Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Caravan, The Soft Machine
- Membre : Khan
- Style + Membre : Gong

Steve HILLAGE - Düsseldorf (2017)
Par LE KINGBEE le 28 Février 2021          Consultée 195 fois

"Le bonheur est une longue patience" écrivait Cocteau. De la patience il en aura fallu pour découvrir ce concert donné à la Philips Halle de Düsseldorf le 28 mars 1979, 38 ans d’attente. Après avoir œuvré entre autre au sein d’Uriel, KAHN, The Ottawa Company, collaboré à l’album concept "Clearlight Symphony" du pianiste français Cyrille Verdeaux, le londonien s’est fat connaitre au sein de GONG. Depuis quatre ans, le guitariste s’est envolé vers une carrière solo. Après avoir enregistré aux States "L" chez Todd Rundgren avec le groupe Utopia et le jazzman Don Cherry, Steve HILLAGE vient de graver "Motivation Radio" et "Green", deux disques qui feront date dans le domaine du Prog. Guitariste au son particulièrement lumineux, Steve se produit fréquemment, mais l’anglais prend toujours soin de ne pas se répéter, ses shows sont éclectiques. La qualité de son répertoire en fait l’un des groupes les plus demandés, du moment. Le label Virgin décide de publier sous forme d’un double album "Live Herald" issu d’un concert donné deux ans plus tôt au Rainbow Theater, au nord de Londres.

Mais 1979 reste une année charnière dans la carrière d’Hillage. Si ce maître de la guitare-moog et des synthés s’est abondement produit, il a besoin de souffler. Il forme avec la française Miquette Giraudy un couple resplendissant de bonheur. Ancien étudiant en histoire et en philosophie, Steve aspire à un peu plus de tranquillité et décide au tout début des eighties de se consacrer à la production, ne se produisant plus que sporadiquement pendant de nombreuses années. Mais c’est là une autre histoire dont nous parlerons peut-être un jour.

Ce double CD à la qualité sonore exemplaire retranscrit donc le show donné à Düsseldorf soit 1H40 de musique oscillant entre un Space Rock et Rock Prog de haute tenue. C’est une troupe bien rôdée qui se retrouve sur les planches de Halle Philips de Düsseldorf. Outre Miquette aux synthés, Steve est épaulé par son vieux complice Dave Stewart⃰, qu’on retrouvera plus tard comme ingé-son et accompagnateur pour George HARRISON et Carly SIMON, le batteur Andy Anderson ♦ présent depuis "Green" et le bassiste John McKenzie ♠ (ex Man, Annette Peacock).

Parmi ces seize plages, figurent trois titres de "Motivation Radio", trois de "L" et quatre de "Green". La troupe nous offre pas moins de six nouveaux titres, enfin pas vraiment puisque "New Age Synthesis", "Unidentified (Flying Being)", "Electrick Gypsies", "Talking To The Sun" apparaissent lors d’une session captée à la BBC en 1976, à ceci près que ces titres ne seront publiés qu’en 1992. Seul "The Dervish Riff" peut faire figure de nouveauté. Les six titres ne figurant pas dans des versions studios sont cependant présente dans "Live Herald" le fameux disque de 79 édité par Virgin comprenant huit titres Live et quatre autres en studio.

Si "New Age Synthesis" permet de lancer le show sur de bonnes bases dans un registre Space Rock, Steve Hillage annonçant curieusement le titre comme figurant dans "L", le concert ne se lance véritablement qu’avec "Hurdy Hurdy Glissando" qui parvient à nous happer dès les premières mesures, les synthés se font envoûtants, la guitare s’offre des arabesques orientales tandis que la basse imprime d’incroyables rondeurs, le genre de morceau qui pourrait faire le bonheur de tout adeptes de sophrologie mais aussi de substances dites planantes. Le guitariste n’oublie pas de remercier le public, visiblement très en phase et enchaîne avec "Light In The Sky" dans un registre plus dynamique que la version studio et dans laquelle Miquette Giraudy se fait plus présente et inquiétante au chant. Pendant dix minutes, le groupe nous immerge dans une ambiance aussi hypnotique que planante avec "Unidentified (Flying Being)" morceau d’où émerge la grosse ligne de basse de John McKenzie et d’impressionnantes volutes de synthé. Adepte du soufisme, courant ésotérique et mystique qu’il a longtemps étudié, l’anglais nous assène une démonstration de guitare sur "Radio", titre puissant renforcé pat les claviers qui tel le vent sur le sable d’un désert nous ramènent vers des ondulations orientales des plus contagieuses. La troupe récidive avec l’obsédant "The Dervish Riff", là les influences de l’Orient sont encore clairement palpables, la guitare nous plonge dans un tournoiement d’où on ressort complètement abasourdi, le principe et la mise en application du courant Mevlidis, plus connu chez nous sous le nom de derviches tourneurs.

Le groupe s’offre une version hallucinante du "Hurdy Gurdy Man" de Donovan. La version Folk un brin Baba de l’écossais prend ici une autre dimension. La version studio nous parait cependant plus fluide, plus délicate avec son bruit de cornemuse que celle-ci trop musclée à notre gout. "Motivation" s’avère aussi convaincant en Live qu’en studio, une merveille de Rock Prog qui à l’instar des amphétamines rebooste l’auditeur tout en maintenant la transe et la trame. Steve prévient l’assistance de l’arrivée d’un moment de folie avec "1988 Aktivator" un court morceau de 145 secondes flirtant entre Rock n Roll et Prog complètement barré. Deux autres titres issus de "Green" prennent la relève, "Activation Meditation" avec de délicates vagues de claviers s’avère idéal pour une séance de méditation. "The Glorius Om Riff" évoque par sa mélodie "Searching For The Spark", titre intenable qui monte crescendo. Le guitariste alterne encore avec un morceau plus court et plus doux avec "Meditation Of The Dragon", un titre destiné à laisser souffler les chevaux. Seconde reprise du concert avec "It’s All Too Much", titre des Fab Four au générique de "Yellow Submarine". Là Hillage, fan revendiqué des BEATLES, redonne de l’ampleur au titre transformant une mièvrerie en un plat pour gourmets. Les deux derniers titres proviennent de rappel du public "Electrik Gypsies" diffuse une ambiance plus Pop tout en prenant bien soin de rester dans le contexte. En fermeture, "Talking To The Sun" reprend encore les fondations de "Searching For The Spark" avec une basse plus insistante et des nappages de claviers débouchant sur une atmosphère aussi planante que généreusement planante.

Publié par Madfish Records, filiale du groupe Snapper Music, ce double CD retranscrit parfaitement l’ambiance qui régnait lors des concerts de Steve Hillage durant les seventies. Ce Live ne semble pas pollué par divers subterfuges et artifices techniques dénaturant faussement la prestation du groupe. Saluons l’excellent travail de John Newsham derrière les consoles et la production sans fioriture de Steve Hillage en personne. Le disque bénéficie de photographies d’époque et d’un livret compose par Phil Rogers, le bassiste des REMO FOUR, auteur de pochettes pour George HARRISON. Un disque qui donne envie d’aller voir cet élégant guitariste toujours en activité. Ce double CD existe également dans publication sous forme d'un triple vinyle.

Un disque qui nous replonge dans la folie des concerts de la fin seventies. En février 2021, la question se pose de savoir quand on pourra participer à de telles manifestations. Cette question demeurant la panacée de hauts décisionnaires de pacotille ne fréquentant jamais ces lieux. Mais c’est probablement là, un autre débat.

⃰ Dave Stewart est l’homonyme au guitariste d’Eurythmics.
♦ Andy Anderson a perdu son combat contre le cancer en 2019. Il avait 68 ans.
♠John McKenzie, grand bassiste de session (Bob Dylan, Gary Moore, The Pretenders, Pete Brown parmi les plus connus) victime de la même maladie a rejoint son équipier en 2020. Il avait 65 ans.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LE KINGBEE :


Steve HILLAGE
Fish Rising (1975)
N'hésitez pas à aller à sa pêche




MANFRED MANN'S EARTH BAND
Watch (1978)
Entre prog pop et rock un classique de la fin 70's


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Steve Hillage (chant, guitare)
- Miquette Giraudy (chant, synthétiseurs)
- Dave Stewart (guitare, chœurs)
- John Mckenzie (basse, chœurs)
- Andy Anderson (batterie)


1. New Age Synthesis (unzipping The Zype)
2. Hurdy Gurdy Glissando
3. Light In The Sky
4. Unidentified (flying Being)
5. Radio
6. The Dervish Riff
7. Hurdy Gurdy Man
8. Motivation
9. 1988 Aktivator
10. Crystal City
11. Activation Meditation
12. The Glorious Om Riff
13. Meditation Of The Dragon
14. It's All Too Much
15. Encore 1: Electrick Gypsies
16. Encore 2: Talking To The Sun



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod