Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1979 Earthquake
1981 Fire Wind
 

- Membre : Fair Warning
- Style + Membre : Uli Jon Roth , Scorpions

ELECTRIC SUN - Earthquake (1979)
Par GEGERS le 27 Décembre 2016          Consultée 1058 fois

L’été 1978, l’heure est aux adieux plus qu’à la conquête de nouveaux marchés au sein des SCORPIONS. Le 24 juin, le groupe réalise sa dernière prestation en compagnie d’Uli Jon Roth lors de l’émission télévisée « The Rock Pop », à l’occasion de laquelle il interprète « He’s A Woman – She’s A Man », un titre pourtant peu apprécié par le guitariste démissionnaire. Son départ du groupe désormais effectif, ce dernier ne tarde pas à s’investir dans son nouveau projet. Comme il le souhaitait, il entre en studio dès le mois de novembre pour enregistrer le premier album de son nouveau groupe, un trio de musiciens nommé ELECTRIC SUN (son « Experience » à lui), et au sein duquel il tient le double poste de guitariste et de chanteur.

Cela faisait alors de longs mois que le musicien envisageait de quitter les arachnides pour s'en aller proposer sa propre musique. Peu inspiré par l'orientation plus mélodique et accessible du hard rock proposé par Klaus Meine et Rudolf Schenker, Uli se rend rapidement compte que les morceaux qu'il crée en cette fin de décennie ne trouveront pas leur place sur un album des SCORPIONS. Il lui faut monter son propre projet qui prendra la forme d'un trio. A ses côtés, le bassiste Ule Ritgen (Fair Warning) et le batteur Clive Edwards (UFO, Pat Travers, Wild Horses) viennent l'aider à mettre en forme une musique audacieuse et sans compromis qui mêle virtuosité et poésie.

La formule est audacieuse. Tandis que, au sein des SCORPIONS, la guitare rythmique de Rudolf Schenker permettait à Uli de proposer de longues et audacieuses mélopées, seule sa guitare vient ici remplir l'espace sonore en supplément de la section rythmique. Le musicien doit donc se faire omniprésent dans un format qui rappelle celui de son idole Jimi HENDRIX. Monika Danneman, ancienne compagne de Jimi et alors actuelle d'Uli, se charge d'illustrer par un visuel céleste ce premier album aux allures de pierre fondatrice d'un genre nouveau.

Le premier titre, "Electric Sun", permet à Uli de construire une mythologie autour de son nouveau groupe. Il y est question de déchaînements des éléments, et le morceau très énergique se voit doté d'un certain ésotérisme qui aura un impact évident sur de nombreux musiciens (citons notamment Yngwie Malmsteen qui mettra le temps mais reconnaîtra l'immense influence d'Uli sur son jeu). ELECTRIC SUN propose un premier titre envoûtant. Les lignes de guitare, souvent doublées, apportent une profondeur sonore qui met en valeur le jeu de l'artiste. Sans aucunement dévaloriser le talent de Jimi HENDRIX, force est de reconnaître qu'Uli, dont le jeu transpire des influences issues de la musique classique, fait preuve d'un sens de la mélodie largement égal, voire supérieur, à celui de son modèle. Du grand art, si l'on parvient à accrocher au chant particulier de l'artiste qui, tant dans le timbre que dans le phrasé, évoque celui d'un Bob Dylan.

Alors que le hard rock des SCORPIONS se faisait alors compact et agressif, la musique d'ELECTRIC SUN se voit plus aérée et contemplative. En mettant en musique certains de ses poèmes, Uli propose des morceaux aux allures de respirations ("Lilac", "Japanese Dream"), qui servent de piste d'envol à des pièces musicales plus enlevées et énergiques : "Sundown", qui fait preuve d'une incroyable transcendance instrumentale, ou encore l'accrocheur "Still so many lives away" ne sont finalement pas si éloignés de ce que proposait le guitariste au sein des SCORPIONS (la rondeur de la basse évoque notamment certains titres de l'album Fly To The Rainbow), mais il est évident que la pièce "Earthquake" longue de dix minutes n'aurait pu finir sur un album des arachides en cette fin de décennie. Titre à tiroirs, marqué par l'enchevêtrement et l'alternance d'ambiances tour à tour éthérées, solennelles, flamenco, acid-rock, ce morceau final est un mini-univers au sein duquel le guitariste semble s'épanouir comme jamais. Un morceau de bravoure.

Inclassable, Earthquake est un album conçu par et pour la guitare. Virtuose poète, Uli Jon Roth propose un album au sein duquel l'instrument roi se fait vecteurs d'émotions intenses et bariolées. A sa sortie, l'album peine à rencontrer son public, ce dernier pensant (à tort) que le guitariste allait proposer une musique proche de l'univers des SCORPIONS. Au contraire, ce premier album d'ELECTRIC SUN ne ressemble alors à rien de connu et n'a surtout rien de commercial. L'approche inédite de l'instrument et le travail technique exceptionnel d'Uli permettront finalement à ce premier album d'être réhabilité et adopté par une large communauté d'amateurs de l'univers psyché et bariolé du guitariste.

3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


UFO
The Monkey Puzzle (2006)
Une histoire de retours...




BONFIRE
Temple Of Lies (2018)
BONFIRE muscle son jeu.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Uli Jon Roth (guitare, chant)
- Ule Ritgen (basse)
- Clive Edwards (batterie)


1. Electric Sun
2. Lilac
3. Burning Wheels Turning
4. Japanese Dream
5. Sundown
6. Winterdays
7. Still So Many Lives Away
8. Earthquake



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod