Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 Foo Fighters
1997 The Colour And The Sh...
2007 Echoes, Silence, Pati...
2011 Wasting Light
2014 Sonic Highways
 

- Membre : Nirvana, Them Crooked Vultures, Queens Of The Stone Age, Teenage Time Killers, Alanis Morissette

FOO FIGHTERS - Echoes, Silence, Patience And Grace (2007)
Par CHIPSTOUILLE le 12 Juin 2015          Consultée 2166 fois

In Your Honor, cinquième album des FOO FIGHTERS, avait pour originalité de présenter deux faces du groupe, l’une agressive et l’autre plus posée. En séparant sur deux disques isolés le fruit de son labeur, le groupe pensait séduire deux types de public, réitérant d’ailleurs l’opération sur scène en enchaînant à la tournée promotionnelle habituelle quelques soirées électroacoustiques plus intimes. Le second donnera d’ailleurs lieu à l’album live et au DVD Skin and Bones. Les bonnes ventes de l’album conforteront la forme olympique que tient alors la formation.

Pourtant, même en étant adepte des deux, il était difficile de tout à fait adhérer. La légende veut que les doubles albums soient toujours ratés. In Your Honor s’en sortait relativement bien, mais péchait peut-être par linéarité. Malgré tout, lorsque Dave Grohl et sa bande retrouvent le chemin des studios pour enregistrer un sixième album, c’est avec le regret de ne pas pouvoir poursuivre dans cette voie double.

Vous vous souvenez peut-être de Ratatouille des studios Pixar, où le mystère de la cuisine était sommairement expliqué à un rat d’égout. Le héros nous y démontrait comment, par la combinaison de deux éléments pourtant satisfaisants séparément, on obtenait de savoureux mélanges. Gil Norton, producteur des FOO FIGHTERS, du expliquer à notre bon Dave, à la manière de notre héros-cuisinier, qu’il était tout à fait possible de faire les deux en même temps. Ce qui n’est avouons-le, pas une grande révélation, a visiblement provoqué un déclic chez le meneur de troupes. « Euréka » comme disait un certain Albert Einstein. Dites merci à la fée maturité.

Si Echoes, Patience, Silence and Grace n’est pas l’album que le fan moyen des FOO FIGHTERS vous conseillera en premier, il n’en n’est pas moins l’un des meilleurs. Un méga-tube-de-la-mort-interplanétaire-qui-fait-du-bien-là-où-ça-fait-mal entame les hostilités. Avec "The Pretender" les FOO FIGHTERS signent là leur meilleur morceau, ni plus ni moins. Il se placera d’ailleurs 18 semaines en tête du classement US des "hot modern rock track", soit le titre "indé" le plus diffusé sur les stations radios durant cette période. Cette bombe atomique qui ravage tout sur son passage, masque malgré elle toute la subtile ambivalence du reste de l’album.

Pourtant le message est limpide, et même placardé un peu partout. Le titre "Echoes, Silence, Patience and Grace" un vers tiré de l’excellente ballade "Home", en quatre parties, explicite un contexte plus varié qu’à l’accoutumée. La pochette, les illustrations de l’album ainsi que celles des singles jouent également de cette ambivalence, toujours avec cette patte 60ies propre au groupe, en mixant 2 objets à première vue incompatibles : un bâton de dynamite en guise de poignée de parapluie, une ampoule d’ampli en tête de missile, un pansement-rasoir, une bougie-thermomètre. Autant d’associations surréalistes qui permettent de transformer le son en images.

Plus subtil, plus travaillé, l’album demande quelques tours de pistes pour être totalement apprivoisé. Vous y entendrez de la country, du punk, du hard-rock et un peu tout ce qui fait le sel de la scène « indé ». Le dosage est superbe, pour témoins deux titres aux traits communs : "Come Alive" et "But, Honestly". L’un comme l’autre ont une approche « mellow », celle qui collait un peu trop au second disque de In Your Honor. Sous son air de jouer des ballades du dimanche, en réalité le groupe trépigne. Chacun des deux titres, à sa manière, non sans nous proposer un matériel que l’on aurait autrement jugé répétitif, nous balance la purée en guise de conclusion. Là est toute la force de l’album, indirecte, pas d’uppercut en vue (une fois "The Pretender" mise à part), mais de superbes enchaînements auxquels le groupe était plutôt étranger jusqu’alors, si ce n’est "New Way Home" qui concluait superbement The Colour And The Shape.

C’est ainsi qu’il vous est chaudement recommandé d’écouter Echoes, Patience, Silence and Grace. Cet album n’a rien d’un best-of, mais il a une âme, une vision d’ensemble, un fil conducteur. Sur papier, la révélation de Dave Grohl est loin de laisser rêveur : mélanger les genres, une facette « mellow » et une autre plus rentre-dedans, c’est réinventer l’eau chaude… C’était pourtant suffisant aux FOO FIGHTERS pour qu'ils enregistrent là l’un de leurs meilleurs albums, le plus profond. Par le contraste, sans être tout du long pied au plancher, il se dote d’une suite d’évènements qui créent la surprise. Sans qu’il n’ait provoqué de coup de foudre, Echoes, Patience, Silence and Grace est assurément l’album des FOO FIGHTERS que l’on ressort de l’étagère avec le plus de bonheur.

A lire aussi en ROCK par CHIPSTOUILLE :


RADIOHEAD
Ok Computer (1997)
Virage électro pour album culte

(+ 2 kros-express)



QUEENS OF THE STONE AGE
...like Clockwork (2013)
"Sans doute les larmes font-elles du bien parfois"


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Dave Grohl (chant, guitare rythmique, piano)
- Taylor Hawkins (batterie, chœurs, piano)
- Nate Mendel (guitare basse)
- Chris Shiflett (guitare)


1. The Pretender
2. Let It Die
3. Erase/replace
4. Long Road To Ruin
5. Come Alive
6. Stranger Things Can Happen
7. Cheer Up, Boys (your Make Up Is Running)
8. Summer's End
9. The Ballad Of The Beaconsfield
10. Statues
11. But, Honestly
12. Home



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod