cette joyeuse troupe s’étant produite un jour ou l’autre au sein de GONG.

L’examen de la pochette nous plonge au cœur de l’eau, royaume du poisson. Le visuel dorsal propose huit illustrations de Steve HILLAGE à la pêche, activité pleine de plénitude. On imagine le guitariste tranquillement assis, écoutant le bruit du vent, de l’eau qui coule, des oiseux piaillant devant cet intrus, trois registres sophrologiques. Un pêcheur à l'affût de tout bouchon s’enfonçant dans l’eau. Mais à travers ces photos, il se dégage une certaine dose d’humour : on dirait que le guitariste adepte de la modernité électronique tente de créer une sorte de contre-pied avec cette activité que certains jugeront pantouflarde. De l’humour, on en retrouve encore la trace quand on se penche sur les pseudos du guitariste et de Miquette. Steve HILLAGE se transforme en Hillfish, tandis que la chanteuse apparaît sous le nom de Bambaloni Yoni, alors que Tim Blake se transforme en Hi T. Moonweed.

"Fish Rising" résulte d’un habile montage, à l’image d’une bonne ligne de pêche. A l’instar d’une peinture triptyque, le disque est conçu comme un concept–album en trois parties. Trois longs titres s’étalant de 8 à 16 minutes constituent les trois chapitres du tome. A l’origine, les titres composés par HILLAGE auraient dû intégrer le second disque de KHAN, celui-ci ne verra jamais le jour suite à des dissensions entre Nick Greenwood et les trois autres membres du groupe. Musicalement, on retrouve ici de nombreuses influences piochées chez KHAN mais aussi chez GONG via la trilogie "Radio Gnome Invisible", probablement l’œuvre la plus aboutie du groupe dirigé par Daevid Allen. Si ce sont les cordes de Steve HILLAGE qui ouvrent les hostilités sur "Solar Musick Suite" avec une étonnante souplesse, Tim Blake et Dave Stewart tissent en arrière-plan une formidable descente de lit. Divisé en quatre parties distinctes, cet amuse-bouche nous immerge complètement dans un maelstrom où viennent s’articuler Space Rock, Prog, Psyché, trois domaines propres à l’école de Canterbury. Les ambiances se succèdent tout au long du titre et de ses différentes sections.

Si les textes font parfois preuve de légèreté, passant sans crier gare de la gaieté à la gravité, les vocaux de Steve et le timbre hyper-douillet de Miquette instaurent un climat presque cosmique finalement pas très éloigné des ambiances barrées du Mahavishnu Orchestra de John McLAUGHLIN. Très friand d’ambiances orientales, la guitare et les claviers nous entraînent vers un beau voyage à travers le Gange via "Hiram Afterglid Meets The Dervish", passage au riff aussi lunaire qu’obsédant. Avec son bruitage d’eau, "Fish" évoque une embardée au Royaume du Soleil Levant avant de bifurquer sur un décor totalement psyché. En fin de titre, "Meditation Of The Snake" nous immerge dans une voie lactée où les échos et un nappage de synthé et de guitare mettent l’auditeur en quasi état d’apesanteur.
Divisée en quatre chapitres, "The Salmon Song" à l’image du poisson du même nom, semble remonter le cours de l’eau à contre-courant. Après une première partie aussi dynamique que volontaire, la guitare et les claviers finissent par nous happer dans une plongée où s’emboîtent des rythmes infernaux de Transe Dance et de Space Rock complètement barré. Dernière partie du triptyque, "Aftaglid" avec sa longue intro imitant le bruit d’un carillon nous plonge carrément dans une séance de sophrologie ou de pratique méditative, avec comme point d’orgue "Astral Meadows", segment nous entraînant entre une transe extatique et une traversée cosmique digne de Star Wars.

Avec ce premier disque, Steve HILLAGE plaçait définitivement son nom sur la carte mondiale du Rock Prog. Contrairement à de nombreux groupes issus de la même décennie, l’Anglais propose un superbe voyage dans un monde musical où viennent de mêler Space Rock, Psychédélisme, Prog., Transe Dance, Musique Electronique, jams polyrythmiques et diverses influences mystiques en provenance de la philosophie hindouiste. Une fusion de sons dont certains parviendraient presque à nous mettre en état d’apesanteur. Un grand disque de Prog. largement sous estimé chez nous, mais qui entre de plein fouet dans la catégorie des disques dits de référence. Aujourd'hui, Steve HILLAGE et Miquette Giraudy se produisent toujours ensemble au sein de plusieurs formules toujours aussi innovantes et contemporaines. Les deux musiciens sont également à la tête depuis 1991 de System 7, formation qui mérite d’être vue en concert. Ce disque envoûtant a été réédité au format CD en 20O7 avec 2 titres bonus avoisinant les 20 minutes.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LE KINGBEE :


CRACK THE SKY
Live Sky (1978)
Un live heavy prog aussi méconnu qu'abouti.




NEKTAR
Remember The Future (1973)
Une pépite de rock prog cosmic seventies.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Steve Hillage (chant, guitare)
- Miquette Giraudy (chant, percussions, glockenspiel)
- Mike Howlett (basse)
- Dave Stewart (orgue, piano)
- Tim Blake ( synthétiseur, tambura)
- Didier Malherbe (saxophone, flute)
- Pierre Moerlin (batterie, percussions, marimba, darbuka)
- Lindsay Cooper (basson, contrebasson)


- solar Musick Suite
1. Sun Song (i Love Its Holy Mystery)
2. Canterbury Sunrise
3. Hiram Afterglid Meets The Dervish
4. Sun Song (reprise)
5. Fish
6. Meditation Of The Snake
- the Salmon Song
7. Salmon Pool
8. Solomon's Atlantis Salmon
9. Swimming With The Salmon
10. King Of The Fishes
- aftaglid
11. Sun Moon Surfing
12. The Great Wave And The Boat Of Hermes
13. The Silver Ladder
14. Astral Meadows
15. The Lafta Yoga Song
16. Glidding
17. The Golden Vibe / Outglid



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod