Recherche avancée       Liste groupes



      
POST PUNK/HEAVY ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


2015 Disquiet
1991 Babyteeth

THERAPY ? - Babyteeth (1991)
Par NOSFERATU le 14 Décembre 2016          Consultée 404 fois

Ça ne va pas ? vous avez besoin de faire le break ? Ecoutez alors un bon vieux THERAPY ? qui devrait soulager un peu vos névroses.

La genèse de ce fameux trio part de Larne, petite ville d’Irlande du nord en proie à pas mal de convulsions politiques. On est alors à la fin des tumultueuses « eighties ». L’Irlande, c’est aussi le terreau musical des fantastiques punks de STIFF LITTLE FINGERS et du hard rock racé d’un THIN LIZZY, groupes fondamentaux qu’affectionne tant le jeune Andy Cairns.
Ce dernier étudie les lettres à la fac et se retrouve dans une usine de fabrique de pneus. Pour seul échappatoire, il n’y a que le rock, joué de façon bien dur. N’arrivant pas vraiment à choisir entre les deux styles de ses idoles cités plus haut, il se met à la basse, jouant ici et là avec d’obscurs combos punks et heavy rock sans lendemain.
La rencontre décisive d’un certain Fyfe Ewing va déclencher tout le processus. Fyfe est plus jeune qu’Andy mais émerveille ce dernier par son jeu de batterie précis et agressif. La formule se met ainsi en place et l’idée d’un trio s’éveille, le modèle étant évidemment MOTORHEAD qui réconcilie tout le monde en mettant sur le même plan vélléités punk et embardées métalliques. En attendant, une démo, enregistrée à la va-vite, suit après quelques répétitions, on imagine, un peu dures pour le voisinage, ces dernières se déroulant, en effet, dans la chambre de Fyfe. Un bassiste, un certain Michael Mckeegan, se joint ensuite au duo fantasque. Le trio prend définitivement forme. Mais il faut se mesurer à la scène, l’occasion se présente en ce jour du 20 août 1989 où le groupe électrise un public arty dans un « college art » de Belfast.

« Meat abstract », premier single abrasif, sort en 90 sur le label Heroes and villains. Le célèbre DJ John Peel les remarque, appréciant leur synthèse originale de post punk/hard rock. La bande à Andy (oh dis-moi oui !) fait alors les première parties de combos noisy de tout style (FUGAZI, LOOP, TAD, RIDE…) les impressionnant bien souvent par sa maitrise scénique.
Le groupe change de label par la suite en allant chez Wiiija Record avec « Babyteeth », le premier skeud d’une discographie qui deviendra riche d’idées mais pas toujours plaisante, on le verra, selon les périodes.
Dans tous les cas, le disque, plutôt un mini lp de par sa courte durée, donne déjà un aperçu du son de THERAPY ? et devrait ravir les fans de rock bien fracturé et de stridences bruyantes.

La gratte peut synthétiser le surf, le métal et la noise (flagrant sur « Metal Abstract »), sonner littéralement « shoegazze » (« Dancin' With Manson », quel super titre !), thrash metal (l’impressionnante intro de « Innocent x » que l’on jurerait sortie de "Phantom Lord » des Four Horsemen), voire doom (les débuts de « Skyward »). La basse joue sur les accents post punk/noise rock. La batterie est tribale à souhait et les frappes sont d’une netteté chirurgicale. Les vocaux oscillent entre un BOB MOULD (HUSKER DU) qui aurait trouvé un cousin irlandais et un Al Jourgensen (MINISTRY) pour l’utilisation judicieuse de voix samplées (« Innocent x »). On y entend même un saxo free évidemment en roue libre (« Loser Cop »). Rajoutez aussi des accents Electro New Beat à la EROTIC DISSIDENTS/NEON JUDGEMENT(surtout sur le très binaire « Innocent x »), des samples de films (des extraits sonores de « Blade Runner » , « Drugstore Cowboy » ou « Easy Rider » montrant la cinéphilie classe de nos thérapeuthes) et vous serez prêts pour une psychothérapie accélérée.

Le must du disque, c’est « Animal Bones », une pure décharge punk hardcore, avec toutefois un refrain mélodique. Les THERAPY ? ne sont, de même, pas avares en ritournelles pop.
L'album atteint le numéro 1 des Indie Charts anglais et irlandais. Il faut dire que l’époque voit poindre l’avènement du grunge et que la jeunesse occidentale commence à s’abreuver d’électricité sauvage.
En gros, une excellente combinaison du HUSKER DU seconde période, CLASH ,WIRE, JESUS LIZARD et METALLICA. Suffisant pour vous guérir ?

A lire aussi en HARD ROCK par NOSFERATU :


MELVINS
Basses Loaded (2016)
çà ne s'arrange pas à la conquantaine...tant mieux




HELMET
Strap It On (1990)
Le disque le plus haché de l'histoire...


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Andy Cairns (chant, guitare)
- Fyfe Ewing (chant, batterie)
- Michael Mckeegan (basse)


- meat Abstract
- skyward
- punishment Kiss
- animal Bones
- loser Cop
- innocent X
- dancin'with Manson



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod