Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (10)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Justice

DAFT PUNK - Random Access Memories (2013)
Par MOONDREAMER le 19 Juin 2013          Consultée 1085 fois

On pourra dire ce qu’on veut de Random Access Memories, il est un fait qui reste indéniable : les Daft Punk sont extrêmement bons en termes de marketing et de communication. Les fans ont été appâtés à coup de teasers titillant la curiosité, d’apparitions toujours très rares et mystérieuses, de déclarations parcimonieusement placées de sorte à faire monter la pression, jusqu’à la série « The Collaborators » qui n’en finissait pas d’annoncer les invités prestigieux vantant les qualités de notre cher duo français.

Et fort heureusement, le contenu est à la hauteur de l’attente. Bon, soyons francs, Random Access Memories n’est pas le chef d’oeuvre d’électro que l’on nous promettait. L’album n’échappe pas à l’écueil du remplissage avec des morceaux un peu fades (« The Game of Love ») ou trop dissonants du reste de l’album (« Contact »). On pourrait critiquer le passéisme du concept et même s’offusquer contre le choix un peu opportuniste de faire appel à autant d’invités qui pourraient pallier une potentielle baisse d’inspiration.

Ceci dit, on reste tout de même face à un album d’une qualité peu commune qui se place clairement comme l’une des plus belles nouveautés de 2013. Exit les sonorités brutales et robotiques d’Human After All et les expérimentations orchestrales de Tron, RAM nous plonge dans un univers rétro lorgnant vers les guitares de la funk et les synthés de la disco tout en y incorporant la griffe très distinctive du duo, cette fameuse « french touch » qui brouille les frontières entre l’électro et la pop.

L’album nous emporte dès « Give Life Back To Music » dans un voyage dans le passé, balayant un spectre large d’influences qui sonnent pourtant plus modernes et actuelles que jamais : regardez « Lose Yourself To Dance » où le riff funk de Nile Rogers se marie à merveille avec la voix presque R&B de Pharell Williams, enrobés dans le gimmick électro des « Come on, come on, come on,... ». «Get Lucky» et «Beyond» nous offrent des variations de ce concept, l’un dans une veine plus pop, l’autre en accentuant l’aspect robotique du mélange avec la funk.

À côté de cela, on trouve des morceaux plus expérimentaux, progressifs même, à l’image de « Touch », ou de « Giorgio By Moroder » dans lesquels l’artiste invité (respectivement Paul Williams et Giorgio Moroder) est paradoxalement au centre du morceau, comme si les Daft Punk avaient décidé de quitter l’espace d’un instant les projecteurs de leur propre album. Et c’est cette dévotion admirative des élèves qui contemplent puis transcendent leurs aînés, le tout avec une étonnante humilité, qui fait toute l’émotion et la force de ces morceaux remplis de breaks et de variations soudaines.

Mais les meilleurs titres de RAM sont à chercher ailleurs, dans les morceaux d’apparence plus simple, mais qui s’enracinent progressivement dans votre tête et dont l’évidence n’apparaît qu’après un certain nombre d’écoutes. Sur ce sujet, chacun réagira différemment à l’album mais on y trouvera sans trop chercher son bonheur; pour ma part, « Instant Crush » et son refrain entraînant porté par la voix vocodée de Julian Casablancas, la douceur robotique de « Within » ainsi que l’énergique mélancolie de « Fragments of Time » ont ma préférence bien subjective.

Bref, Random Access Memories est une leçon d’humanité donnée par des robots, une oeuvre rafraîchissante et ambitieuse et très probablement une étape fondamentale de la carrière des Daft Punk. Reste à voir où ils iront ensuite.

A lire aussi en ROCK par MOONDREAMER :


MUSE
The 2nd Law (2012)
Prise de risque audacieuse et innovante

(+ 1 kro-express)



HUMAN ACCEPTANCE FACTOR
Human Acceptance Factor (2011)
Un premier album frais et diversifié !


Marquez et partagez







 
   A.T.N.

 
   HEADY
   MOONDREAMER
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- Thomas Bangalter, Guy-manuel De Homem-ch (voix, production)
- Panda Bear (voix sur 12)
- Julian Casablancas (voix, guitare sur 5)
- Todd Edwards (voix sur 11)
- Dj Falcon (claviers sur 13)
- Chilly Gonzales (claviers sur 1, piano sur 4)
- Giorgio Moroder (voix sur 3)
- Nile Rodgers (guitare sur 1, 6, 8)
- Paul Williams (voix sur 7)
- Pharrell Williams (voix sur 6, 8)
- Chris Caswell (claviers sur 1–4, 7–11, arrangements)
- Paul Jackson, Jr. (guitare sur 1–3, 7–11)
- Nathan East (basse sur 1–6, 8, 11)
- James Genus (basse sur 3, 7, 9–11, 13)
- John 'j.r.' Robinson (batterie sur 1–6)
- Omar Hakim (batterie sur 3, 7–11, 13)


1. Give Life Back To Music
2. The Game Of Love
3. Giorgio By Moroder
4. Within
5. Instant Crush
6. Lose Yourself To Dance
7. Touch
8. Get Lucky
9. Beyond
10. Motherboard
11. Fragments Of Time
12. Doin' It Right
13. Contact



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod