Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Ornette Coleman , Dexter Gordon

Herbie HANCOCK - My Point Of View (1963)
Par TEEMO le 13 Janvier 2018          Consultée 239 fois

En 1963, Herbie HANCOCK, fort d'un premier album au succès fulgurant, se lance sans perdre de temps dans un enregistrement tout à fait ambitieux. Toujours chez Blue Note et produit par Alfred Lion, le pianiste remanie son équipe pour s'entourer de membres toujours aussi prestigieux, comme Grant Green à la guitare, le très jeune Tony Williams et Donald Byrd à la trompette, pour ne citer qu'eux. Au total, sept musiciens jouent lors de cette session ! Une fois encore HANCOCK propose cinq compositions originales et marque dores et déjà une fracture stylistique.

Si « Takin' Off » était un modèle archétypal de jazz hard bop, marqué évidemment par la patte d'HANCOCK, « My Point of View » entame les prémices de la création d'un jazz bien à part qui connaîtra ses heures de gloire avec les albums suivants. Pour l'instant, les racines de ce jazz prennent encore leur source dans le hard bop avec son swing percutant et ses relents de blues voire de gospel. D'ailleurs, la structure du morceau d'ouverture qu'est « Blind Man Blind Man » est très similaire à celle de « Watermelon Man », composition qui avait fait le triomphe du précédent opus et qui regorgeait d'inspirations musicales noires-américaines. Si les musiciens installent un groove sympathique et que l'on prend plaisir à entendre Green à la guitare, le morceau ne trouve jamais l'équilibre parfait et vibrant de son modèle. Effectivement, il propose un thème peu inspiré et des improvisations pas franchement mises en valeur. De plus, on sent réellement la volonté d'HANCOCK de surfer sur sa première réussite commerciale.

Si l'on reste en terrain connu avec « A Tribute to Someone », jolie ballade jazz au swing berçant, on commence à rentrer dans le vif du sujet dès l'entrée en scène de « King Cobra ». HANCOCK développe ici une nouvelle esthétique qui, cette fois, ne trouve pas son fondement dans le swing mais dans une imagerie profonde et complexe. Le climat se fait flottant, l'ambiance glaçante et sévère et la grille harmonique, assez novatrice, fait la part belle à des mélodies rigides et anguleuses. De prime abord, il n'est pas aisé de se laisser porter par cette ambiance si particulière et peu engageante lorsque l'on est accoutumé au dansant du swing. Pourtant, de cette harmonie mystérieuse fleurissent des mélodies aux effluves enivrantes dont on se laisse emprisonner malgré nous, comme par une rose noire dévoilant de divins parfums. Ce morceau n'est qu'une mise en bouche avant les monuments que sont « Empyrean Isles » et « Maiden Voyage ».

Malheureusement, « King Cobra » est un court aperçu de ce que sera la musique d'HANCOCK ! La suite de l'album n'instaure rien de nouveau. Avec sa basse ronflant paresseusement, ses mélodies oisives et son rythme nonchalant « The Pleasure is Mine » est une ballade sans grand intérêt sinon les quelques envolées lyriques de HANCOCK. « And What if I Don't » clôt l'album dans un esprit plus cool jazz et bluesy, mais, bien que le groove fasse effet, le tout reste assez conventionnel. Ce manque d'énergie dans l'interprétation de certaines des compositions d'HANCOCK, sûrement le reflet d'une session d'enregistrement très relâchée, n'occasionne point de moments poignants.

« My Point of View » est une œuvre de transition entre l'album du décollage, « Takin' Off », témoin du savoir-faire traditionnel du pianiste et le nouvelle univers musical qu'il va construire. L'enregistrement est court, mais il témoigne à la fois d'un attachement aux influences primaires d'HANCOCK et d'une volonté d'explorer de nouveaux horizons. Pourtant, bien qu'Herbie HANCOCK se soit entouré de pointures, le résultat est assez inégal car il navigue entre ambiance visionnaire fédératrice, hommage en demi-teinte et compositions un peu apathiques. L'album est-il essentiel ? Uniquement pour les collectionneurs et puristes.

A lire aussi en JAZZ par TEEMO :


P.S.P.
Live (2009)
P. Palladino, S. Phillips, P. Saisse en fusion.




MASADA
Alef (1994)
Première pierre de la forteresse.


Marquez et partagez





 
   TEEMO

 
  N/A



- Herbie Hancock (piano)
- Donald Byrd (trompette)
- Grachan Moncur Iii (trombone)
- Hank Mobley (saxophone ténor)
- Grand Green (guitare)
- Chuck Israels (contrebasse)
- Tony Williams (batterie)


1. Blind Man, Blind Man
2. A Tribute To Someone
3. King Cobra
4. The Pleasure Is Mine
5. And What If I Don't



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod