Recherche avancée       Liste groupes



      
R&B ROCK GARAGE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Rolling Stones , The Animals , The Yardbirds , The Pretty Things , The J. Geils Band , The J. Geils Band , The Crawdaddys , The Purple Helmets
- Membre : Van Morrison

THEM - The Angry Young Them (1965)
Par LE KINGBEE le 12 Décembre 2016          Consultée 1134 fois

Première petite bizarrerie, il n’y a pas de titre sur la pochette de ce premier disque des THEM. Le titre figure au dos de la pochette. Maintes fois réédité depuis sa sortie en 1965, cet album est parfois appelé « Them » par erreur et facilité.

Alors, on est en 1963, Van MORRISON, déjà réputé pour son gros caractère, quitte Georgie & The Monarchs pour rejoindre les Them, un obscur groupe de Belfast. Les Them sont eux-mêmes issus de la dissolution des Gamblers, un groupe amateur encore plus obscur. Jusqu’ici, pas de quoi pavoiser. Le guitariste chanteur Billy Harrison, le bassiste Alan Henderson et le batteur Ronnie Millings sont de jeunes musiciens comme il y en a à la pelle (sauf chez nous). L’arrivée de MORRISON suivie par celles des frangins Mc Cauley (Pat à la batterie en remplacement de Millings, et Jackie à l’orgue) stabilise le groupe. Excellent saxophoniste, Van MORRISON prend le relai d’Harrison au chant pour la plus grande joie de ce dernier. En quelques mois, la formation devient le groupe attitré du Maritime Hotel Belfast sur College Square North. Ce qui n’était au départ qu’un modeste groupe amateur spécialisé dans les reprises va se transformer en une redoutable machine de guerre. En l’espace de quelques semaines, on se bouscule au portillon pour les voir, il faut jouer des bras pour découvrir un répertoire mêlant reprises et compositions, souvent longues, écrites à la va vite par MORRISON et parfois proches de l’improvisation.

Bien sûr, ce soudain engouement du public irlandais ne laisse pas de marbre la firme Decca qui voit là l’occasion de s’en mettre plein les poches pour pas un rond. Le label décide d’expédier nos Irlandais à Londres afin de graver un premier single avec « Don’t Start Crying Now », une reprise de Slim Harpo et « One Two Brown Eyes ». Le 45 tours apparaît dans les bacs le 4 septembre 1964 et connaît de bonnes ventes en Irlande, nettement moins chez le voisin anglais. Dès l’été, Decca installe le groupe à Londres où THEM multiplie les concerts. Le 6 novembre, arrivée du second single avec « Baby Please Don’t Go », un vieux blues de Big Joe Williams repris quelques mois auparavant par Georgie Fame. La différence saute aux yeux (ou aux oreilles). Mais c’est la face B avec « Gloria » qui va contribuer au succès des THEM, le titre grimpant sur la 7ème marche des classements britanniques. Un coup de pot monstrueux quand on sait que le producteur Dick Rowe avait failli refuser le groupe Rowe, le même guignol qui avait fait capoter l’arrivée des BEATLES chez Decca deux ans auparavant. A se tordre de rire !

On est en pleine « Beatlemania », les quatre de Liverpool sont en train de conquérir l’Amérique. Decca va alors prendre la judicieuse décision de faire appel à un ricain, Bert Berns. Producteur et compositeur prolifique, Berns ne cesse d’accumuler les succès (The Isley Brothers, Gene Pitney, The Exciters, The Jarmels, The McCoys, Garnet Mimms ou Solomon Burke) notamment pour la firme Atlantic où il a remplacé le duo Leiber/Stoller. Pour Decca, il est temps de rentrer dans ses frais et que le groupe enregistre un album complet. C’est bien connu, il faut battre le fer pendant qu’il est chaud.
Arrivé à Londres début janvier, Bert Berns fait connaissance avec le groupe et lui apporte trois compos « I Gave My Love a Diamond », le mid tempo « Go On Home Baby » et l’émouvant « My Little Baby », annonciateur du futur et prodigieux « Here Comes The Night ». Si Dick Rowe, un pur âne bâté, n’a jamais été convaincu par le talent d’écriture de MORRISON, ce dernier délivre tout de même six titres : outre le fantastique « Gloria » déjà sorti en single, on retrouve « Mystic Eyes » un formidable Rock Garage avec harmonica survolté et une rythmique à la Bo DIDDLEY, « Little Girl » gorgé de farfisa, la ballade « You Just Can’t Win » et « I Like It Like That » un petit R&B porté par le vocal de MORRISON (aucun lien si ce n’est son nom avec les titres homonymes de Chris Kenner, Five Royales ou Smokey Robinson).

Placé dans les mains du producteur Tommy Scott, ce premier album ne compte que quatre reprises : « Just A Little Bit », un R&B de Rosco Gordon dans lequel le saxophone et l’orgue s’en donnent à cœur joie, répondant à la rage du chanteur, le slow blues « Don’t Look Back » de John LEE HOOKER à dominante piano. La formation booste légèrement « Bright Lights, Big City », titre de Jimmy REED repris quelques mois plus tôt par les ANIMALS et « (Get Your Kicks On) Route 66 », célèbre standard de Bobby Troup popularisé par Nat King Cole pour une version se rapprochant de celle des STONES. A ces treize titres, vient s’ajouter « « I’m Gonna Dress In Black », une superbe ballade, œuvre de M. Gillon alias Tommy Scott.

Si l’Irlande a vu défiler dans ses rangs de nombreux groupes d’envergure (Taste et son leader Rory Gallagher, THIN LIZZY, The POGUES et jusqu’à U2, pour ne citer que les principaux), THEM demeure le groupe historique du pays. Avec un répertoire conjuguant R&B, Blues et Garage, la formation reste peut-être le meilleur groupe blanc de Rhythm & Blues de l’histoire. Rivaux des STONES, THEM partageait avec le groupe de Mick Jagger une énergie et une vitalité débordantes, une passion pour le Blues identique et aussi la même maison de disque. Seul hic au tableau, et non des moindres, ce ne sont pas tout à fait eux qui jouent sur ce disque. Pour paraphraser Coluche, qui déclarait avec humour dans un sketch que si Claude François chantait, ce n’était pas lui qui dansait, il en est de même pour ces 14 titres et les deux premiers singles. Ne voulant pas prendre le risque de foirer un disque, Decca décida de faire appel à quelques requins de studio pour entourer les THEM, une sorte de sauvegarde. Si Van MORRISON est présent sur tous les titres, on ignore toujours avec exactitude qui joue. Le bassiste Alan Henderson figure probablement sur la moitié des titres, idem pour le guitariste Billy Harrison. Torpillé par un management se concentrant quasi exclusivement sur une exploitation cupide, THEM ne connaîtra en fin de compte qu’une courte carrière. Le départ en 1965 du guitariste Bill Harrison, peu satisfait d’être spolié par Philip Solomon, le manager du groupe, suivi l’année suivante par Van MORRISON marqueront le déclin du groupe.

Parmi les sessionmen ayant participé à l’enregistrement, figurent Jimmy PAGE, alors guitariste attitré de Decca Londres à la basse, le guitariste Jim Armstrong (futur accompagnateur pour Captain Beefheart, Frank ZAPPA et membre de Truth) et le batteur John Wilson (futur Taste). L'apport de ces différents intervenants ne contribue pas à distiller la même folie, la même hargne que le groupe d’origine produisait sur scène ou lors de leur passage à l'émission "Ready Steady Go!". Ceci explique que la note soit baissée d’un point. Ce premier disque des THEM pourrait néanmoins rentrer dans les disques de référence. Reste la question épineuse : où classer THEM, groupe au répertoire éclectique ? La case R&B nous paraît plus appropriée que celle du Blues ou de Rock Garage, mais les frontières entre ces différents registres restent souvent assez minces.

A lire aussi en RYTHM'N BLUES :


DR. JOHN
Tribal (2010)
Un grand cru louisianais !




Christine KITTRELL
Call Her Name (2010)
Une des meilleures rééditions r&b de 2010


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Van Morrison (chant, harmonica, saxophone)
- Billy Harrison (guitare)
- Alan Henderson (basse)
- Patrick Mcauley (batterie)
- Jack Mcauley (orgue)
- Jimmy Page (basse, guitare rythmique 6)
- Bobby Graham (batterie 6)
- Jim Armstrong (guitare)
- John Wilson (batterie)


1. Mystic Eyes.
2. If You And I Could Be As Two.
3. Little Girl.
4. Just A Little Bit.
5. I Gave My Love A Diamond.
6. Gloria.
7. You Just Can't Win.
8. Go On Home Baby.
9. Don't Look Back.
10. I Like It Like That.
11. I'm Gonna Dress In Black.
12. Bright Lights, Big City.
13. My Little Baby.
14. (get Your Kicks On) Route 66.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod