Recherche avancée       Liste groupes



      
POP PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Arena, Kino

IT BITES - The Big Lad In The Windmill (1986)
Par BAKER le 3 Septembre 2018          Consultée 707 fois

Il n'y a rien de plus énervant qu'un disque qu'on devrait adorer mais qu'on n'aime que bien, sans plus. A bien y réfléchir, si, il y a l'équivalent : l'élève surdoué mais qui branle rien de ses journées. Vous savez, ce grand dadais qui est capable de faire des équations du troisième degré dans son sommeil mais préfère taper le score à Candy Crush. Will Hunting quoi. It Bites en 1986, c'est ça : un groupe de très jeunes Anglais qui ont déjà pas mal bourlingué sur les petites scènes, et possèdent donc déjà une expérience formidable et une identité.... euh, inclassable pour le moins.

Le succès de ce groupe, disons-le franchement, est un mystère. Imaginez SAGA, EXTREME, DURAN DURAN, LEVEL 42 et Nik KERSHAW qui fusionneraient pour créer un mecha-groupe de pop prog, un poil prog mais très très pop, au-delà du délire, n'ayant en réalité de "prog" que deux choses : le gros son FM à base de synthétiseurs qui faisait alors les beaux jours du néo-prog, et quelques ponts cinglés et solos de guitare totalement ahurissants, le leader et chanteur Francis Dunnery faisant largement étal d'une technicité hors du commun. A ses côtés, John Beck, un claviériste qui voue une fascination pour Nick RHODES (les costumes, les sons) et... GACKT (les poses ! et ce bien qu'à l'époque, GACKT n'avait que 13 ans. N'empêche.). La section rythmique complète le tout avec une solidité de chêne.

Les présentations sont rapidement effectuées avec le premier titre résumant parfaitement ce Big Lad: choeurs de surf music, riffs funk, chanteur théâtral et drôle, solo flamboyant, basse volubile à tout le moins. Des mélodies catchy, un rythme effréné, une facilité de mise en place écoeurante. Et un côté trop-plein, une surenchère de bonne humeur et de folie qui finit par perdre un peu l'auditeur. C'est ce qui va un peu plomber la grande majorité de l'album : le groupe veut tout montrer, tout de suite, et se perd parfois alors qu'il peut être magistral dans le domaine de l'efficacité pure. Ainsi "Turn Me Loose" a du mal à choisir entre faire bouger le bassin avec son funk agressif et emmener John Beck à l'unité psychiatrique la plus proche. Tout comme "All In Red", pas tout seul dans sa tête, mais assez accrocheur pour avoir été un gros tube au Japon.

Ah ben oui, parlons-en justement, de ceux-là : les tubes. Car le plus impressionnant avec It Bites, ce n'est pas vraiment leur style original et maîtrisé, c'est que par un miracle reconnu par l'église cathoDique (et communément appelé "Miracle de Kayleigh"), It Bites a connu un très beau succès dans son pays. Le single "Calling All The Heroes", avec son synthé martial et pompeux, son pont fou - comme les autres - et ses choeurs glorieux, a été classé 6ème du Top 40 ! Et en live, le groupe ne se privait pas de faire danser les foules avec.

On rajoute "Screaming On The Beaches" aux forts relents surf music (une des passions de Dunnery) et la très jolie - mais longuette - ballade "You'll Never Go To Heaven" (également un incontournable en live), et on en oublierait presque le meilleur titre, tant il est mal placé dans le disque : "Whole New World" est un régal. Des cuivres entraînants et dans l'air du temps (c'est l'année de Pleasure One et Notorious !), un refrain super-pop et quelques accents soul, sur ce titre le groupe trouve un équilibre absolument parfait. Tout est en place, rien n'est en trop.

Hélas ce sera le seul titre totalement génial d'un album qui oscille entre farce et débauche technique. Le potentiel est énorme, mais le groupe n'a pas encore atteint sa pleine maturité. Il n'empêche qu'avec sa belle pochette, pour le coup 100% prog anglais bucolique (et hors sujet !), ses singles étonnamment populaires (même de nos jours) et ses moments de grâce, voilà un début prometteur, qui méritait clairement son petit coup de pouce.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


Mike OLDFIELD
Return To Ommadawn (2017)
Retour en terre (in)connue

(+ 2 kros-express)



ISILDURS BANE
Colours Not Found In Nature (with Steve Hogarth) (2017)
Une collaboration étonnante et intéressante


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Francis Dunnery (chant, guitare)
- John Beck (claviers, choeurs)
- Dick Nolan (basse, choeurs)
- Bob Dalton (batterie, choeurs)
- The Kick Horns (cuivres)


1. I Got You Eating Out Of My Hand
2. All In Red
3. Whole New World
4. Screaming On The Beaches
5. Wanna Shout
6. Turn Me Loose
7. Cold, Tired And Hungry
8. Calling All The Heroes
9. You'll Never Go To Heaven
10. The Big Lad In The Windmill



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod