Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIÉTÉ INTERNATIONALE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2015 Fearless
2017 Explicit
2020 Twisted
2024 Heavenbound

SINGLES

2017 On My Own
 

- Style : Teejay

Marina KAYE - Heavenbound (2024)
Par MARCO STIVELL le 5 Mai 2024          Consultée 1061 fois

La pochette fait penser à une époque pas si lointaine où il était difficile de prendre une photo de soi, pardon un selfie, sans y accoler des effets incongrus de type museau de chat, moustache de rat ou l'inverse, paillettes, lissages préfigurant l'hégémonie de l'IA et tant d'autres éléments bariolés en un ou deux clics dont les sujets concernés ne pouvaient manifestement plus se passer. Pourtant, tout comme un corps sans tatouage ni piercing, il n'est pas si dur de reconnaître que les photos sans rajout durable superficiel sont meilleures. Et arrive donc cette pochette qui nous fait dire que décidément, seule une demoiselle comme Marina KAYE sait se montrer convaincante, élégante en posant avec des papillons sur le visage. Demoiselle ? Non désormais, c'est dame !

Heavenbound marque un tournant dans la carrière de la chanteuse marseillaise, tout comme son mariage l'été dernier en pleine capitale phocéenne l'a fait dans sa vie. C'est en plein élan amoureux, au rythme d'un bonheur enfin reçu, que ce nouvel album est né. Le rose n'est pourtant pas la couleur dominante sur le plan musical et, après deux albums réussis mais moins emblématiques que le tout premier Fearless il y aura bientôt dix ans, c'est sans doute ici que Marina KAYE retrouve un plus bel éclat que jamais. Un éclat noir et lumineux à la fois. Distribué, une première là par contre et après la parenthèse Pias pour Twisted (2020) ainsi que sa participation à L'HÉRITAGE GOLDMAN vol.1 en 2022 (pour la déchirante "Pas Toi"), ici avec la bénédiction de Sony Music au moyen du label Twin.

C'est, sans attendre, le morceau-titre qui retient toute l'attention, dévoilant cette ouverture de la jeune femme et sans plus aucune méfiance à l'amour. Une rythmique tribale, un ton folk-country léger qui plane sous des claviers et un arrangement d'une belle profondeur aérée, comme l'entrée au paradis dont on a tous rêvé un jour, beaucoup de sensualité dans les mots et la voix de dame Marina jusque dans les jolis petits 'heaven heaven' suaves. À cette complainte de félicité approchant l'idéal, il faut rapprocher le single "The Freedom in Goodbye – Let Go", avec pop au groove années 90 autant que sa largesse de son et d'ambiance, simple, superbe et épique. Un délicieux rai de lumière musical dans un album qui n'exclut pas les nuances.

Marina KAYE nous a fait un peu plus attendre ces dernières années, mais le résultat en valait la chandelle, surtout qu'elle revient aux sources en écrivant les chansons avec l'aide de Mathias Wollo et Nina Woodford. L'album est produit par le tandem-phare de l'équipe du chanteur SLIMANE, à savoir Yaacov et Meïr Salah, qui peut être copieusement remercié pour avoir éviter tous les écueils des prods modernes. La voix de Marina, magnifique naturellement, est toujours passée dans des effets mais sans que l'on ressente de surcharge. Le pad employé pour les claquements de doigts de "12 Million Minutes" n'est même pas concerné pour une fois, sur une ballade folk qui garde un peu des atours équivalents pour Marina KAYE du célébrissime "Hallelujah" de Leonard COHEN.

Toujours marquée par les sons vintage, l'oeuvre de la jeune chanteuse se distingue grâce à un duo vraie voix/Vocoder sur "What It", avec la boîte à rythmes et des choeurs planants, un r'n'b de classe supérieure. Tout aussi élégant, "The Beast" n'en démontre pas moins que les ombres ne sont jamais très loin, quitte à être combattues ; un vrai Belle et la Bête version Marina KAYE, où se côtoient finesse mélancolique vocale, batterie forte et piano en noires/croches. Le même instrument est son seul accompagnateur sur "The Case of Me", merveilleux, en apesanteur. Tandis qu'un "Dark Magic" incarne toujours aussi bien l'essence musicale de la belle artiste, "Ghost" use de gothisme à travers une soul invoquant un semblant de trompette et autres sons organiques.

Un interlude fait de récitation en français sur fond de cordes-claviers-guitare vient se poser à la croisée des pensées ("et si je n'étais pas qu'une ?..."), avant que la suite de ce court moment délicat permette à la voix de s'envoler dans les aiguës. Orfèvre, tout comme le groove fantôme mais élancé de "Why Do the Bad Things Feel Good" avec mélodie ciselée et tout simplement brillant. Sans oublier la très belle version acoustique de "Heavenbound" en bonus, onirique mais plus douce, c'est encore avec "You – Thank Heaven for the Misery" que l'on peut se laisser bercer avec magnificence. Fausse ballade folk introduite par une boucle vocale seule, cette chanson conclusive se fait le parfait écho de celles qui ont précédé, avec encore quelques hésitations 'dark' mais aussi des sourires mieux marqués.

Et, si comme d'habitude on arrête tout pour écouter Marina KAYE et ses histoires, si comme toujours ses charmes sont largement déployés et dominent la pop de France et d'ailleurs, il est bon de la voir sourire. Il est bon de l'écouter, plus que jamais.

A lire aussi en VARIÉTÉ INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


DISNEY
Pocahontas : Une Legende Indienne (1995)
"que, que, natura..."




Axelle RED
Jardin Secret (2006)
Beau, intime...


Marquez et partagez







 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Meir Salah (basse, batterie, programmations, claviers, guitar)
- Yaakov Salah (claviers, synthétiseurs, piano, guitare acous)
- Maxime Raguideau-obadia (guitares électriques)
- Simon Strauss (guitares acoustiques)
- Raphaël Bernardeau (violon)
- Guillaume Bongireau (violoncelle)


1. Heavenbound
2. What If
3. Dark Magic
4. Ghost
5. Why Do The Bad Things Feel Good
6. Interlude
7. The Beast
8. The Case Of Me
9. The Freedom In Goodbye – Let It Go
10. 12 Million Minutes
11. You – Thank Heaven For The Misery
12. Heavenbound – Acoustic Version



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod