Recherche avancée       Liste groupes



      
SMOOTH JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Nana MOUSKOURI - Nana Mouskouri In New York (1962)
Par AIGLE BLANC le 13 Octobre 2016          Consultée 1140 fois

Tout au long d'une carrière exemplaire, Nana MOUSKOURI a tellement produit de disques en France qu'une part importante de sa discographie est restée très méconnue de son public hexagonal. Aussi, c'est une bonne chose que cet album de 1962, resté inédit de ce côté de l'Atlantique, soit enfin sorti des limbes en 1999, pas moins de 37 ans après sa réalisation. Il vient fort à propos rappeler les premières amours de la chanteuse grecque qui s'illustra à ses début dans le jazz avant de rejoindre la France pour y explorer le territoire plus classique, et surtout plus populaire, de la chanson française de qualité.

Le compositeur Michel LEGRAND, qui a travaillé avec elle au cours des années 60, grand admirateur de sa technique vocale, déplore que Nana MOUSKOURI ait délaissé le jazz, dont elle était selon lui une grande ambassadrice, pour s'enfermer dans un registre variété populaire qu'il estime trop facile comparativement à son énorme potentiel musical. L'écoute de cet album inédit, enregistré à New York en 1962, et produit par le grand Quincy JONES lui-même, confère en effet aux propos de Michel LEGRAND une légitimité certaine.

Quand elle débarque en France en 1960, prise en charge par Philippe Weill, le patron de Philips, celle qu'on surnomme déjà Nana rencontre le gratin de la chanson française de l'époque : elle se lie ainsi d'amitié avec Jacques BREL et découvre l'immense patrimoine musical laissé par Edith PIAF. Mais, après lui avoir permis de sortir de nombreux singles qu'elle interprétait phonétiquement dans la langue de Molière, Philippe Weill comprend très vite que sa protégée est faite d'un écrin supérieur qui ne saurait se limiter à une carrière européenne. Il rêve de lui faire traverser l'Atlantique, persuadé qu'un succès sans équivoque l'attend dans le pays de l'oncle Sam.

C'est ainsi que Nana, tout juste âgée de 25 ans, part s'installer à New York aux frais de Philips qui la traite en véritable diva en misant sur son énorme potentiel. Prise en charge par ses pygmalions Irvin Green et Quincy JONES, elle se voit proposer l'enregistrement d'un disque de jazz, genre musical dans lequel elle s'illustrait à l'aube de sa carrière, quand elle écumait les bars grecs avec son groupe initial Les Athéniens. Et la voilà piochant ses titres préférés dans un répertoire qu'elle affectionne tant et au patronage ô combien prestigieux : Peggy LEE, Etta JONES, Ella FITZGERALD, Cole PORTER, George et Ira GERSHWIN. On pourrait craindre que les épaules de Nana soient trop frêles pour relever un défi aussi ambitieux a priori. C'est sans compter l'exceptionnel atout dont elle dispose : cette voix absolument divine qu'elle doit à une dissimétrie de ses cordes vocales lui permettant d'atteindre des notes élevées et de conserver avec une aisance confondante une sonorité cristalline.

Soyons honnête : Nana Mouskouri in New York appartient à une longue tradition populaire de disques compilant des standards du jazz. Ces albums, aussi agréables et séduisants soient-ils, ne brillent, et c'est un euphémisme, ni par leur originalité ni par leur audace. Les chansons sont des classiques familiers aux oreilles de l'auditeur gagné déjà à leur cause. Leur intérêt se concentre donc exclusivement sur l'interprétation vocale. Et sur ce plan, Quincy JONES ne tarit pas d'éloges concernant la performance de Nana MOUSKOURI au cours des sessions d'enregistrements de 1962, l'un des souvenirs les plus marquants de sa carrière, reconnaît-il sans ambages.

Sorti aux USA en 1962 sous le titre initial The girl from Greece sings, l'album n'a pas rencontré un succès exceptionnel, mais il a contribué à introniser Nana aux yeux du public américain parmi les grandes voix féminines internationales. La chanteuse grecque, au cours de sa carrière, a enregistré quatre autres disques aux USA, entre 1965 et 1997, ce qui confirme si besoin est la place privilégiée que lui ont accordée les Américains.

Retitré Nana Mouskouri in New York à l'occasion de sa réédition de 1999, l'album n'a rien perdu de son charme. En effet, la chanteuse s'y inscrit dans la longue lignée des voix suaves capables de transcender n'importe quelle chanson en la hissant à un degré de séduction inégalable. Malgré son look de jeune femme très sage voire un peu coincée, il est surprenant d'entendre la version qu'elle offre de ces standards du jazz qu'affectionnent tant les crooners lorsqu'il s'agit de séduire leurs auditrices. La clarté absolue de son timbre alliée à une diction parfaite (je serais presque tenté d'évoquer ici une sorte de "ligne claire" appliquée au chant) confère une incroyable sensualité à ses interprétations, notamment dans ces classiques que sont "No moon at all", "That's my desire", "The touch of your lips", "These things i offer you". Elle parvient encore à se surpasser dans le sublime "Hold me, thrill me, kiss me" où sa sensualité atteint des sommets aptes à réveiller "le mâle" qui sommeille en chacun de nous. C'est bien simple, si je devais donner un conseil à une femme souhaitant retenir son homme hésitant pour la nuit, elle ne trouverait pas argument plus convaincant que de glisser entre ses oreilles la version qu'en livre Nana MOUSKOURI, très hot, vous pouvez me croire.

La concurrence était rude dans ce répertoire largement fréquenté par les grandes voix féminines : Nina Simone, Sarah Vaughan, Billie HOLIDAY, Etta JONES, Shirley BASSEY, Dionne WARWICK, Peggy LEE, Patsy CLINE, Julie LONDON. Et de cette confrontation inévitable, Nana MOUSKOURI ressort la tête haute, n'ayant rien à envier à ces icônes du jazz qu'elle ne surpasse pas vraiment mais auxquelles elle livre une leçon d'autorité en terme d'élégance, de sobriété et de musicalité. Il lui manque peut-être ce petit quelque chose d'organique que les chanteuses noires possèdent d'instinct et qui imprime durablement leurs interprétations de référence.

A lire aussi en JAZZ par AIGLE BLANC :


Lalo SCHIFRIN
Bullitt (1968)
Lalo schifrin ou le summum du cool




Nana MOUSKOURI
Couleur Gospel (1990)
Un grand disque de gospel... français


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Nana Mouskouri (chant)
- Torrie Zito (chef d'orchestre)


1. No Moon At All
2. That's My Desire
3. Love Me Or Leave Me
4. What's Good About Goodbye
5. Hold Me, Thrill Me, Kiss Me
6. What Now My Love
7. The Touch Of Your Lips
8. These Things I Offer You
9. Don't Go To Strangers
10. You Forgot All The Words
11. Smoke Gets In Your Eyes
12. Till There Was You



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod