Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


2015 Fearless
2017 Explicit
2017 On My Own
 

- Style : Teejay

Marina KAYE - Explicit (2017)
Par MARCO STIVELL le 23 Octobre 2017          Consultée 1160 fois

Voilà donc le nouvel album de Marina KAYE, aux couleurs sombres venues s'accorder avec un automne tardif. Laissons les impressions peu engageantes données par le single "On My Own" au début de l'été, afin de mieux prendre l'ensemble comme il vient.

La pochette, d'abord, est reprise du clip de "Something", un piano-voix aérien et plutôt fantastique, en termes de style et de qualité. Je ne me fais toujours pas à cette coupe de cheveux au carré, mais Marina KAYE a un visage adorable, de jolies épaules, et la sensation de fragilité dégagée par l'esthétique du clip (un plan-séquence sur la chanteuse) est au diapason avec la chanson. Quelle voix, et quelle mélodie superbes ! Voilà qui enlève facilement les quelques craintes que l'on pouvait avoir en connaissant la direction que la demoiselle voulait prendre avec ce disque.

Une forme de pop caviar et "borderline", sur le fil du rasoir, Madame Dépression en robe de soirée et caressante plutôt que plombante, voilà ce qu'on entend, et c'est excellent, comme au moment de Fearless (2015). Le piano joue sur les temps forts du rythme, comme pour des millions de ballades françaises ou anglophones, procédé bien connu mais qui sied bien à mademoiselle KAYE. L'univers n'est pas joyeux on le sait, la chanteuse se livre dans ses textes, partagée entre sentiments passionnés, froideur, ruptures... Au moins, ce n'est pas taillé sur mesure pour plaire à tout prix, et c'est immédiatement reconnaissable, le propre d'une véritable artiste.

Ainsi, l'intervention du rappeur SOPRANO au milieu du titre "Vivre" n'est guère étonnante, ni dérangeante, même si on l'attendait, à vrai dire. Et Marina KAYE en français, c'est un peu à double tranchant, car ça lui va bien dans l'absolu, certaines rimes fonctionnent et s'alignent parfaitement sur son empreinte glaciale ("Je mets à mort tes vérités"). À l'inverse, d'autres manquent leur objectif totalement : "J'ai cru si fort, tu m'as crucifié", "Dans tous tes mots tu nous suicides". Le titre "Merci Quand Même" y parvient mieux, avec moins de mots choc et une unité plus grande.

Ces deux morceaux permettent aussi de remarquer que Marina KAYE détourne à son avantage une forme de pop-zouk, loin du caractère facile de nombreux tubes actuels. Les accords sont simples mais beaux, le piano électrique, la guitare appuie la mélodie vocale ; avec de tels éléments, on peut apprécier aisément ces digressions d'une chanteuse qui n'y perd pas son identité pour autant. Phil COLLINS aurait pu composer le début de "Merci Quand Même", les nappes et la boîte à rythmes sonnent "comme lui", et c'est un gage de qualité supérieure ! L'intro instrumentale du disque, synthétiseurs et vocalises est une réussite, quelque part entre le r'n'b et l'ambient.

Explicit vaut d'être écouté pour son ensemble, malgré la présence d'"On My Own" qui passe beaucoup mieux en acoustique (bonus de l'album) et une homogénéité qui fait la force de la chanteuse tout comme elle peut diluer certaines mélodies. Les derniers titres, avant la reprise de "Vole" (Céline DION), plutôt jolie d'ailleurs, se laissent écouter sans surprise, au moins ils sont agréables et toujours dans le ton. On peut aussi déplorer une production téléphonée, des effets vocaux plus que contestables (échos), des enchaînements qui font retomber le plaisir parfois.

"My Escape" et "Save Yourself" donnent au moins celui d'entendre la belle voix de Marina KAYE soutenue par une rythmique funky, tout comme "Miracle" et "Armour" génèrent des montées de percussions africaines à la Peter GABRIEL, très seyantes pour notre petite Marseillaise. "Armour" reprend avec justesse la boucle électronique de l'intro du disque, la batterie s'insère dans le propos triste et langoureux. "Little Girl" est un bel exemple d'effort soul FM dans la tradition des années 80 ou début 90. Le début en voix de tête, très féérique et parsemé de sons évanescents, finissent de nous convaincre qu'Explicit est rempli de bonnes idées. En attendant de produire un chef-d'oeuvre, Marina KAYE confirme ici le talent dont elle a déjà largement fait preuve, et sans trop se perdre dans des choix incongrus.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Jacques HIGELIN
Amor Doloroso (2006)
Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie...




COCK ROBIN
First Love, Last Rites (1989)
Pop aérienne et cuivres mariachi


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Intro
2. Armour
3. On My Own
4. Vivre
5. Merci Quand Même
6. Little Girl
7. Something
8. Miracle
9. Save Yourself
10. My Escape
11. This Time Is Mine
12. Vole
13. Close
14. On My Own (acoustic)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod