Recherche avancée       Liste groupes



      
DUB VAPOR  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2017 1988

BIGA*RANX - 1988 (2017)
Par NESTOR le 9 Avril 2018          Consultée 323 fois

Si jusqu’à présent vous n’étiez pas fan de voix autotunée, cet album pourrait vous faire changer d’avis.
Car si on ne peut résumer ce dernier disque en date du Reggae man tourangeau à ce son, l’utilisation qu’il en fait est particulièrement intéressante. Loin de constituer un gimmick à la mode, elle contribue ici grandement à la mise en scène de l’ambiance vaporeuse et floue qu’exhale ce très bon 1988.
Un album dans lequel BIGA*RANX, bien que relativement récent sur la scène dance hall (son premier album ne date que de 2011) affiche une maitrise et une maturité impressionnantes.
Il n’y a pourtant pas de rupture marquée par rapport à ses productions antérieures, mais pour autant, à l’écoute de ce disque, on a vite le sentiment que son style et sa personnalité sont désormais parvenus au terme de leur maturation. Et s’il n’y a pas lieu de douter que le bonhomme nous surprendra à nouveau dans le futur, il pose ici une empreinte forte et notable.

Le style général fait la part belle aux sonorités cool, relax. Peu de grosses rythmiques, ou de riddims qui décoiffent : on flirte en permanence avec le chill-out, le dub ambient et le vapor. Cette dernière référence est évidente et fait écho à la participation de BIGA sur l’album Vapor de BIG RED en 2016 (ce dernier lui rendant ici la politesse sur "Veleda"). Les sons étouffés, les sonorités cotonneuses, les rythmes lancinants plongent parfois l’auditeur dans des nuages opaques et lourds. L’immersion est alors totale et l’effet une réelle réussite.
Et comme, au surplus, ce 1988 (son année de naissance) est un album généreux, nous avons là 16 titres qui sont presque autant de morceaux marquants. Certains pour leur accessibilité immédiate, d’autres, au contraire, pour leur charme plus sournois.
Car, aux côtés des évidents "Liquid Sunshine", "My Face", "Monday", "Petit Boze" ou du brumeux "Contre Bande", autant de singles en puissance, on trouve des morceaux qui nécessitent un peu plus d’attention et qui libèrent leurs arômes de manière plus insidieuse. Mais presque toujours avec le même bonheur final. C’est ainsi le cas de "Tropic Sky", dans lequel les vocaux trafiqués de PRENDY et de BIGA font écho au flow étourdissant de RUFFIAN RUGGED. Ou bien de "Life Long", un titre reggae de facture pourtant plus classique et qui de ce fait bénéficie d’une exposition accentuée.

Au-delà de l’ambiance lourde et brumeuse qui suinte de la plupart des titres, il faut porter au crédit de BIGA*RANX sa capacité à explorer, défricher, surprendre avec une aisance et une fluidité bluffantes.
Notamment, comme c’est le cas avec "Contre Bande" et "Veleda", en proposant des titres au travers desquels il développe une sorte de minimalisme et de sobriété qui de manière paradoxale nous portent vers un état de jouissance extatique. Bien que les styles soient très différents, l’effet sur un fan de reggae pourrait être assez proche de ce que pourrait sentir un fan de metal à l’écoute d’un groupe de drone doom.
Ou bien en utilisant son flair énorme pour choisir les nombreuses collaborations qui viennent enrichir ce 1988. Au-delà de BIG RED, RUFFIAN RUGGED et PRENDY déjà cités, que ce soit AKHENATON (IAM) et L.E.J. sur "Monday", BLUNDETTO (Max GUIGUET) sur "French Fries", "Low Grade" et "Veleda", ou bien le prometteur BIFFTY sur l’énorme "Petit Boze", tous les featurings apportent une patte qui embellit les morceaux sur lesquels ils interviennent.
Et il faut vraiment vouloir chercher la petite bête pour dénicher quelques titres qui auraient peut-être mérité un supplément de mûrissage. Tout au plus pourrait-on citer "Do My Thing" dont les excellents vocaux sont desservis par une rythmique un peu trop convenue, ou bien "French Wine" un titre assez dispensable au regard du potentiel de BIGA.

¨ Pour le reste, ce 1988 est un album au charme vénéneux apte à satisfaire pleinement, aussi bien le grand public que des auditeurs plus pointus et aux goûts plus marginaux.
Une véritable réussite !

A lire aussi en REGGAE :


HIGH DAMAGE
High Damage (2012)
2 groupes en 1, autrement plus réussi que lulu !




ROCKAMOVYA
Rockamovya (2008)
Roots jazz reggae à découvrir


Marquez et partagez







 
   NESTOR

 
  N/A



Non disponible


1. Liquid Sunshine - Feat Blundetto
2. Homegrown
3. Monday - Feat Blundetto, Lej, Akhenaton
4. Low Grade - Feat Blundetto
5. My Face
6. French Fries - Feat Blundetto
7. Tropic Sky - Feat Ruffian Rugged, Prendy, Art-x
8. Contre Bande - Feat Atili Bandalero
9. Petit Boze - Feat Biffty
10. Life Long
11. Do My Thing
12. French Wine
13. Rendez Vous
14. Pmu
15. Veleda - Feat Big Red, Blundetto
16. Lazer Beam



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod