Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK POWER POP BLUES  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



GRAND FUNK RAILROAD - Caught In The Act (1975)
Par LE KINGBEE le 9 Février 2018          Consultée 326 fois

Tiens, encore un groupe américain dont le nom de scène provient d’une erreur. Fondé en 1968 par Mark Farner et Don Brewer, deux anciens membres de Terry Knight & The Pack, le duo s’adjoint les services de Mel Schacher (ex Question Mark & The Mysterians), un bassiste lui aussi originaire de Flint (Michigan), l’une des villes les plus pourries des States. Evoluant longtemps en trio, le groupe s’agrandit avec l’arrivée de l’organiste Craig Frost.
Le groupe aurait dû s’appeler Grand Trunk Railroad, nom de la ligne de chemin de fer desservant leur ville, mais se transforme via Capitol en GRAND FUNK RAILROAD. Le groupe connaît un succès quasi immédiat avec son premier jet « On Time » enregistré en 1969.

Groupe de Hard ne se démarquant guère de ses concurrents, GFR va pourtant battre entre 1970 et 1972 tous les records de recettes jusqu’alors établis dans le pays. C’est simple, en cinq ans, ce groupe de besogneux va réussir à vendre 20 millions de galettes, bien plus qu’Elvis, les BEATLES ou les STONES.

Le groupe propose un répertoire des plus primaires : du Hard Rock combiné à du Rock hypnotique et de longues reprises triées sur le volet mais interprétées avec un maximum de décibels. C’est simple et cela va marcher pendant un certain temps. En 1972, le producteur Terry Knight délaisse le groupe dont la notoriété ne va cesser de baisser auprès de la critique américaine. Cela n’empêche pas la formation de commettre plusieurs Numéros Un, via des salles de concerts bourrées à craquer et des campagnes publicitaires rondement menées. C’est simple, en 1974, GFR parvient même à faire monter sur la 3ème marche des charts le Gospel « Some Kind Of Wonderful », œuvre des Soul Brothers Six de John Ellison.

En 1975, le groupe profite d’une longue tournée d’été à travers tout le territoire pour s’offrir un second Live avec « Caught In The Act »* cette fois-ci édité sous forme de double album. Si le groupe a été brièvement managé par le beau-frère de Paul McCartney puis Todd Rundgreen, cette fois Capitol le place sous la houlette de Jimmy Ienner. Le producteur n’a pas encore trente ans mais vient de se faire remarquer en produisant les Raspberries, un groupe de Power Pop, Three Dog Night au registre plus Rock et enfin les Chambers Brothers, groupe de Soul Psyché. Bref, un gars à l’aise un peu partout, capable de nager dans différents courants et surtout très bon pour noyer le poisson.
Toujours est-il que ce double Live d’une durée avoisinant les 80 minutes retranscrit toute l’énergie dont le groupe pouvait faire preuve au milieu des seventies. Ici, il puise largement dans ses succès, écrémant une grosse partie de sa discographie. Ces quatorze pistes couvrent pas moins de huit albums. On ne peut donc pas dire que le groupe propose un gros vent de fraîcheur avec de nouveaux titres mais semble surfer sur les succès passés.
Cependant, il faut admettre que l’énergie, beaucoup mieux maîtrisée qu’à leurs débuts, a du bon. Et quoi de mieux qu’un bon titre d’ouverture et de présentation pour combler la joie d’un public fervent et passionné ? Adepte d’un Hard Rock sonnant véritablement seventies, le groupe distille ici de bonnes pièces pleines de dynamisme : « Footstompin’ Music » avec un Mark Farner délaissant la guitare au profit des claviers, « Shinin’ On » au chant déclamatoire, « Black Licorice » avec une bonne ligne de basse et une batterie métronomique. On apprécie l’intervention pleine d’humour en intro de « We’re An American Band » avec une batterie qui lorgne sur Bachman Turner Overdrive. « T.N.U.C. » comporte toutes les marques de fabrique du groupe, gros riffs de guitare, batterie tapageuse et volutes de claviers.
Mais GFR a pris de la maturité depuis ses débuts, n’hésitant pas à descendre le volume sonore à travers des mélodies plus fouillées : « Heartbreaker », « The Railroad » s’annonçant plus Bluesy que Hard. Mais le meilleur morceau de l’album demeure sans conteste « Some Kind Of Wonderful ».
Au niveau des reprises, Grand Funk Railroad ratisse large avec l’entrainant « The Loco-Motion » passé carrément à la moulinette. On est loin des versions de Little Eva ou Dee Dee Sharp, mais le peps, la joie des membres et la guitare de Farner parviennent à tirer les marrons du feu. Sans oublier la présence des Funkettes, un duo de choristes qui adoucit la sauce. En clair, une version Soul Hard qui fera certainement oublier (nous l’espérons) les adaptations de Sylvie Vartan, Burt Blanca ou la guimauve de Kylie Minogue. La guitare tempère son ardeur sur « Inside Looking Out », l’un des derniers succès des Animals, dans une interprétation plus Soul Blues que la version studio ; malgré une longueur de 12 minutes, le morceau plein de nuances parvient à maintenir la tension entre torpeur et réveil foudroyant jusqu'à devenir obsessionnel. Au beau milieu des seventies, on ne comptait plus le nombre de reprises des Stones, exercice souvent périlleux. GFR nous offre une reprise convaincante de « Gimme Shelter » dont les paroles apocalyptiques (guerre du Vietnam) étaient bien dans l’ère du temps, cloturant ainsi ce Live de belle façon.

Sorti fin 1975, ce double album Live au titre explicite (« Pris en Flagrant Délit ») constitue une excellente alternative pour les lecteurs qui voudraient découvrir ce groupe parfois peu épargné par la critique américaine. Ces versions Live sont souvent supérieures à celles enregistrées en studio. A noter, pour les amateurs d’exhaustif, que Jana King fera ensuite une bonne carrière de choriste dans le domaine de la Country. Elle participera également à un album d’Eddy Mitchell au milieu des années 80. Un album typique de la production Hard US du milieu des années 70.

*Cette chronique provient du vinyle Capitol Records pressage anglais. Ce disque a été réédité en 2003 en version CD, mais cette nouvelle publication comporte des changements de titres dénaturant la version originale.

A lire aussi en HARD ROCK par LE KINGBEE :


BACHMAN TURNER OVERDRIVE
Not Fragile (1973)
Du béton sans fissure 40 ans après sa sortie




DUST
Dust (1971)
Un des premiers trios heavy rock power us.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Markfarner (chant, guitare, harmonica, orgue 2)
- Mel Schacher (basse, chœurs)
- Don Brewer (batterie, chœurs)
- Craig Frost (claviers, percussions, chœurs)
- Lorraine Feather (chœurs)
- Jana King (chœurs)


1. Introduction.
2. Footstompin' Music.
3. Rock And Roll Soul.
4. Closer To Home.
5. Heartbreaker.
6. Some Kind Of Wonderful.
7. Shinin' On.
8. The Loco-motion.
9. Black Licorice.
10. The Railroad.
11. We're An American Band.
12. T.n.u.c.
13. Inside Lookin' Out.
14. Gimme Shelte.r



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod