Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ / METAL / AMBIENT  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : John Zorn , Reed / Anderson / Zorn, Naked City, Mr. Bungle, Napalm Death, Public Image Limited, Ruins

PAINKILLER - The Prophecy (2013)
Par LE BARON le 19 Mai 2018          Consultée 141 fois

Publié en 2013, The Prophecy provient d’enregistrements de concerts réalisés en 2004 et 2005, à Varsovie et Berlin. Il s’agit donc du 4ème album Live du groupe. Rappelons toutefois qu’il s’agit de musique improvisée, et non de rejouer des titres déjà enregistrés en studio. La scène est dès lors un lieu évident pour reformer le combo, d’autant plus que ZORN, qui utilise de plus en plus rarement son saxophone dans ses compositions, privilégie l’instantanéité du concert lorsqu’il joue lui-même.

La parenthèse PATTON fermée, Hamid Dake parti, restent – comme toujours – Bill LASWELL et John ZORN. Et un nouveau venu, Yoshida Tasuya, qui prend les baguettes. Si Drake paraissait être un choix judicieux pour remplacer Mick Harris, Tatsuya l’est encore davantage, puisqu'il s’agit du leader / batteur / chanteur (sic) de RUINS, cet improbable duo japonais hautement recommandable, et dont l’univers est proche de celui de ZORN, notamment des premiers NAKED CITY.

The Prophecy est composé de 3 titres. « Prelude » et « Postlude » ouvrent et ferment le disque – on s’en doutait, d’accord – par quelques minutes de folie furieuse digne des débuts du groupe, mais comme s’il s’agissait de se débarrasser des figures imposées, de ce qui serait attendu par le public. Le plat de résistance, c’est le morceau titre. « The Prophecy » est une longue improvisation de plus d’une heure*. On y retrouve PAINKILLER en grande forme, dans la lignée de 50th Birthday Celebration : un groupe mature, à la maîtrise diabolique, alternant tensions et relâchements avec une grande fluidité, et une aisance qui force le respect. On retrouve également les « duck calls », le métal, le dub et l'ambient, mais aussi beaucoup de jazz, dans une version étonnamment plus mélodique que free**.

L’ensemble est inventif, d’une dextérité à faire pâlir nombre de musiciens, et pourtant, il manque quelque chose. En fait, derrière la spontanéité se cache assez mal un défaut d’incarnation. Or, la musique improvisée nécessite que les musiciens mettent leur peau sur la table, sous peine de perdre en intensité. C’est malheureusement le cas ici. Bon album, The Prophecy reste en dessous de ce qu’a pu produire le groupe auparavant. John ZORN semble avoir épuisé le filon PAINKILLER comme il a en son temps épuisé d’autres formations. Mais sa production de disque est devenue telle, dans les années 2010 (10 albums en cette année 2013), qu’il sacrifie sans doute à son goût de la profusion en sortant ce Live de près de 10 ans d’âge.

On écoutera donc ce disque avec plaisir, mais sans se départir de la sensation qu’il est dispensable. ZORN n’en a toutefois pas totalement terminé avec cette formation. Elle réapparaîtra sous le faux-nez de BLADERUNNER, avec Bill LASWELL à la basse, John ZORN au saxophone, et un nouveau batteur : Dave LOMBARDO***. L’attachement de Zorn à cette formule est donc sincère, et étonnant quand on connaît la rapidité avec laquelle il créé des formations puis les abandonne. PAINKILLER, dont The Prophecy est le dernier disque en date, n’est pas le trio le plus flamboyant pour lequel ZORN ait écrit. Il n’en reste pas moins intéressant à bien des égards, et mérite au moins deux détours : Buried Secrets, et 50th Birthday Celebration.


*A moins qu’il ne s’agisse d’un mélange de plusieurs concerts ? Ce n’est guère le genre de ZORN, mais on peut s’étonner du fait que la musique provienne de plusieurs dates et plusieurs lieux.
** Rappelons tout de même que le jazz reste une influence majeure de ZORN, au point qu’il a consacré deux albums entiers au hard-bop (les deux « Lulu ») et un à Ornette COLEMAN (Spy vs. Spy).
***Oui oui, celui de SLAYER, FANTOMAS, etc.

A lire aussi en JAZZ par LE BARON :


The LOUNGE LIZARDS
The Lounge Lizards (1981)
Ceci n'est pas du Jazz




Henry THREADGILL
Spirit Of Nuff... Nuff (1991)
The greatest show on earth


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



- John Zorn (saxophone)
- Bill Laswell (basse)
- Yoshida Tatsuya (batterie)


- the Prophecy
1. Prelude
2. The Prophecy
3. Postlude



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod