Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1999 S.m.p.t.e
2000 Live In America
2001 Bridge Across Forever
2003 Live In Europe
 

- Membre : Spock's Beard, The Flower Kings , Marillion, Liquid Tension Experiment
- Style + Membre : Neal Morse , Flying Colors
 

 Site Officiel (553)

TRANSATLANTIC - Bridge Across Forever (2001)
Par TARTE le 2 Novembre 2017          Consultée 1179 fois

Un an après la sortie de SMPTe, accueilli avec enthousiasme par public et critiques, le Transatlantic décide de garder le cap. Pour sa nouvelle escale, le capitaine Morse décide d’impliquer davantage ses recrues dans l’écriture et planchent ensemble sur un nouveau plan de route : fini le rodage, il est temps de faire ronfler les machines. Pour ce nouveau projet, le groupe peaufine davantage ses compositions et propose un pseudo-concept album en quatre actes, deux pièces majeures ouvrant et clôturant l’album.

Bridge Across Forever est une œuvre à profil aérodynamique. Il file à grande vitesse sans trop que l’on y prenne garde, malgré son imposant fuselage. « Duel With The Devil » et « Stranger In Your Soul » sont des mondes en soi. Créant des histoires intriquées comme des petits morceaux dans les grands et qui finissent toujours par interagir. L’instrumentation est riche : saxophones, glockenspiel, flûte, piano, guitare sèche, mellotron, mini-moog, mandoline, percussions diverses et bien sûr violoncelles ; Il pleut contretemps et syncopes, la musique est indigente de virtuosité. Même si nous avons affaire ici à deux jalons, « Stranger In Your Soul » dépasse son conjoint car plus exigeant, plus fin, mieux équilibré. « Suite Charlotte Pike », bien que d’un gabarit inférieur, est du même acabit et présente une musique espiègle et toute en ruptures, les thèmes et rythmes s’enchaîne avec une scandaleuse évidence et le groupe semble s’éclater à chaque instant. Ce dernier garde son goût pour les sons de claviers rétros et s’illustre à nouveau par sa technique stupéfiante. Les timbres de voix de Morse, Stolt, Portnoy et Trewavas sont utilisés intelligemment et permettent d’apporter une touche de théâtralité supplémentaire à la musique. Globalement, la production est plus nette que sur SMPTe, ce qui fait tout honneur à l’instrumentation développée ici. Le titre éponyme marque un temps mort au milieu de ces tempêtes furieuses et bien que sa présence semble faire uniquement office de remplissage (faisons court : le titre chiant de l’album), force est de constater qu’il est d’une élégance rare. Une ballade aussi simple que raffinée, précisément écrite et joliment arrangée. Un beau morceau, tout simplement.

Mais alors qu’il serait facile de voir Bridge Across Forever comme un « concept album », il serait tout aussi faux d’affirmer qu’il n’en est pas un. Rien de moins qu’un bête enchaînement de morceaux, l’album présente dans toute sa structure des armatures cachées, des passerelles fantômes. Que ce soit de simples mélodies que l’on retrouve réarrangées dans plusieurs morceaux, des introductions similaires, des réminiscences évoquant le titre de l’album ou d’extraits de paroles entiers, le fragment d’un titre catapulté dans un autre… En plus de connecter toutes les sous-parties au sein d’une même composition, le groupe connecte lesdites compositions entre elles dans un exercice savant et incontestablement réussit.

Cependant, la place considérable laissée à l’écriture a tendance à masquer d’autres aspects qui pourrait rendre l’album encore meilleur, le faire passer dans le rang des « chefs d’œuvre » : l’imperfection, l’inattendu. Ceux-là même générés par la recherche, le bidouillage, l’avant-gardisme, l’audace, l’improvisation et par lesquels Transatlantic fait peut-être défaut. Mais ne faisons pas notre fine bouche, Bridge Across Forever est une réussite et s’il ne s’avère pas aussi radical que son successeur dans la forme, il le sera dans le fond et de très loin. Un album agréable en surface et passionnant en profondeurs, planant très haut dans la discographie de Transatlantic. Un classique.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par TARTE :


VAN DER GRAAF GENERATOR
Vital (van Der Graaf Live) (1978)
Rock progressif




VAN DER GRAAF GENERATOR
Godbluff (1975)
Coup de maître?


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- Neal Morse (piano, claviers, guitare acoustique, percussions, )
- Mike Portnoy (batterie, chant)
- Roine Stolt (guitare électrique, guitare acoustique, chant, per)
- Pete Trewavas (basse, chant)
- Chris Carmichael (violons, violoncelle)
- Keith Mears (saxophone)
- The 'elite' Choir (chant)


1. Duel With The Devil
2. Suite Charlotte Pike
3. Bridge Across Forever
4. Stranger In Your Soul



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod