Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


PARADISE LOST - Medusa (2017)
Par CHIPSTOUILLE le 28 Janvier 2018          Consultée 953 fois

Non.

On aurait envie de s'arrêter là, tellement Medusa sonne comme la déception de 2017, mais on va tenter d'éclairer le lecteur. Comme nous le disions dans la chronique de The Plague Within, après avoir pendant des années arpenté les contrées d'un Metal Gothique tendance FM qu'il avait lui-même inventé, PARADISE LOST a commencé une lente désévolution. Nous avons depuis régulièrement applaudi, In Requiem et Tragic Idol parvenant à se hisser à des niveaux de qualité que l'on n'espère généralement plus, de la part de groupes à la longévité si élevée (1).

A la première écoute de Medusa, nous n'avons donc pas été surpris. Plus lent, plus noir, plus extrême, The Plague Within avait balisé le chemin. De Foetus, nous sommes donc bel et bien passés à Embryon. On comparera donc Medusa à Lost Paradise le tout premier rejeton de la bande, deux albums aussi lents qu'épouvantables. Le pire étant "No passage for the dead", éprouvante caricature de Doom.

"Blood & Chaos", single de l'album (2), vient pourtant perturber le monolithe avec une mélodie qui fricote avec la clé d'Ut. On la qualifierait presque de festive. Ce Mid-tempo Death mélodique fait office de bouffée d'air au beau milieu de la mélasse dépressive. Si l'on considère les deux titres de l'édition longue, elle semble même entamer une seconde partie en directe opposition avec le début de l'album. Comme si PARADISE LOST s'était finalement affranchi du dictat monodirectionnel de sa lente mais certaine décomposition. Sauf que "Shrines" et "Symbolic Virtue" ne figurent donc pas dans la sélection officielle. "Blood & Chaos", étrange figure de proue, dénote ainsi complètement. Faute de goût? On comparera pourtant ce phénomène au fameux "As I Die", tube libérateur sur le non moins calamiteux Shades of god de 1992. Sauf que "Blood & Chaos", qui possède certes un riff entraînant, ne repose finalement que sur une seule bonne idée, c'est maigre.

Bien sûr, nous ne sommes pas sourds. Le titre éponyme, bien qu'un chouilla répétitif, relève clairement le niveau. Il s'avère même être la bonne surprise de cet album. Ce n'est pas le genre doom que nous condamnons en soi. L'introduction de "Fearless Sky" ainsi que son passage enlevé après la 4eme minute nous ont touché, le riff principal de "From the gallows" vaut le détour et "Until the grave" est globalement réussie.

Mais les rares bonnes idées s'étalent en longueur, s'étirent, ou se raréfient dans des chiées d'accords graves et saturés qui n'en finissent plus. Bien sûr, c'est du Doom, c'est le principe, c'est lent. Oui, mais cette fois-ci, c'est lent et chiant. Les bonnes idées sont tellement isolées qu'on s'emmerde ici autant que sur un album de Trance Psychédélique post 1997. Si encore Medusa était inatendu, s'il était sorti juste après In Requiem, on aurait encore pu feindre la surprise, salué la prise de risque. Mais non, le programme était annoncé depuis 2012 (voire 2007): PARADISE LOST patauge désormais dans son liquide amniotique.

(1) Le groupe va souffler sa 30ième bougie en cette année 2018.
(2) Premier ou second single? Faites-vous votre propre idée dans la section commentaires!

A lire aussi en HARD ROCK par CHIPSTOUILLE :


IRON MAIDEN
The Number Of The Beast (1982)
In my cold cell...

(+ 1 kro-express)



IRON MAIDEN
Killers (1981)
Attack of Killers' B's


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
   BAKER

 
   (2 chroniques)



- Nick Holmes (vocaux, chant)
- Greg Mackintosh (guitare)
- Aaron Aedy (guitare)
- Steve Edmondson (guitare basse)
- Walttery Väyrynen (batterie)


1. Fearless Sky
2. Gods Of Ancient
3. From The Gallows
4. The Longest Winter
5. Medusa
6. No Passage For The Dead
7. Blood & Chaos
8. Until The Grave
- bonus Tracks
9. Shrines
10. Symbolic Vertue



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod