Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Vitalic

AURA SHRED - Hellface (2015)
Par CHIPSTOUILLE le 13 Juin 2016          Consultée 1526 fois

Il y a 10 ans c’était NOE, un petit groupe de rock disparu depuis. NOE venait frapper à la porte de Forces Parallèles avec un EP-démo à moitié réussi. Nous n’étions qu’une petite communauté disparate avec des chroniques de tout et de rien, et personne n’espérait réellement gagner de couverture médiatique en balançant des CD gratuits. NOE n’a probablement pas gagné beaucoup de fans grâce à la chronique, mais depuis au moins une personne se souvient d’eux, et environs 1500 internautes sont venus s’égarer sur une page web qui leur est toujours dédiée (1).

Ils sont plus nombreux aujourd’hui à venir frapper à notre porte. Tous les mois, Gegers, M. Ameforgée ou Saskachewan viennent fournir leur livrée de titres ou démos à écouter. Internet aidant, il suffit de fournir un lien, pour espérer qu’un chroniqueur consacre de son temps à écrire une page. Mais il y a beaucoup de prétendants, et peu d’élus. Comment faire pour attirer l’oreille de chroniqueurs ayant déjà des listes d’écrits en attente à rallonge ? AURA SHRED, en évoquant VITALIC et le label Warp sera parvenu à attirer l’attention de l’un d’entre nous (2). Malheureusement, nombreux sont ceux qui ne passent jamais le cap de la simple lecture de description en diagonale, ne suscitant pas même une réaction.

D’ailleurs, l’interview de Hervé alias AURA SHRED, parue dans le numéro de Mars de l’incontournable magazine, ne lui aura guère permis de dépasser les 500 vues sur Youtube. L’intégralité de l’EP de ce talentueux lyonnais est pourtant disponible gratuitement. Malgré tout le talent dont fait preuve AURA SHRED, celà démontre qu’il est presque impossible de survivre dans la jungle médiatique et silencieuse que constitue Internet.

Pourtant, toutes les personnes qui ont ignoré les appels à l’écoute d’AURA SHRED ont eu tort ; et pour cause, l’EP est excellent. Amateur de musique électronique qui défouraille les écoutilles, empressez-vous d’aller m’écouter ceci. VITALIC et Warp, l'artiste citais également KAP BAMBINO, jamais nous n’avons été trompés sur la marchandise. On y trouve même l'assurance imperturbable d'un KAVINSKY. La seule chose que l’on peut souhaiter à AURA SHRED est de subir le même sort que les artistes précités.

"Flash" démarre les hostilités en brisant d’emblée le mur du son. Beat régulier, nappes saturées, déchiquetage rythmique en règle pour les transitions et "Yeah Yeah" en fond, c’est au premier abord, confondant de banalité. Mais c’est mélodique, c’est superbement accrocheur, et c’est chanté avec les trippes, comme si la vie d’AURA SHRED dépendait de tout ce joyeux bordel produit avec les potards à fond. Sur le post-refrain débarquent des zigouigouis à la AFX, mariage original qui donne du crédit à l’œuvre. Si le tout manque peut-être légèrement de subtilité (quoique…), ce n’est définitivement pas le cas des deux offrandes suivantes.

"Remorse" ralentit à fond, sans pour autant délaisser la puissance du cocktail, pour un titre qui joue plus avec son rythme. Dans cette façon fluide de tourner autour d’un temps lent et marqué, on retrouve quelque part le côté lubrique d’un NINE INCH NAILS dans ses bons jours. On aime. Mais la véritable pépite de cet EP est sans conteste "Hellface". Décomplexé, AURA SHRED parvient à combiner les qualités des deux titres qui précèdent. Certes, les lignes de chant manquent définitivement de maturité (un peu trop de VITALIC, pour le coup ?), mais cette assurance, cette montée en puissance, qui prend son temps, avec ces couches abrasives qui s'empilent, un peu plus, c’est orgasmique.

Après une introduction vive, une transition lente et une montée en puissance, pour terminer le combo gagnant (3), il aurait fallu un dernier morceau rapide, agressif, avec un final en apothéose. Raté, "Unseen White" est une tentative éprouvante de machin IDM à la Reflex/Warp. Avec sa surproduction, ses sursauts rythmiques bancals incessants, posant son piano (préparé ?) sur le reste sans trouver de réel pont entre les deux, on ne va nulle part. C’est dommage, mais ce n’est qu’un EP, une tentative, avant un saut peut-être plus haut, plus grand, plus fort. AURA SHRED réussit haut la main 3 titres sur 4. Pour un EP, c’est mieux que ce que nous produisent la plupart des artistes de renom. Reste à vous qui me lisez, peut-être, de faire l’effort d’aller l’écouter (4).

(1) Leur propre site ayant visiblement fermé depuis.
(2) Avis aux intéressés, soyez droits au but, et ne cherchez pas à nous faire croire que vous n’avez aucune influence.
(3) Celui de la symphonie classique. Toujours les réviser, les classiques.
(4) Et si jamais vous appréciez, l’EP n’est jamais qu’à 2€ en version dématérialisée dans toutes les bonnes crèmeries.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


SQUAREPUSHER
Hello Everything (2006)
Voyage spécial, préparez-vous à l'embarquement




VITALIC
Ok Cowboy (2005)
Techno fraiche et revigorante


Marquez et partagez







 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Hervé ? (tout)


1. Flash
2. Remorse
3. Hellface
4. Unseen White



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod