Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1980 Face To Face
  Dark Room
1981 Night Attack
1998 Skin & Bone

The ANGELS - No Exit (1979)
Par ERWIN le 11 Janvier 2018          Consultée 326 fois

Que voilà une carrière qui a bien débuté mes aieux ! Il y a tout ce qu'il faut pour nous sustenter avec ces petits angelots from down under ! Doc Neeson et les frangins Brewster tiennent la baraque avec une maestria bien houblonnée, bien festive, et finalement, le marketing, c'est pas trop leur trip à nos potes des antipodes. Pourtant, la pochette est à nouveau réussie et on les aime comme ça de toutes manières. C'est frais et ça ne se prend pas la tête, n'est-ce pas le plus important ? Alors ce troisième opus sort à toute vitesse, il y a des tournées à effectuer et des groupies à trousser bordel !

Nous disons donc du rock couillu... On débute avec « Waiting for the wolrd » un riff et une rythmique d'enfer qui font beaucoup penser aux frangins décérébérés d'AC/DC, avec un refrain bien achalandé. Sur « Can't shake it », on tique même un peu de l'esgourde tant la rythmique paraît être sortie, voire pompée sur celle de Malcolm du groupe d'à coté... Cela dit, la voix fait la différence , et on sent bien qu'il ne s'agit pas du même groupe, mais ces australiens ont biberonné dans la même pièce c'est sur ! Et ce petit break... Bon a carrément du s'éclater en entendant ça, cette manière de minauder n'appartient toutefois qu'au grand Doc Neson ! « No exit » nous voit continuer sur notre lancée du titre le plus simple et le plus direct, le riff est simpliste mais arrache bien ses trois pattes à un canard. Si, si, faites donc l'expérience, la basse tient tout ça dans un bon petit mur ouaté, et Doc ne cesse de faire le chaud, voilà un autre classique des angelots- faites moi rire – à se mettre sous la dent, et le final est vraiment de toute beauté ! « Out of the blue » propose à nouveau une toute autre vision de la musique. C'est bien le point commun qu'on retrouve régulièrement avec les petits potes de comptoir de COLD CHISEL... On part dans tous les sens, du ... Rock ? Basique et sans beaucoup de fioritures.

« No exit » nous voit continuer sur notre lancée du titre le plus simple le plus direct, le riff est simpliste mais arrache bien ses trois pattes à un canard. Si, si, faites donc l'expérience, la basse tient tout ça dans une bon petit mur ouaté, et Doc ne cesse de faire le chaud, voilà un autre classique des angelots- faites moi rire – à se metre sous la dent, et le final est vraiment de toute beauté ! Avec « Ivory stair » ça déboule comme pour une chasse à l'homme, une bonne bande son pour une course de Mad max dans l'australie post apocaliptyque, ça le fait carrément, on imagine super bien Mel Gibson en train d'arracher jambres et têtes avec un véhicule futuriste sur ce genre de titre qui ne fait pas de quartier.

Le rock est aussi alternatif punky : Quand j'entend l'intro de « Mr damage », je pense à TRUST , puis à tous les ténors de la punk attitude, on est pas si loin d'un DAMNED de fière extraction sur ce titre qui doit tout à la prude Albion ! D'ailleurs notre Doc se prend pour un frontman punk la dessus ! Une vraie petite merveille étincelante punky : Wow comme ça défonce ! Et ça pétarade dans tous les sens avec un titre qui montre quelques influences sixties car ce « Save me » doit tout autant à une scène qu'à l'autre. Dans un esprit très alternatif, les ANGELS font l'apologie du rock'n'roll celui que LEMMY a défendu toute sa vie ! Voila qui est clair ! Un joli break de gratte !

Sinon, un slow avec « Dawn is breaking » ? Quelques arpèges Scorpionesques... Une atmosphère éthérée... Incroyable ? Le furieux va parvenir à se maîtriser pendant plus de 3 minutes ? J'ai du mal à y croire... Ce titre là me fait penser à certaines compos de IGGY POP...Donc pas si loin que ça du grand David en fait. Le mid slow « After dark » est aussi bien alternatif, alors que dans un esprit plus New Wave, le single « Shadow boxer » défend son pré carré de la même manière. Doc assène les paroles avec une aura psychédélique de belle tenue. On dirait encore du BOWIE quelques années auparavant.

Un ensemble superbement équilibré, avec des musiciens qui assurent comme des bêtes, un frontman qui prend toute sa dimension en concert, et qui cabotine comme un fou en studio. Oui, ouais, yes, ok, beaucoup de réminiscence de AC/DC, mais entre kangourous et potes de beuverie finalement n'est-ce pas raisonnable ? Ya pas de pompage lorsqu'il y a protection et admiration réciproque ! Un opus dans la droite lignée des deux précédents, qui plaira à tous les amateurs de son qui déboule comme un kamikaze sur un porte avion ricain lors de la bataille de la mer de Corail. Après...faut aimer le rock sans concession ! 3.5.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


The PRETENDERS
Loose Screw (2002)
Tournevis bien raide




SKIP THE USE
Can Be Late (2012)
Casser la baraque !!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- John Brewster (guitare)
- Rick Brewster (guitare)
- Bernard 'doc' Neeson (chant)
- Chris Bayley (basse)
- Buzz Throckmann (batterie)


1. Waiting For The World
2. After Dark
3. Save Me
4. Shadow Boxer
5. No Exit
6. Can't Shake It
7. Out Of The Blue
8. Dawn Is Breaking
9. Mr Damage
10. Ivory Stairs



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod