Recherche avancée       Liste groupes



      
BIG BEAT  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Fatboy Slim, The Chemical Brothers
- Membre : Hyper

The PRODIGY - Music For The Jilted Generation (1994)
Par CHIPSTOUILLE le 6 Octobre 2006          Consultée 4695 fois

Il y a un petit truc bizarre chez les groupes d'électro (ou les maisons de disques qui essayent de les vendre), c'est cette façon de vouloir se réclamer du rock, une sorte de frustration certainement. Tout était pourtant là pour que ça fonctionne, une nouvelle façon de voir les choses, de nouveaux instruments, de nouveaux styles de composition, tout était en place pour que les nouveaux BEATLES fassent leur apparition sur synthé... L'histoire, vous la connaissez, aucun groupe d'électro n'a jamais réussi à se démarquer, aucun d'entre eux n'a jamais fédéré. La faute à plein de choses : une musique qui se complaît dans son côté underground, un truc assez difficile d'accès, ou alors tout à fait immédiat mais bien souvent trop creux...

S'il est un groupe qui a failli faire décoler le truc, c'est The PRODIGY. On pourra les qualifier d'opportunistes, n'empèche qu'ils étaient là, sur le devant de la scène avec "Firestarter" ou carrément en tête des classement avec ce "Music for jilted generation" (traduisez "Musique pour une génération plaquée" - dans le sens relation amoureuse terminée). On y (re)découvre le groupe sous un nouveau jour, il n'est ici plus question de sonorités désuètes, d'une soi-disant scène "Dance underground" (On parle du genre le plus commercial de l'histoire de la musique là, non?), l'album n'a pas vieilli et tient même largement la comparaison face au carton qu'aura fait l'album suivant.

The PRODIGY a revu son périmètre. Aux dires du compositeur du groupe Lliam Howlett, celui-ci écoutait l'album eponyme de RAGE AGAINST THE MACHINE en boucle alors qu'il travaillait sur ce second album. On ne va pas négliger les influences rock (la ligne de basse de "Their law" ou bien le titre "Voodoo People") de ce "Music for jilted generation", mais PRODIGY fait simplement une techno "big beat" bien boostée au son granuleux et parfois saturé, avec un semblant d'attitude punk pour la décoration. Conseiller ce genre de mixture à un fan des WHO ou de DEEP PURPLE reste tout de même une belle imposture, n'en déplaise aux fans...

Le truc tout de même sympa, c'est cette manière de tirer le clavier dans des ambiances futuristes sombres (que l'on avait pu entrapercevoir sur "Charly", effet repris avec brio sur "The heat" ou "Skylined"), le mélange est particulier mais tient la route. On savoure les "Full throttle", "No good" (Le tube Dance qui a cartonné) et autres "Claustrophobic sting" épileptiques quand on ne s'embourbe pas dans un gros hip-hop sombre comme sur "Poison" (assez sympatique au demeurant, c'est pourtant loin d'être mon genre favori). The PRODIGY tient la longueur sur ce disque, hameau urbain, à la croisée des genres, de manière pas si prétentieuse qu'il n'y paraît au premier abord. La formule fonctionne.

Pourtant, on ne va pas crier au génie, The PRODIGY, malgré cet album précurseur dans le domaine, est sans doute l'un des groupes les plus surrestimés de sa génération (vous en connaissez beaucoup, des groupes de rock qui étalent leurs morceaux sur 8 minutes?). S'être présenté comme seul groupe d'électro dans des festivals à base 100% rock aura forcément permis au groupe d'obtenir une certaine notoriété. Ce petit coup de pouce inattendu aida le genre "Big beats" à sortir du rang histoire de démontrer, après la scène Eurodance qui a tout de même bien loupé son coup, que le genre électro n'était pas qu'une succession discontinue de mouvements underground sur bientôt 20 ans d'histoire. On ne s'en plaindra pas, "Music for the jilted generation" est une belle porte d'entrée, pas spécialement bien décorée, mais vous pouvez toujours l'emprunter...

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


The CHEMICAL BROTHERS
Surrender (1999)
Here we go!

(+ 1 kro-express)



Alan WALKER
Sing Me To Sleep (2016)
Et bis repetita


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
   SASKATCHEWAN
   SEIJITSU

 
   (3 chroniques)



Non disponible


1. Intro
2. Break & Enter
3. Their Law (featuring Pop Will Eat Itself)
4. Full Throttle
5. Voodoo People
6. Speedway (theme From Fastlane)
7. The Heat (the Energy)
8. Poison
9. No Good (start The Dance)
10. One Love (edit)
- the Narcotic Suite
11. 3 Kilos
12. Skylined
13. Claustrophobic Sting



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod